Hady Ba's weblog

Reading Primo Levi

Posted in Uncategorized by hadyba on mai 10, 2007

-Warum?

-Hier ist kein warum.

Primo Levi

J’ai enfin acheté Si c’est un homme, de Primo Levi. Je dois avouer à ma grande honte que jusqu’à présent je n’en avais lu que des extraits. Là je viens d’en lire à peu près la moitié et c’est encore pire que ce à quoi je m’attendais. Pourtant, j’ai lu pas mal de choses sur l’holocauste, ai vu des photos des camps etc… mais lire le témoignage de Primo Levi permets me semble-t-il de se rendre compte de la singularité de la Solution Finale. On dit souvent qu’il y a une sorte de prééminence injuste accordée à l’holocauste parmi les entreprises d’extermination et d’asservissement que depuis toujours les groupes humains ont mené contre d’autres groupes. Jared Diamond par exemple cite bien une dizaine de génocides à travers tous les continents. On pourrait penser que c’est là un pattern universel; et singulièrement des militants de la cause noire font souvent de la concurrence mémorielle en comparant l’holocauste à l’esclavage et en affirmant que cette dernière est bien plus horrible puisqu’elle a duré plus de quatre siècles.

J’ai toujours trouvé cette concurrence pour le moins stupide. Mais là, en lisant Primo Levi, j’ai compris pourquoi l’holocauste est d’une toute autre nature que l’esclavage. OK, à la base de l’esclavage, il y a l’idée que certains humains sont des marchandises que l’on peut se permettre d’acheter et de traiter comme des animaux domestiques. Mais l’esclavage est d’abord motivé par des raisons économiques. Il semblerait même, d’après Orlando Patterson, que le racisme ait été une construction quelque peu tardive [tardive par rapport à l'esclavage] aux USA. D’après lui, pendant assez longtemps, l’élite blanche de Jamestown ne faisait aucune distinction entre les esclaves noirs et les prolétaires blancs qu’ils exploitaient. Les mariages mixtes étaient autorisés et les blancs pauvres étaient aussi exploités que les noirs. Ce ne serait que quand l’élite s’est rendue compte du risque de coalition entre prolétaires de toutes les races qu’aurait été mise en place une véritable discrimination raciale. Rien de tel chez les nazis. Il n’y a pas vraiment (pour autant que je sache) de motivation économique à l’extermination des juifs. En lisant le récit de la vie de Primo Levi au camp de concentration, on se dit qu’il aurait été sans doute beaucoup plus rentable pour les nazis de donner aux internés assez de nourriture pour leur permettre de renouveler leur force de travail. C’est par exemple ainsi qu’agit tout esclavagiste cohérent: les esclaves sont un bien, un investissement sur lequel on veille jalousement et que l’on fait fructifier. La différence c’est que dans le cas du nazisme, le motif premier c’est la haine, le désir irrationnel de faire souffrir et d’exterminer le peuple juif. Du coup, il est bien possible que la Solution Finale ait été une entreprise financièrement déficitaire; le travail que les juifs fournissaient au camp n’avait d’autre finalité que de les déshumaniser encore plus et de justifier aux yeux de leurs bourreaux leur destruction.

PS: Traduction pour ceux qui sont encore plus nuls que moi en allemand: « Warum? / Hier ist kein warum » se traduit: « Pourquoi? / Ici il n’y a pas de pourquoi. » Échange entre un Primo Levi mourant de soif [NB: 'mourir de soif' est ici à prendre au sens littéral.] et le gardien qui l’empêchait de se désaltérer avec de la neige.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 557 autres abonnés