Hady Ba's weblog

Gil Scott-Heron

Posted in Musique by hadyba on mai 28, 2011

Gil Scott-Heron est apparemment décédé.

Peut-être le moment de se souvenir avec lui que le changement que nous voulons ne nous viendra ni via la télé, ni même via twitter et que si nous voulons que le monde change, c’est à nous de nous bouger. By the way, je me suis toujours demandé si ce morceau faisait explicitement référence aux théories de Mc Luhan ou pas… auquel cas, l’activiste/musicien GS-H aura été bien plus prescient que le théoricien Marshall Mac Luhan. Je suppose que si, après tout, La Galaxie Gutenberg date de 1962 pile quand Scott-Héron trainait ses guêtres à Lincoln University.

Anyway, RIP G S-H.

Tagged with: ,

Les Beatles

Posted in Musique by hadyba on novembre 16, 2010

arrivent sur itunes et c’est l’évènement mondial. Honnêtement, quelqu’un peut m’expliquer en quoi les Beatles sont géniaux? Je les écoute régulièrement pour essayer de comprendre mais je n’arrive pas à voir ce qui fait la qualité de leurs bluettes en dehors du conformisme des consommateurs de musique. Je ne nie pas qu’ils aient commis un ou deux excellents morceaux mais sérieusement, qu’ont-ils de si extraordianaire?

Si vous avez un avis argumenté, je suis preneur.

Tagged with:

Yandé Codou Sène

Posted in Musique, Sénégal by hadyba on août 2, 2010

Ca fait déja quinze jours que Yandé Codou Sène est décédée. Je suis réveillé aujourd’hui et ai eu envie de l’écouter.

Archétype de la cantatrice traditionnelle sérère, elle a accompagné le Président Senghor et est devenue mainstream quand des stars sénégalaises comme Youssou Ndour ou Wasis Diop lui ont témoigné leur respect et ont cherché à chanter avec elle.

Vous pouvez la découvrir ou réécouter sa musique sur ce site qui lui est consacré.

Tagged with:

Effarements télévisuels

Posted in Musique, Vie quotidienne by hadyba on octobre 16, 2009

MilesPref

Parfois, je suis effaré, pas choqué, juste effaré par les choses que je vois et qui paraissent dans l’ordre normal des choses.

D’abord, il y a les journalistes télé. Hier, c’était France3 qui était très fière d’avoir pu intercepter une lettre de la fiancée de Jean Pierre Treiber au pied l’arbre qui leur servait de boite à lettre. Et bien entendu, le journaliste poussera l’ignominie jusqu’à filmer le contenu de la lettre. Je veux bien que ce mec soit un assassin et tout ce que vous voulez mais depuis quand est-il devenu acceptable de rentrer à ce point dans la vie privée des gens? A la limite, je peux accepter que le mode de communication mis en place par JPT relève de l’information, mais que nous apporte le contenu de la lettre? Et surtout, pendant qu’ils mettent en place une couverture aussi people des aventures de l’homme de la forêt, mettent-ils également tout en œuvre pour expliquer aux citoyens comment il a pu s’évader, s’il y a vraiment des charges contre lui, etc? Bien sûr que non. Ça c’était hier. Aujourd’hui, i>télé ouvre son journal du matin sur un mioche américain dont le père après l’avoir grondé avait craint qu’il ne se soit caché dans le ballon qu’il venait de faire décoller. Grande peur, on rameute les pompiers et quelques heures plus tard, le ballon atterrit et pas de mioche dedans! En fait, le sale gosse s’était caché dans une caisse à la cave! Ça ne se passe même pas en France mais ça a fait l’ouverture du journal d’une chaine d’info soit disant sérieuse!Tant qu’à parler d’enfants, ils ne peuvent pas faire un vrai sujet, je ne sais pas moi, sur les enfants qui mendient dans le métro parisien voire, s’ils veulent du positif, sur un quelconque mioche qui grandit en banlieue parisienne mais qui réussit bien à l’école1.

Après bien sûr il y a ce sondage du Parisien qui montre que 30% des français estiment que la nomination du Prince Jean à la tête de l’epad est « plutôt une bonne chose ». Attendez, on est en France, pays qui a coupé la tête son dernier roi et recrute ses élites par concours depuis deux siècles au moins, et il y a quand même un tiers des gens qui estiment que le fait que le Président de la République oblige un Conseiller Général à se désister pour faire place nette à son fils à peine sorti de l’adolescence puis fasse nommer ce mioche à la tête d’un organisme public au budget de 115 millions d’euros est « plutôt une bonne chose »! Et moi qui croyait que c’était l’idéologie méritocratique à la base de la République Française qui empêchait que soient mises en œuvre des mesures comme la discrimination positive en faveur des femmes et des minorités!

Bonne nouvelle enfin: We’ve got Miles! La Cité de la Musique inaugure aujourd’hui, et jusqu’au 10 janvier, une expo consacrée à Miles Davis et dont le titre est très sobrement: « We want Miles! ». Sur BFM tv, ce matin, ils ont interrogé la famille de Miles venue inaugurer l’exposition. L’occasion de découvrir sa fille qui lui ressemble de manière assez effrayante je dois dire. D’abord physiquement mais apparemment surtout moralement. Je m’explique. On interroge les frères: « Oh c’est trop émouvant cette expo. Notre père aurait adoré ça. » Entre la soeur. Tu te dis in petto: « Bon sang elle lui ressemble tellement! » Elle dit: « Notre père méritait cet hommage! » Typiquement le genre de phrase arrogante que Miles aurait sorti dans un tel contexte.

§§§§§§§§§§§§§§

1Je vous jure qu’il doit y en avoir dans le tas. Cette note est pour les journalistes français qui me lisent pas pour les gens normaux

Tagged with: ,

Réflexions jacksoniennes

Posted in Musique, USA by hadyba on juin 29, 2009

D’abord, ce type était génial. Après trois jours à subir sa musique partout, il n’y a pas d’autre conclusion possible. Il y a quelque chose de très injuste dans le génie. Quel que soit le domaine, il y a des types qui arrivent et qui sont infiniment plus compétents que le reste de la bande. Ils font des choses que les autres n’auraient même pas pu concevoir, ils le font souvent plus vite que les autres et parfois ça ne semble même pas les fatiguer de le faire. Dans quelques rares cas, ces génies sont en plus équilibrés et bien disposés envers leur prochain. Là c’est une grâce: ils nous donnent un aperçu de ce que devrait être le divin.

Ensuite, MJ et OJ Simpson me paraissent être la preuve éclatante que ça fait déjà un certain temps que les USA sont passé dans une société post-raciale et que le racisme (réel) qu’y subissent les noirs n’est que résiduel. Dans une société authentiquement raciste, un noir soupçonné d’avoir tué ou violé un(e) blanc(he) n’aurait aucune chance d’échapper au lynchage. OJ a tué son épouse blanche et est sorti libre du tribunal. Michael a violé des enfants de toutes les couleurs et a été acquitté. Dans les deux cas on les a jugé comme on juge n’importe quel américain: sur leur argent.

Dernière chose: l’incroyable hypocrisie de notre société. Ce type violait des enfants mais ce n’est pas grave. Il était tellement génial et tellement riche et le catalogue des beatles lui appartenait alors qu’il viole des enfants… Ce qui m’écœure, c’est de me dire que la plupart des gens qui seront à ses obsèques savaient ce qui se passait, avaient vu MJ avec des enfants mais seule LaToya a eu le courage d’en parler. Ce type était littéralement fou. Il n’avait pas eu d’enfance, pas d’éducation, ne savait pas ce qui se faisait ou ne se faisait pas. Son entourage aurait du veiller sur lui et l’empêcher de faire certaines choses, au besoin en appelant les flics. Bien sûr, il n’y avait aucune chance qu’ils prennent leurs responsabilités tant qu’il était riche. Et il me semble évident que si MJ était resté créatif, s’il avait continué à sortir des tubes planétaires, et à gagner des sommes astronomiques d’argent, il aurait pu continuer à violer des enfants sans problème. La vraie ligne de partage de notre époque n’est pas raciale, elle est financière.

Message Perso: Sylvain, si tu passes par là, transmets mes condoléances à cette fan absolue de MJ qu’est Théo.

Éthique & esthétique

Posted in Musique by hadyba on avril 2, 2009

bruce-springsteen

L’autre jour, la discussion avec un de mes amis a dérivé sur ce que j’écoutais en ce moment et après lui avoir dit que j’étais en train d’écouter et de ré-écouter le dernier Springsteen, j’ai embrayé sur le fait que j’admirais l’homme Springsteen et ses prises de position politiques au moins autant que j’aimais sa musique. Moyennant quoi, mon ami m’a fait remarquer que j’étais un fieffé idéologue dont même l’esthétique était déterminée par la politique. Sur le coup, je me suis vigoureusement défendu en disant un truc du genre qu’à ce compte je devais détester Mozart qui était un cochon ou Satchmo qui était un oncle Tom.

Il n’empêche, je me demande si mon ami n’a pas un peu raison. Normalement, j’aime bien le rock/folk mais sans plus mais avec Springsteen, c’est une autre histoire. Ça fait presque un an qu’il ne passe pas une semaine sans que j’écoute de sa musique et je fais des recherches sur le net pour vérifier les paroles exactes de ses chansons. J’ai l’impression que même si j’adore les mélodies de ses chansons, ce que j’aime également chez lui est essentiellement politique même si ce n’est pas nécessairement politicien.

D’abord il écrit souvent de longues chansons qui durent au moins 5mn. Ça n’a l’air de rien mais c’est un acte de totale liberté parce qu’en ces temps de formatage radiophonique, produire une chanson de plus de 3mn est plutôt risqué car ça incite les radios à ne pas la passer.

Cette liberté de BS se manifeste également dans sa revendication de son appartenance au New Jersey. Avoir grandi à l’ombre de l’opulente et légèrement méprisante New York [qui fait rêver le monde entier et donc encore plus ses voisins immédiats les ploucs1 du New Jersey] est important pour BS qui pense qu’il y a quelque chose de rassurant dans le fait de promener ses enfants dans les mêmes rues où on a joué étant enfant et de voir dans les amis de ses enfants, l’enfant qu’a été leur père avec qui on a joué aux billes. Lors de son discours d’acceptation dans le Hall of Fame du NJ, Springsteen a de très belles phrases sur le fait de venir de cet État et donc d’avoir la hargne du type qui a quelque chose à prouver du simple fait d’être moins bien né que les autres; les autres étant par exemple les new yorkais qui les narguent du haut de leurs gratte ciels.

Et ce que je trouve absolument magnifique chez BS, c’est que cette hargne ne se transforme pas en haine. Elle est un moteur pour faire des choses, pour comprendre qu’il y aura toujours des gens qui vous regarderont de haut et des gens que l’on pourrait regarder de haut. Se retrouver dans la position du plouc face aux New Yorkais devrait donc inciter à ne pas reproduire le même schéma. Il me semble que c’est la dialectique de cette hargne et de cette absence de haine qui font la qualité des textes de BS. Ce qui me passionne dans les textes de BS, c’est le fait qu’il magnifie les luttes quotidiennes. Mieux que quiconque, me semble-t-il, il sait montrer ce qu’il y a d’héroïque dans l’activité de tous ces gens qui se lèvent pour aller au travail, pour essayer de trouver du travail s’ils sont au chômage, qui tombent amoureux et éduquent leurs enfants pour en faire des personnes honorables; en un mot qui se construisent une vie décente… Ce truc que les politiciens exploitent en l’exaltant et en l’opposant à la supposée perverse déviation par rapport à la norme2, Springstreen l’exalte non pas sur le mode fascisant mais sur un mode inclusif qui ne fait pas des losers des faibles ou des coupables mais des héros qui, s’ils ont échoué, ont au moins eu le courage de se présenter dans l’arène et la décence de combattre selon les règles. C’est par cette compréhension de l’héroïsme du quotidien que BS se rapproche de Reagan3 mais c’est également par elle, par le fait qu’il est véritablement du coté du peuple et sait que ce ne sont pas ceux qui ont fait le plus d’efforts qui ont la réussite la plus immédiatement visible4 que BS était et reste infiniment plus honorable que ne le sera jamais aucun membre du parti Républicain.

Par dessus tout, j’aime le fait que chez BS, cette vision du monde ne soit pas le fruit d’une théorisation désincarnée mais bien évidemment le résultat d’une éducation normale dans une famille normale de la classe moyenne américaine blanche. Ce dernier point est particulièrement important pour moi parce que beaucoup de gens ont tendance à se laisser prendre par cette rhétorique droitière selon laquelle la solidarité et la compassion seraient des qualités que ne peut se permettre de promouvoir qu’une élite universitaire détachée du réel. Des gens comme BS, se font les porte parole du peuple et montrent à cette l’élite populiste qui essaie de faire prendre sa perversité pour du réalisme à quel point elle est elle même déconnectée du réel, quoi qu’elle prétende par ailleurs.

Toutes ces choses dont j’ai parlées sont bien évidemment éminemment politique mais elles ne vaudraient pas tripette (en tout cas en ce qui concerne mes goûts musicaux) si Springsteen faisait de la mauvaise musique ou même de la musique de qualité moyenne. Ce qui est génial, c’est que non seulement sa musique est proprement excellente mais en plus Springsteen n’a pas peur d’expérimenter et d’alterner des albums très différents allant de son bon gros rock naturel à un Folk que Nashville ne renierait pas en passant par des ballades très douces. Alors, pour une fois que je suis pleinement en accord avec le fond tout autant qu’avec la forme, je ne vois vraiment pas pourquoi je devrais me priver!

PS: Maintenant que j’y pense: je lis et relis TS Eliot sans discontinuer depuis plus d’un an maintenant alors que ce type était pour le moins fascisant! Ça me rassure sur la déconnexion de mon esthétique d’avec mon éthique.

PPS: Je suppose que ce post n’a d’autre fonction que de crier urbi et orbi mon admiration pour BS sans passer pour un fan hystérique!

1Ploucs selon les habitants de la Grosse Pomme, entendons-nous bien!

2Souvenez-vous, la France qui se lève tôt opposée à l’armée des chômeurs, fonctionnaires et immigrés parasites…

3Au point que ce dernier s’est cru autorisé de prendre Born in the USA comme musique de campagne

4Genre Rolex

Radiohead & la psychologie évolutionniste

Posted in Musique, Recherche by hadyba on octobre 15, 2007

Je dois vous confesser une chose: je ne suis pas vraiment un fan absolu de Rock. De ce fait, bien que je connaisse de nom le groupe Radiohead et que j’aie du voir un ou deux de leurs clips à la télé, je ne saurais me souvenir d’une quelconque de leurs chansons, ni même dire s’ils sont bons ou pas. Je n’ai donc aucune compétence pour parler de la musique de ce groupe. Il y a cependant un domaine dans lequel je suis compétent pour juger la vie et l’oeuvre de Thom Yorke (pas étonnant que je connaisse le nom du leader du groupe: Wikipedia sert à ça) et de ses acolytes: c’est, … accrochez vous bien, sur leur oeuvre scientifique. Comment ça, vous ne saviez pas que ce cher Thom était un scientifique? Et après ça se dit un fan! Avant de vous parler de l’éventuel Nobel de ces dignes oxfordiens (toujours d’après Wikipedia, le groupe s’est formé à Oxford, ce qui aurait du vous mettre la puce à l’oreille quant à leurs qualités scientifiques si je puis me permettre), laissez-moi d’abord faire un détour par la psychologie évolutionniste et la philo et vous comprendrez tout.

Autrefois, c’était assez simple de faire de la philo. Vous choisissiez un fauteuil confortable, vous lisiez Platon, Aristote Kant et consort et vous commenciez à réfléchir sur ce qu’est le Souverain Bien, la Vérité etc… On sortait des théories vraiment géniales mais parfois difficile à comprendre. Puis quelqu’un a eu l’idée saugrenue de s’intéresser à ce qui se passait dehors. Pis encore, les philosophes se sont même mis à s’intéresser aux sciences. Dans les sciences, il y a un truc très fun qui s’appelle la théorie de l’évolution. Et une fois qu’on a évacué les questions de savoir si cette théorie implique que nous descendions du singe ou pas, si elle implique logiquement la vacuité du Ciel et autres joyeusetés, se pose une énigme. L’évolution semble impliquer que l’égoïsme devrait toujours prévaloir. En effet, si nous acceptons qu’il y a une lutte pour la survivance du plus apte et une concurrence acharnée des individus pour transmettre leurs gènes à la génération suivante, on peut se demander comment il se fait que de temps à autres nous fassions des choses aussi stupides que de rendre service à des inconnus, nous sacrifier pour la patrie et autres. Au bout de millénaires d’évolution, de telles aberration n’auraient-elles pas du disparaitre? Et surtout comment tout simplement expliquer que la morale ait été sélectionné en premier lieu.

Pour répondre à ces questions, les philosophes ont donc quitté leur confortable fauteuil pour se mettre à faire des expériences et se sont associés à des primatologues par exemple pour voir si les chimpanzés ont un proto sens moral. Jusqu’à présent, ni les philosophes, ni les psychologues n’avaient encore pensé à s’associer aux rockers. Mon idée est que Thom York et ses amis viennent de lancer leur propre expérience de X-Phi sans doute frustrés que la communauté scientifique soit si sectaire et ne les ai jamais sollicité.

Vous ne comprenez toujours pas de quoi je parle? En fait c’est simple: Radiohead a décidé que son dernier album serait librement téléchargeable sur le net. Ils ont eu ce que je pense être une idée de génie autant sur le plan purement commercial que sur le plan scientifique. Au lieu de fixer le prix de cet album, ils laissent à chaque internaute la latitude de choisir s’il veut payer ou non et surtout combien il estime devoir payer. Sur le plan scientifique, il me semble que c’est là une expérience géniale parce qu’elle permettra, bien mieux qu’un protocole expérimental imaginé par des chercheurs, de voir comment les gens réagissent en situation réelle face à un dilemme moral. Mon hypothèse est que la plupart des internautes qui disposent d’une carte bancaire choisiront de rétribuer les artistes en payant à peu près ce que ça leur aurait coûté sur une plateforme normale. Dans tous les cas les cas, l’examen de l’attitude des internautes devant cette offre serait extrêmement instructive pour un psychologue évolutionniste ou un philosophe expérimental.

Si mon hypothèse se confirme, ce sera là un succès commercial monstre quand on sait qu’une grande part du prix du disque est capté par les maisons de disque et autres intermédiaires. Produire de la bonne musique, tout en faisant avancer la science et en gagnant beaucoup d’argent… c’est cool non?

La générosité de Steve Coleman

Posted in Blogroll, Musique by hadyba on septembre 29, 2007

Many people have asked me what are my reasons for giving away music for free. Well, why not? Why should everything always cost something? For me music is organized sound that can be used as sonic symbols to communicate ideas. (…)

My reasons for providing free music comes from my belief that musical ideas should not be owned by anyone. I believe that ideas should be free for anyone to use (but not to necessarily sell to others or make others pay for the use of these ideas). The concept of a commons area where ideas can be used for the benefit of all but for the profit of no one may seem like an unrealizable concept in the world today. Basically greed runs the world today and it is because of this that the concept of ownership exists.

Steve Coleman

J’apprends via le blog Philosophie (que je viens d’ailleurs de découvrir par hasard et qui m’a l’air excellent) que le saxophoniste Steve Coleman offre en téléchargement gratuit une bonne partie de son répertoire.

Ne vous précipitez pas ici pour l’instant, j’ai encore deux ou trois choses à dire!

Dans son post, Niklaus Vonderflu, l’auteur de ce blog (un pseudo?), traduit en plus le très beau texte par lequel Coleman justifie le fait de mettre gratuitement à la disposition du public son oeuvre. En gros, il estime que la musique est, comme les sciences ou la littérature, un médium qui permet de découvrir et de communiquer des idées. Les idées étant le bien commun de l’humanité, vendre de la musique lui semblerait aussi absurde que de vendre la théorie de la Relativité. [Et à propos de théorie de la Relativité, il me semble avoir lu dans une biographie d'Einstein qu'il lui paraissait toujours (à Einstein) un peu injustifié qu'on le payât pour faire de la physique!]

Revenons à Coleman. Selon lui, puisque le musicien explore et expose des idées qui ont vocation à enrichir spirituellement l’humanité toute entière, il ne faudrait pas qu’il soit obsédé par le profit qu’il peut en tirer. Il est certes indispensable de faire du profit, ne serait-ce que pour vivre et financer le groupe et la recherche, mais au delà de cela, on tombe dans une obsession de l’argent qui a, je le cite, "presque toujours un effet négatif sur l’esprit." Ca vous rappelle quelque chose? Vous avez raison: la citation de Chomsky que j’avais mise la dernière fois. Comme quoi, les grands esprits se rencontret vraiment!

Même si je n’achète pas vraiment la métaphysique de Coleman, je suis assez admiratif devant sa théorisation de son activité et surtout devant son oeuvre musicale of course!

PS: Pour les monolingues, voici l’article du Wikipedia français sur Coleman.
PPS: Maintenant, vous pouvez vous précipiter ici pour télécharger!

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 557 autres abonnés