Hady Ba's weblog

Happy 2007,

Posted in Uncategorized by hadyba on décembre 31, 2006

« Que 2007 apporte de la vie à votre

année et non une année à votre vie. »

J. Séguéla

Ayant passé un Noël assez solitaire, j’avais décidé de lire le livre que j’avais pris à la bibliothèque et qui traînait depuis un certain temps déjà au pied de mon lit. Les 24 et 25 décembre de l’an de grâce 2006 donc, je ne suis pas sorti de chez moi et ai lu L’auteur!, L’auteur! de David Lodge. Maintenant que le moment est venu de vous présenter mes voeux pour 2007, je me rends compte que cette lecture était idéale pour ce faire. Je vous parle un peu de Lodge et du livre puis je vous explique pourquoi.

Lodge est anglais et prof de littérature à la fac. Il écrit ce que l’on pourrait appeler de la littérature de campus i.e. des romans se déroulant dans le cadre de ces charmants campus qui n’existent que dans le monde anglo-saxon et mettant en scène ces aventuriers de l’extrême si fascinants que sont les enseignants-chercheurs. Personnellement je l’ai découvert tout à fait par hasard parce que l’un de ses romans mettait en scène les amours d’un chercheur en sciences cognitives et d’une prof de littérature. Soit dit en passant si jamais vous aviez envie de savoir ce qui se fait actuellement en théorie de la conscience sans vous prendre la tête avec les technicités de la sémantique 2D ou des neurosciences, c’est ce livre que je vous conseille ( The Cambridge Quintet de John Casti est également pas mal et a été traduit en français, je vous en mets le titre français quand je serais sur le net. [Titre : Un savant dîner ]) Lodge a aussi écrit un livre ayant pour titre L’art de la fiction et qui est un recueil d’articles parus dans The Independant me semble-t-il et qui dissèquent de manière minutieuses et éclairantes les différentes techniques qui font un bon roman. Quoique n’ayant aucune ambition de romancier et détestant cordialement tous les livres de recette et de méthodologie, j’avais trouvé ce livre excellent et quasi indispensable pour quiconque écrit de la fiction: un peu comme il est salutaire qu’un mathématicien connaisse les techniques de calcul mental! Mais revenons à nos moutons. L’auteur!, L’auteur! est une biographie de l’écrivain Henry James dont les 30 premières pages sont assez, comment dire, chiantes, et le reste simplement génial; donc accrochez-vous au début et ça devrait aller! Je suis sûr que comme tout le monde, vous connaissez James comme le créateur du roman psychologique anglo-saxon et accessoirement le frère du philosophe et psychologue William James. Saviez-vous qu’il avait également écrit des pièces de théâtre? La bio de Lodge, se concentre sur la tentative de HJ de s’établir comme auteur de théâtre. Pourquoi diable une telle tentative quand on est le meilleur écrivain auquel le XIXe siècle US ait donné le jour? Tout simplement parce que HJ savait qu’il ne vivrait jamais de ses romans. Il avait une conscience aiguë d’être en train de révolutionner le roman d’expression anglaise et pensait que c’était là une chose importante. Il n’attendait donc pas du peuple qu’il se ruât sur ses romans; il acceptait assez bien que seule une minorité de ses contemporains appréciât son oeuvre romanesque. En revanche, puisque la reconnaissance posthume ne fait pas vivre, son plan était d’écrire des pièces de théâtre qui lui rapporteraient assez d’argent pour qu’il pût se payer le luxe de publier ses romans abscons sans se préoccuper de leur popularité présente. Vous l’aurez deviné, cette tentative sera un échec effroyable. Mettez-vous un peu à la place du fier HJ: ses romans remportent un succès d’estime dans le cercle restreint de ses amis intellectuels mais ne se vendent pas, ses pièces de théâtre sont des fours d’autant plus douloureux que publics! En plus certains de ses amis (qu’il adore par ailleurs) remportent un succès monstre avec des romans tout à fait médiocres. On serait déprimé pour moins que ça, non?

En quoi ce livre est-il parfait pour vous souhaiter une excellente année 2007? En fait c’est très simple: la plupart d’entre vous, chers amis, êtes des créatifs qui essayez de repousser certaines limites et d’avoir du succès dans votre domaine. Je souhaite vraiment que 2007 soit pour nous tous une année de succès et d’accomplissements. Certains d’entre nous y arriverons cette année, d’autre pas. Pour ces derniers, penser à HJ est une bonne manière de relativiser et de continuer à rester créatifs même si seule une poignée de fidèles les soutient. Sans doute sont-ils de cette race de précurseurs que la postérité apprécie et comprend mieux que leurs contemporains! C’est quand même pas rien que de faire partie du groupe des HJ, Beethoven and so on… A l’inverse, certains bénéficieront d’une chance insolente qui, combiné à leur talent leur apportera le succès. Il faut bien évidemment l’apprécier pleinement. Mais un danger du succès est que l’on a facilement tendance à considérer qu’il valide exclusivement la qualité et que si l’on est successful, cela veut dire que l’on est plus talentueux que les autres qui ne réussissent pas aussi bien. Peut-être ces happy few gagneraient-ils à se souvenir de du Maurier; pas Daphné qui a écrit Rebecca, mais son grand père, George, ami intime de HJ et auteur de l’ultra best seller d’alors Trilby. Ce du Maurier là n’est même pas dans mon dictionnaire! Bien sûr, je nous souhaite à tous d’être créatifs, d’avoir du succès et de marquer l’histoire, mais puisqu’il paraît que le père Noël n’existe pas, j’espère que ma lecture de cette bio de HJ nous incitera à être respectueux et gentils les uns avec les autres ce qui est largement à notre portée!

PS: J’avais mis de super liens tout au long du texte mais la plupart ne marchaient pas: vous avez donc ceux qui se sont comportés sagement!

5 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. seinecle said, on janvier 2, 2007 at 12:31

    Quelle carte de voeux ! On apprend, on a envie de découvrir ces auteurs (Ulysse prend la poussière sur un rayon de ma bib’…), et on se marre !

    J’ai souri à plusieurs endroits, dont un où il ne fallait peut-être pas : « En quoi ce livre est-il parfait pour vous souhaiter une excellente année 2007? En fait c’est très simple: la plupart d’entre vous, chers amis, êtes des loosers qui ne connaîtrez la gloire que posthume. Comme je viens de l’illuster, votre vie sera une galère sans nom. » (le début de la phrase me laissait anticiper cette fin!)

    Merci pour encore pour ce post qui met la pêche et bonne année à toi aussi!

    Clément.
    PS : et je viens de remarquer la phrase de Séguéla : un sourire de plus.

  2. Anonyme said, on janvier 2, 2007 at 7:05

    J’ai écrit « looser »? En tout cas merci.

  3. Nature said, on janvier 3, 2007 at 6:57

    Merci Hady pour tes souhaits et reçois les miens ! Nous repousserons nos limites créatives😉

  4. Anonyme said, on janvier 18, 2007 at 1:27

    Hahah!!! Tu pouvais pas trouver mieux pour me faire plaisir Hady lol! Une fan de James comme moi!!!
    Mais blague à part, moi ce qu’on m’avait aconté c’est que la passion première de James c’était le théâtre, et qu’il s’était piteusement rabattu sur le roman parce qu’il était piètre dramaturge et incapable de philosopher comme son frère (le coup du philosophe râté, j’en suis sûre, il l’avoue lui-même dans une de ses lettres, mais je ne te donnerai pas la source exacte puisque l’odieux bouquin où la lettre figure est soigneusement enterré dans les rayons interdits de ma bibliothèque en France). enfin bref, il a beau avoir inventé le roman psycho moderne, il reste pour moi chiant, pédant, guindé, terne et, comment dire… pataugeux. Le coeur a ses raisons que la raison ne connait pas comme on dit!!!!! Bonne année à toi en tout cas si je ne l’ai pas encore fait!

  5. Anonyme said, on janvier 20, 2007 at 10:28

    Tu as écrit un article formidable. J’allais dire « comme d’habitude » mais celui-là me plait encore plus que certains autres. Peut-être parce que je m’y reconnais ? Je veux dire dans ces personnes créatives à qui tu adresses tes voeux… « ça m’interpelle au niveau du vécu » comme qui dirait. Bravo pour nous rappeler les frustrations d’Henry James et nous parler de George du Maurier pour lequel on peut vraiment dire « cet illustre inconnu ». Je ne sais pas de quoi 2007 sera faite, mais de lectures c’est sûre, car je viens de rajouter Lodge dans ma (déjà longue) liste de livres à lire.
    Je te souhaite une merveilleuse année d’accomplissement.
    Bises🙂


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :