Hady Ba's weblog

Lamarck & Darwin au basket

Posted in Uncategorized by hadyba on février 22, 2007

Supposons que comme Tony Parker vous vous décidiez à vous lancer dans l’élevage de champions. En l’occurrence, vous voulez des basketteurs: des types costauds et qui mesurent au moins 190 cm. Et, au fait, vous prenez une option sur les rejetons de votre troupeau. Reste maintenant à savoir comment faire pour s’assurer de la qualité de votre investissement et de sa pérennité. Sur ce point important, il y a deux méthodes d’élevage dans le village.

D’abord, il y a la vieille méthode du coach Lamarck. D’après lui, il vous suffit de bien nourrir votre troupeau, de lui faire faire régulièrement de l’exercice et de les faire sautiller de plus en plus haut. A force d’exercice et de nourriture adaptée, non seulement chaque basketteur voit sa taille augmenter, mais plus important encore, ses futurs enfants seront plus grands que s’il était, mettons, footballeur.

Seconde pratique dans le village: celle inspirée des méthodes modernes du coach Darwin. D’après ce grand voyageur qui a fait un très long voyage et visité des contrées aussi exotiques que les îles Galapagos, les chiens ne font pas des chats! OK, cette dernière maxime n’est pas à la pointe de la modernité mais résume assez bien la théorie ultramoderne du coach Darwin. D’après les observations de cet Arsène Wenger de l’élevage, ce n’est pas parce que les basketteurs sautillent sans arrêt qu’ils sont plus grands que la moyenne; c’est parce que les personnes plus grandes que la moyennes sont plus meilleures au basket que les coachs ont eu tendance à les sélectionner dans leurs équipes. Il vaut donc beaucoup mieux acheter des joueurs de grande taille pour en faire des basketteurs plutôt que de prendre n’importe qui et d’espérer que la pratique du basket les ferait grandir. Quid de la descendance? D’après coach Darwin, il suffit juste de distribuer honneur et fortune à mes joueurs et de laisser faire la nature. S’ils sont les plus admirés du village, ils attireront la majorité des femmes feront plus d’enfants que les autres et les chiens ne faisant pas des chats, mon village sera vite peuplé de joyeux petits basketteurs que je pourrais vendre à la NBA.

OK, soyons sérieux un moment. Vous avez tous reconnus mes caricatures pas très fines de la théorie adaptationniste avec transmission des caractères acquis de Lamarck et de la théorie de l’évolution des espèces par voie de sélection naturelle de Darwin. Et vous savez sans doute également que la théorie de Darwin est actuellement la théorie orthodoxe que seuls les néoconserveateurs américains et autres religieux d’obédiences diverses se croient obligés de réfuter. Le problème, c’est que la semaine dernière, il me semble avoir distraitement entendu sur Arte des scientifiques suédois et allemand (je ne suis même pas sûr de leurs nationalités respectives) affirmer une variante de la théorie de l’hérédité des caractères acquis. Selon eux, dans certaines conditions, l’organisme d’une personne semble non seulement se modifier mais également modifier le patrimoine génétique transmis pour que les enfants qui naissent soient mieux adaptés à l’environnement. Il me semble que cette théorie est 1) en contradiction avec l’orthodoxie Darwinienne 2) Lamarckienne. Une précision, j’ai entendu tout ça sans vraiment être concentré du tout et en ayant l’esprit occupé à tout autre chose. Sur le moment, je me suis dit que c’était important et qu’il fallait vraiment que je note les noms de ces scientifiques pour faire une recherche sur internet puis j’ai oublié de le faire. A priori, les lecteurs de ce blog ne sont pas des spécialistes de la théorie de l’évolution et de ses différents débats mais j’écris ce post un peu en désespoir de cause. Si quelqu’un a vu cette émission, j’aimerais bien avoir les références de ces chercheurs iconoclastes pour jeter un coup d’oeil à leurs travaux.
Publicités

Idriss sur le net

Posted in Uncategorized by hadyba on février 22, 2007

Pour nous tous qui avons eu le plaisir de le croiser au département de philosophie de l’université de Dakar, ceci est une très grande nouvelle: Abdourahmane Idrissa est sur le net! Et puisqu’il ne fait jamais les choses à moitié, ce n’est pas un blog que Idriss a ouvert mais … deux blogs; l’un en français et l’autre en anglais. Dans ces blogs, il nous parle dans le style intelligent, fin et cultivé qui est le sien de ses recherches, de sa vision des States, de l’Afrique, de la littérature… et nous donne en plus la primeur de certains de ses textes.

Tout le monde n’ayant pas eu la chance de faire ses études undergrad à Dakar et d’y croiser Idriss, je vais essayer de vous parler un peu de lui. En fait, c’est assez simple: Idriss est l’une des quatre personnes les plus cultivées que j’aie eu l’occasion de rencontrer. Normalement, je ne suis pas vraiment impressionné par les individus que l’on trouve  »cultivés ». Le plus souvent, il s’agit simplement d’étalage de lectures mal digérées. Dans le cas d’Idriss, il s’agit de tout autre chose. L’étendue de ses lectures est certes impressionnante y compris pour le dévoreur de livres que je me trouve être mais ce qui est surtout passionnant chez lui c’est que ces lectures sont toujours subtilement mobilisées au service d’analyses très intéressantes et toujours surprenantes. Pour ceux qui s’intéressent aux aspects plus académiques, Idriss a fait une maîtrise de philosophie politique à Dakar avant de nous quitter lâchement pour la fac de droit de Dakar où il a fait un DEA de sciences politiques, s’est fait repérer par un prof américain et est parti d’abord au Kansas (ça, ça doit être vraiment pourri comme Etat) où il a fait un master en Sciences Po (ou en African Studies j’en suis pas très sûr!) avant de filer vers la Floride (Oh, la Floride!, Les plages, le soleil, les filles… Oups pardon, je crois que je m’égare un peu.) où il fait une thèse qui m’a l’air absolument passionnante sur l’interaction entre Islam, traditions et processus démocratique au Niger.

Si vous visitez le blog en français, je vous conseille particulièrement cet article. Il est un peu long (12 pages quand même dans mon traitement de texte!) mais absolument passionnant et montre toute la complexité des rapports sociaux et politiques dans cette partie du monde si peu connue et si souvent caricaturée qu’est l’Afrique noire. En fait, il parle du Niger et la situation de ce pays est aussi différente de celle du Congo par exemple que la société française peut être différente de la société vénézuelienne et on ne peut donc pas extrapoler pour toute l’Afrique noire. Il me semble cependant qu’Idriss saisit et illustre ce climat, cette civilisation particuliers auxquels le syncrétisme entre islam, paganisme et civilisation occidentale a donné naissance au Sahel et peut être même dans toute l’Afrique noire musulmane. Bonne Lecture.

Lost…& Cognitive turn

Posted in Uncategorized by hadyba on février 20, 2007

Ce post rapide juste pour m’excuser de mon long silence. Il se trouve que je suis en plein dans mes recherches et n’arrive pas vraiment à écrire des textes moins techniques. En fait, je suis en train de me battre avec des théories que je ne maîtrise pas vraiment et qui me donnent plus de fil à retordre que prévu.

Par ailleurs, je suis sérieusement en train de me demander si ce blog ne va pas prendre son cognitive turn. Je m’explique. Il m’arrive parfois d’avoir envie de parler de mes recherches ou de choses que je lis dans des papiers de neurosciences, de logique, de psychologie ou de philosophie de l’esprit mais je me dis qu’il y a certains présupposés basiques qui échapperaient à mes chers lecteurs qui ne sont pas tous spécialistes. J’envisage donc d’écrire une série d’articles sur, par exemple, la machine de Turing, les représentations mentales, le théorème de Gödel and so on… de sorte que je puisse après parler indifféremment de mes intérêts professionnels et extra professionnels dans ce blog sans craindre d’ennuyer la majorité de mes lecteurs adorés.

Dites moi donc ce que vous en pensez et je déciderai, en toute démocratie autocratique dès que j’aurai moins de travail !

PS: Désolé pour frère Dominique mais j’ai pas pu résister. J’espère juste que je ne suis pas en train de faire un travail pareil au sien!