Hady Ba's weblog

One Year Blogging… & un jeu

Posted in Uncategorized by hadyba on juillet 30, 2007

Vous savez quoi, ça fait un an (et quatre jours mais ne chipotons pas!) que j’ai pondu mon premier post pour ce blog. A la base, je voulais créer un blog qui me permettrait de parler à mes nombreux amis restés à Dakar de ma vie en France, de mes lectures et de mes recherches. Je tablais donc sur 50% de philo, 25% de littérature et autres lectures diverses et 25% de trucs perso. Étant donnée mon éducation et ma pudeur naturelle, je suppose qu’il était prévisible que je ne parlerais jamais de ma vie privée dans un blog public et c’est effectivement ce qui s’est passé. Ce qui me sidère en revanche, c’est le peu de place que la philo occupe dans ce blog. J’ai passé l’année universitaire écoulée à me réorienter de la philo de l’esprit vers la philo du langage et ai énormément travaillé dans ce domaine, mais ça n’apparaît absolument pas dans ce blog. A l’inverse, des choses qui ne m’intéressent que de manière incidente comme la politique française occupent une place tout à fait disproportionnée dans ce blog.

Un ami, qui lit souvent ce blog, m’a reproché dernièrement de ne jamais parler du foot et de l’Afrique. Pour le foot, c’est simple: je n’y joue pas, je n’y connais rien et ne peux pas regarder un match, dans lequel l’équipe nationale du Sénégal n’est pas impliquée, sans m’endormir. Je peux donc difficilement en parler ici. Pour l’Afrique, le reproche me semble plus justifié. Je n’ai presque pas parlé du Sénégal ici depuis une année. Vous vous rendez compte? Nous avons eu des élections présidentielles puis législatives, j’ai trouvé le moyen de ne pas en parler. Et ce alors que j’ai déjà parlé ici de Madonna et de Paris Hilton!

Quand j’y réfléchis, je me dis que ces omissions sont assez révélatrices. Je n’écris rien sur ma vie privée parce que je considère qu’elle doit rester privée et n’a rien à faire sur une place publique… même virtuelle. Question d’éducation je suppose. Pour le Sénégal et pour la philo, je pense que c’est la même raison qui joue. Ce sont des sujets qui me tiennent à coeur, si j’en parlais, il faudrait que je le fasse très sérieusement en essayant d’analyser le plus finement possible les choses et dans ce cas, j’écrirais un blog très spécialisé parce que chaque article appellerait des précisions et des explications. Ce serait certes intéressant à faire mais ça demanderait beaucoup de travail et cesserait très vite d’être fun. Or ce qui m’amuse dans le fait de tenir ce blog c’est que je peux sauter du coq à l’âne comme dans une conversation entre amis sans que ce que je dis soit une parole d’expert. Juste ma propre réflexion d’honnête homme sur ce que je viens de lire ou d’entendre et qui m’a plu, agacé, fait réfléchir etc! Tenir ce blog me permet de garder une trace de ces petites pensées incidentes pour mon moi de dans quelques années et d’inviter mes amis à visiter cette partie de mon esprit. [Autre avantage certain du blog: je peux écrire quelque chose d’aussi stupide que « pour mon moi de dans quelques années » sans me sentir coupable de crime contre l’humanité!]

Pour terminer, j’aimerais juste remercier les personnes qui lisent ce blog. A la base, je croyais que mon audience se limiterait à la poignée d’amis pour lesquels je l’écrivais. Bien évidemment, comme tout le monde le sait, on peut toujours compter sur ses amis pour vous lacher. Je soupçonne donc ces amis, que j’adore malgré tout de manière inconditionnelle, de ne jamais venir faire un tour par ici. Malgré tout, et si j’en crois les statistiques de Yahoo, il arrive que d’autres personnes fassent un tour par ici même s’ils ne laissent pas toujours de commentaires au bas du post qu’ils viennent de lire. C’est toujours une sensation assez bizarre de rencontrer quelqu’un en vrai, de se présenter et de s’entendre dire: « Il m’arrive de lire ton blog! » C’est bizarre mais, ça me fait plaisir quand même. J’ai juste un petit regret: j’aurais adoré que plus de gens laissent des commentaires. Je suis mal placé pour me plaindre puisque je lis beaucoup de blogs et commente très rarement. Aussi aimerais-je vous proposer un jeu. Vous n’êtes pas obligés de le faire mais ça me ferait plaisir et me permettrait d’avoir une idée de ceux qui me lisent. Si vous êtes arrivés à la fin de ce post, écrivez donc un commentaire du genre « Hello Hady, c’est X qui te lis de Machin je déteste ton blog » Si vous êtes une connaissance, ça me fera plaisir d’avoir de vos news et si vous êtes un(e) parfait(e) inconnu(e), ça me fera également plaisir de savoir que quelqu’un me lit d’Oulan Bator. Et si vous tenez votre propre blog, laissez donc l’adresse pour que mes lecteurs et moi en profitions. En tout cas merci encore une fois à tous ceux à qui il arrive ou il est arrivé de lire mes élucubrations.

Publicités

Sarko à la fac de Dakar

Posted in Françafrique, Sénégal by hadyba on juillet 30, 2007

 

Mon grand frère (dont je vous ai déjà parlé et qui jouit comme vous le savez déjà donc du bonheur sans mélange de vivre à Dakar) vient de m’envoyer une sélection d’articles de la presse sénégalaise concernant le séjour éclair de Nicolas Sarkozy au Sénégal. Ce que j’ai trouvé plutôt cool, c’est la réaction de mes anciens condisciples et professeurs de la vénérable (en tout cas vénérée par moi ce qui suffit à la rendre vénérable n’est-ce pas?) université Cheikh Anta Diop de Dakar. Si vous vivez en France, si vous ne passez pas vos vacances à la plage et si vous regardez encore les journaux télévisés, vous savez sans doute que ce très cher Nick, après avoir fait son jogging matinal, anéanti les socialistes français, créé une nouvelle constitution européenne, vendu du nucléaire à l’ancien-dictateur-nouveau-démocrate-Khadaffi et sauvé les infirmières bulgares s’est rendu au Sénégal et au Gabon.

Et une fois au Sénégal, il a courageusement affirmé que si la colonisation et l’esclavage c’était pas très joli joli, il fallait quand même arrêter de déconner et d’accuser la France et l’Europe de tous les maux de l’Afrique. Bizarrement ce discours qui se voulait définitoire de la nouvelle politique africaine de la france a été tenu dans mon ancienne, vénérable et vénérée UCAD. Ne me posez surtout pas la question, je suis comme vous, je ne comprends pas qui a pu avoir l’idée saugrenue d’inviter Nicolas Sarkozy dans une université: ça n’a aucun sens tellement il est évident qu’il n’y est pas à sa place. Une entreprise ou une Ecole de Commerce eut mieux convenu. Toujours est-il qu’apparemment, les étudiants et profs de la fac de Dakar n’ont pas du tout apprécié de se faire seriner de telles platitudes par un chef d’état étranger. Il se trouve que chez nous, ce sont là des sujets de débat qui n’occupent que les étudiants de première année. Mes anciens profs et condisciples quant à eux, semblent penser que les choses sont un peu plus complexes et que s’il est évident que le crétinisme des chefs d’états africains a grandement contribué à la dégradation de la situation du continent africain, la marge de manoeuvre de ces derniers est quand même largement réduite par le fait que les règles du commerce mondial par exemple empêchent nos producteurs de coton d’être compétitifs face aux producteurs européens ultra subventionnés. Ceci n’étant qu’un exemple parmi d’autres, et étant donnée la complicité active des différents gouvernements français avec les dirigeants africains qui acceptent de privilégier les intérêts de leurs maîtres français par rapport à ceux de leurs peuples [et à ce propos la visite rendue à ce grand démocrate de Omar Bongo qui règne sans partage sur un pays riche en pétrole et autres ressources naturelles que des entreprises françaises sont autorisé à piller allègrement est révélatrice de la continuité de la politique française: la démocratie sénégalaise pour faire joli et le Gabon pour le business], mes anciens profs et condisciples estiment que c’est au mieux arrogant, moralisateur et condescendant et au pire stupide et cynique pour un dirigeant français de venir leur faire la leçon sur les responsabilités des africains sur la situation de l’Afrique. Le Sénégal étant, Dieu merci, toujours une démocratie avec une presse libre, profs et étudiants n’ont pas manqué de faire savoir le fond de leur pensée aux journalistes présents et envoyer des contributions comme celle-ci aux journaux de la place.

Mise à Jour du 31: Cet article de Rue 89 me parait un bon résumé de la réaction sénégalaise à cette visite

Tagged with: ,

Amartya Sen

Posted in Uncategorized by hadyba on juillet 19, 2007

Je n’ai pas le temps d’écrire un article mais ceci est à lire de toute urgence!

Salman Rushdie

Posted in Uncategorized by hadyba on juillet 11, 2007

Je suis en train de lire le recueil des chroniques et essais de Salman Rushdie [Step Across this Line. Collected Non-Fiction 1992-2002 Vintage 2003 mais j’ai déjà vu la traduction française dans un supermarché quoique je ne l’ai pas revue à la Fnac cette semaine]. Ca faisait longtemps que je voulais lire ce livre mais j’avoue que si je l’ai acheté maintenant, c’est par pur esprit de contradiction. Quand la Reine a anobli Rushdie et que Ayman El Zawahiri a décrété que c’était là une offense absolument intolérable à tout musulman, ça m’a un peu gavé et j’ai eu envie de lire à toute vitesse du Rushdie pour bien lui prouver que personne ne m’imposera jamais ce que je dois lire. J’en conviens, la démonstration aurait été plus pertinente si j’avais résidé dans les zones tribales du Pakistan mais bon, depuis Don Quichotte, tout le monde sait que combattre les moulins à vent, ça ne manque pas non plus de panache!

By the way, si vous êtes musulman, je vous conseille vivement de lire Les versets sataniques, d’abord parce que c’est vraiment un excellent roman, ensuite parce que ça s’inspire d’un épisode authentique de la Révélation (OK, si vous êtes musulman, vous n’accepterez certainement pas son interprétation de la chose mais c’est normal.) enfin parce qu’il est toujours salutaire de savoir exactement pourquoi on est censé détester quelqu’un avant d’en parler! Si vous n’êtes pas musulman, lisez le quand même surtout si vous êtes ce que l’on appelle un ‘occidental’ parce que c’est d’abord une critique de la manière dont les non occidentaux sont accueillis en Europe. Soit dit en passant, ce qui me fascine, c’est comment les critiques se sont arrangés pour occulter ce point, en grande partie grace à la fatwa(1) de Khomeini qui a autorisé tout le monde à se focaliser sur une péripétie annexe de ce livre foisonnant et baroque.

Mais revenons à nos Non-Fiction. J’ai trouvé particulièrement intéressante la partie II du livre qui rassemble ce qu’il a nommé les messages des années de peste i.e. son expérience d’enfermement suite à la fatwa de l’Ayatollah Khomeini. On y voit entre autres choses que l’une des réactions les plus répandus, y compris parmi les dirigeants anglais qui le protégeaient était du genre: ‘Ce Rushdie est vraiment chiant: non seulement, il offense les musulmans mais en plus il n’a même pas le bon goût de se faire tuer rapidement… ou alors qu’il s’excuse platement et qu’on en finisse!’. Bien évidemment, la France, pays auto-proclamé des Droits Humains et de la Culture n’a pas manqué de nous surprendre. Lorsque Rushdie a été invité à Paris, Charles Pasqua qui était alors ministre de l’intérieur et combattait férocement l’immigration clandestine et l’insécurité lui a fait savoir qu’il ne pourrait venir parce que la France n’était pas en mesure d’assurer sa sécurité. Moralité: la liberté d’expression c’est bien mais le pétrole du golfe arabo-persique, c’est encore mieux!

Une chose que j’adore chez Rushdie, c’est sa tranquille détermination à militer pour ce qui en vaut la peine (le droit des femmes à porter une mini jupe par exemple)et à ne pas simplifier les situations pour plaire à son audience. Ainsi, juste un mois après les attentats du 11 septembre, le neo New Yorkais Rushdie donne au New York Time une tribune dans laquelle il écrit:

Next: The question of the counter-attack (…) No more Sudanese aspirin factories to be bombed, please. And now that wise American heads appear to have understood that it would be wrong to bomb the impoverished, oppressed Afghan people in retaliation for their tyrannous masters’ misdeeds, they might apply that wisdom, retrospectively, to what was done to the impoverished, oppressed people of Iraq. It’s time to stop making enemies and start making friends. [p. 392]

Point suivant: la question de la contre attaque (…) S’il vous plait, plus jamais de bombardements d’usines d’aspirines au Soudan. Et à présent que de sages dirigeants américains semblent avoir compris qu’il serait mauvais de bombarder un peuple afghan appauvri et oppressé pour se venger des méfaits de ses maîtres tyranniques, ils [les sages dirigeants américains] pourraient appliquer rétrospectivement cette sagesse à ce qui a été fait au peuple appauvri et oppressé d’Irak. Il est temps d’arrêter de se faire des ennemis et de commencer à se faire des amis. [Ma traduction.]

Une remarque pour terminer: il peut paraître surréaliste que les membres de l’Administration Bush II aient jamais été qualifiés de ‘sages dirigeants américains’ mais c’était en Novembre 2001 et cette Administration avait temporisé pendant plus d’un mois avant de bombarder l’Afghanistan, une telle attente pouvait effectivement passer pour de la sagesse aux yeux d’un optimiste! Le moins que l’on puisse dire c’est qu’ils se sont bien rattrapés depuis.

(1) Fatwa: Pour ceux que ça intéressent, une fatwa n’est rien d’autre qu’un avis juridique ou théologique donné par un prof ou un chercheur sur un point litigieux ou sur une innovation. Comme telle, elle est toujours discutable mais ça n’a pas grand sens de demander qu’on la lève ou qu’on l’annule. Ce serait comme de demander à Kant de lever ou d’annuler sa théorie sur l’universalité de la loi morale. Il peut à la rigueur estimer qu’il s’était trompé et changer d’avis mais ça n’annulera rien et ses disciples pourront toujours argumenter que c’est en changeant d’avis qu’il se trompe (Cf. Comte et ses disciples). De plus, Khomeini étant décédé entre temps, il ne peut décemment pas changer d’avis sur sa propre fatwa! Un exemple pour que tout soit clair: Sarkozy veut demander au prof de droit Jack Lang une fatwa sur la réforme des institutions françaises, ce qui
fout un bordel monstre au PS et amuse au plus haut point ce même Sarkozy. Longue vie à l’Ayatollah Lang et au très byzantin Sarkozy!

Paradoxes Sarkozyques

Posted in Uncategorized by hadyba on juillet 11, 2007

La France est sur-endettée donc il faut baisser les impôts pour augmenter les recettes.

En Angleterre, il y a énormément de caméras et des attentats, en France, pas beaucoup de caméras mais pas d’attentats. Conclusion: il faut renforcer la video-surveillance en France.

Les prisons françaises sont surpeuplées, M. Sarkozy n’use pas de son droit de grâce et Mme Dati présente un projet de loi qui augmentera le nombre de prisonniers y compris mineurs.

PS: Si quelqu’un y comprend quelque chose, j’apprécierai son explication parce que moi, j’y arrive franchement pas.

Les Afriques

Posted in Uncategorized by hadyba on juillet 9, 2007

Un mail que je viens de recevoir d’un ami. Le Journal a l’air pas mal et à mon humble avis, ça ne peut faire que du bien que l’on parle de l’Afrique d’une manière plus ou moins normale:

Hello Hady,
Je voudrais te présenter le journal de la finance africaine pour lequel
je bosse actuellement. Ah oui ,l’Afrique a maintenant son journal de
finance et d’économie! La revue traite des sujets inédits qui, sûrement,
t’intéressent au plus haut niveau. Savais-tu par exemple que l’AI 40,
l’indice qui rassemble les 40 valeurs les plus importantes du continent,
est passé de 110 à 158, soit un gain supérieur à 40%. Bien sûr, on ne
parle pas que de la bourse; il y a bien d’autres sujets très passionants.
Alors je t’invite dans un premier temps à visiter le site web du journal
(www.lesafriques.com), ensuite je t’encourage fortement à t’abonner si
possible.
Par ailleurs nous avons trois bureaux en Afrique: Dakar, Casablanca et
Alger mais le siège se trouve à Genève.
A l’occasion, pourras-tu en parler à ton entourage?
Ahmet.

Technorati

Posted in Uncategorized by hadyba on juillet 9, 2007