Hady Ba's weblog

Salman Rushdie

Posted in Uncategorized by hadyba on juillet 11, 2007

Je suis en train de lire le recueil des chroniques et essais de Salman Rushdie [Step Across this Line. Collected Non-Fiction 1992-2002 Vintage 2003 mais j’ai déjà vu la traduction française dans un supermarché quoique je ne l’ai pas revue à la Fnac cette semaine]. Ca faisait longtemps que je voulais lire ce livre mais j’avoue que si je l’ai acheté maintenant, c’est par pur esprit de contradiction. Quand la Reine a anobli Rushdie et que Ayman El Zawahiri a décrété que c’était là une offense absolument intolérable à tout musulman, ça m’a un peu gavé et j’ai eu envie de lire à toute vitesse du Rushdie pour bien lui prouver que personne ne m’imposera jamais ce que je dois lire. J’en conviens, la démonstration aurait été plus pertinente si j’avais résidé dans les zones tribales du Pakistan mais bon, depuis Don Quichotte, tout le monde sait que combattre les moulins à vent, ça ne manque pas non plus de panache!

By the way, si vous êtes musulman, je vous conseille vivement de lire Les versets sataniques, d’abord parce que c’est vraiment un excellent roman, ensuite parce que ça s’inspire d’un épisode authentique de la Révélation (OK, si vous êtes musulman, vous n’accepterez certainement pas son interprétation de la chose mais c’est normal.) enfin parce qu’il est toujours salutaire de savoir exactement pourquoi on est censé détester quelqu’un avant d’en parler! Si vous n’êtes pas musulman, lisez le quand même surtout si vous êtes ce que l’on appelle un ‘occidental’ parce que c’est d’abord une critique de la manière dont les non occidentaux sont accueillis en Europe. Soit dit en passant, ce qui me fascine, c’est comment les critiques se sont arrangés pour occulter ce point, en grande partie grace à la fatwa(1) de Khomeini qui a autorisé tout le monde à se focaliser sur une péripétie annexe de ce livre foisonnant et baroque.

Mais revenons à nos Non-Fiction. J’ai trouvé particulièrement intéressante la partie II du livre qui rassemble ce qu’il a nommé les messages des années de peste i.e. son expérience d’enfermement suite à la fatwa de l’Ayatollah Khomeini. On y voit entre autres choses que l’une des réactions les plus répandus, y compris parmi les dirigeants anglais qui le protégeaient était du genre: ‘Ce Rushdie est vraiment chiant: non seulement, il offense les musulmans mais en plus il n’a même pas le bon goût de se faire tuer rapidement… ou alors qu’il s’excuse platement et qu’on en finisse!’. Bien évidemment, la France, pays auto-proclamé des Droits Humains et de la Culture n’a pas manqué de nous surprendre. Lorsque Rushdie a été invité à Paris, Charles Pasqua qui était alors ministre de l’intérieur et combattait férocement l’immigration clandestine et l’insécurité lui a fait savoir qu’il ne pourrait venir parce que la France n’était pas en mesure d’assurer sa sécurité. Moralité: la liberté d’expression c’est bien mais le pétrole du golfe arabo-persique, c’est encore mieux!

Une chose que j’adore chez Rushdie, c’est sa tranquille détermination à militer pour ce qui en vaut la peine (le droit des femmes à porter une mini jupe par exemple)et à ne pas simplifier les situations pour plaire à son audience. Ainsi, juste un mois après les attentats du 11 septembre, le neo New Yorkais Rushdie donne au New York Time une tribune dans laquelle il écrit:

Next: The question of the counter-attack (…) No more Sudanese aspirin factories to be bombed, please. And now that wise American heads appear to have understood that it would be wrong to bomb the impoverished, oppressed Afghan people in retaliation for their tyrannous masters’ misdeeds, they might apply that wisdom, retrospectively, to what was done to the impoverished, oppressed people of Iraq. It’s time to stop making enemies and start making friends. [p. 392]

Point suivant: la question de la contre attaque (…) S’il vous plait, plus jamais de bombardements d’usines d’aspirines au Soudan. Et à présent que de sages dirigeants américains semblent avoir compris qu’il serait mauvais de bombarder un peuple afghan appauvri et oppressé pour se venger des méfaits de ses maîtres tyranniques, ils [les sages dirigeants américains] pourraient appliquer rétrospectivement cette sagesse à ce qui a été fait au peuple appauvri et oppressé d’Irak. Il est temps d’arrêter de se faire des ennemis et de commencer à se faire des amis. [Ma traduction.]

Une remarque pour terminer: il peut paraître surréaliste que les membres de l’Administration Bush II aient jamais été qualifiés de ‘sages dirigeants américains’ mais c’était en Novembre 2001 et cette Administration avait temporisé pendant plus d’un mois avant de bombarder l’Afghanistan, une telle attente pouvait effectivement passer pour de la sagesse aux yeux d’un optimiste! Le moins que l’on puisse dire c’est qu’ils se sont bien rattrapés depuis.

(1) Fatwa: Pour ceux que ça intéressent, une fatwa n’est rien d’autre qu’un avis juridique ou théologique donné par un prof ou un chercheur sur un point litigieux ou sur une innovation. Comme telle, elle est toujours discutable mais ça n’a pas grand sens de demander qu’on la lève ou qu’on l’annule. Ce serait comme de demander à Kant de lever ou d’annuler sa théorie sur l’universalité de la loi morale. Il peut à la rigueur estimer qu’il s’était trompé et changer d’avis mais ça n’annulera rien et ses disciples pourront toujours argumenter que c’est en changeant d’avis qu’il se trompe (Cf. Comte et ses disciples). De plus, Khomeini étant décédé entre temps, il ne peut décemment pas changer d’avis sur sa propre fatwa! Un exemple pour que tout soit clair: Sarkozy veut demander au prof de droit Jack Lang une fatwa sur la réforme des institutions françaises, ce qui
fout un bordel monstre au PS et amuse au plus haut point ce même Sarkozy. Longue vie à l’Ayatollah Lang et au très byzantin Sarkozy!

16 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Anonyme said, on juillet 11, 2007 at 6:34

    Merci une fois de plus Ô Hady Ba pour cet article une fois de plus inestimable. Puisses-tu te retrouver un jour dans un cabinet ministériel afin d’y apporter un semblant de jugeotte…😉

  2. Anonyme said, on juillet 11, 2007 at 8:11

    La fatwa décretée contre Rhusdie et l’interdiction de son roman dans la plupart des pays musulman qui s’en est suvie ont contribué à faire une publicité gratuite pour l’auteur des versets sataniques car au fond ce n’est qu’un « roman ».
    Au fait Hady pas encore de feedback sur la Philosophie Interdite.
    Boubacar D.

  3. Anonyme said, on juillet 11, 2007 at 8:12

    La fatwa décretée contre Rhusdie et l’interdiction de son roman dans la plupart des pays musulman qui s’en est suvie ont contribué à faire une publicité gratuite pour l’auteur des versets sataniques car au fond ce n’est qu’un « roman ».
    Au fait Hady pas encore de feedback sur la Philosophie Interdite.
    Boubacar D.

  4. seinecle said, on juillet 13, 2007 at 9:28

    Woolfie : I concur (comme dirait di Caprio dans « Catch me if you can » – mais ça n’a rien à voir).

  5. Anonyme said, on juillet 19, 2007 at 12:13

    Woolfie & Clément: Je ne vois pas vraiment ce que j’irai f… dans un cabinet ministériel mais si c’est bien payé, je suis prêt à me laisser corrompre!
    Boubacar: Ravi de te revoir (enfin, manière de parler, je ne t’ai même jamais vu mais bon…) Désolé, j’ai lu le texte, ça ne m’a pas vraiment passionné et j’ai rien écrit dessus!

  6. rahmane said, on juillet 19, 2007 at 3:18

    Jamais lu ce livre (Les Versets sataniques), quand j’ai commencé, ça m’a barbé, à cause de ce foisonnement justement. Cela vaut-il vraiment la peine d’être lu? Question bête, puisque « de gustibus… » C’est sans aussi que sans Khomeiny, Rushdie n’aurait pas la stature qu’il a actuellement, et je doute qu’on ait pensé à l’anoblir sans la fatwa. Comme sa stature est en réalité plus celle d’une icône politique que d’un intellectuel décisif, il est logique que Zawahiri fulmine contre l’acte en question. A la place de Rushdie, j’aurais refusé l’anoblissement, non par peur des menaces cléricales, mais par souci de dégagement et de ne pas me laisser enrôler.

  7. rahmane said, on juillet 19, 2007 at 3:21

    Ksa! (« Merde », en japonais), pardonnez les perles typographiques, à la ligne 3: « C’est vrai aussi » et non « c’est sans aussi… »

  8. Anonyme said, on juillet 19, 2007 at 10:24

    Hello Idriss, perso j’avais bien aimé les Versets. Je trouve que, qu’on en aime le contenu ou pas, on y sent le souffle d’un grand écrivain: du genre qui crée un monde quoi! Arriver à rendre normal la transformation d’un des personnages en caprins, faut le faire quand même!
    Les rapports de Rushdie avec l’islam me semblent plus complexes qu’il n’y parait: il est clairement athée mais il essaie d’être objectif. Quand on le lit, il est bien plus complexe et plus critique envers ‘l’occident’ que l’aperçu qu’en donnent les médias et il insiste souvent sur la nécessité de soutenir et d’écouter la voix des intellectuels du monde musulman. En pure perte of course!
    J’attends de lire son livre Shalimar le Clown pour me faire une meilleure idée!

  9. rahmane said, on juillet 19, 2007 at 10:55

    Je crois qu’au moment où j’ai essayé de le lire, il n’y a pas eu d’étincelle, cette étincelle de la rencontre… Et now it’s too late, il est devenu une statue du commandeur. Mais attends: il faisait tout de même de la provoc avec le titre choisi pour son livre et c’est sans doute la suite de l’histoire qui l’a rendu plus sensible à certaines choses. Mais de plus cette histoire d’anoblissement: il y a quelques temps, c’est VS Naipaul qui était anobli, le pourfendeur atrabilaire et ricanant de l’Islam (et d’à peu près tout d’ailleurs, s’il faut dire le vrai), et maintenant Rushdie. Pour les gens qui ne le lisent pas, comme toi, cela fait série et islamophobie, et il aurait dû courtoisement prévenir les gens du protocole royal british que cette procédure n’était pas de mise. Mais il faut reconnaître que quand on vit à Londres, le fait de se faire appeler « Sir Untel » est probablement une tentation presque irrésistible.
    Je n’oublie pas non plus, cela dit, que Mahfouz faillit se faire assassiner au couteau au Caire pour avoir reçu et accepté le prix Nobel — perçu comme une décoration civilisationnelle « occidentale ». Donc on est tenté de faire un pied de nez, et de « faroter » avec un titre civilisationnel british au nez et à la barbe de barbus excités.
    Quel monde inconfortable!
    Si tu lis Shalimar le Clown, j’espère que tu en écriras une critique.

  10. Anonyme said, on juillet 19, 2007 at 11:12

    J’avoue que la simple perspective de devenir un jour Sir Hady me donne envie d’émigrer à Londres. Et pourtant en général je n’ai aucune faiblesse pour les titres honorifiques!
    Sur le titre: apparemment, les versets en questions sont effectivement sataniques dans la tradition islamique. C’est un épisode authentique de la Révélation où le Prophète est arrivé avec des Versets et s’est rétracté par la suite ayant appris de Djibril qu’il s’était fait berné par Satan. Je n’ai pas les références mais Bachir me l’a confirmé la dernière fois qu’il était à Paris. Le titre n’est donc pas provocateur. Soit dit en passant, il y a aussi dans le Coran une sourate titrée « Il s’est renfrogné » où le prophète se fait… disons disputer pour avoir privilégié de riches marchants mécréants plutôt qu’un mendiant de ses fidèles qui voulait une précision. Sourate que je me fait un malin plaisir de rappeler à mes amis les plus dévots pour montrer que le coran n’a jamais affirmé la perfection ou l’infaillibilité de Mahomet.

  11. Anonyme said, on juillet 19, 2007 at 11:16

    PS: La lecture de Shalimar Le Clown est prévu mais pas avant un long temps.
    PPS: Merci pour le lien sur ton blog. Viens de le voir.

  12. rahmane said, on juillet 21, 2007 at 1:47

    Oui, j’avais eu vent de cette explication du titre, mais je ne vois pas trop en quoi cela le rend moins provocant… En un sens: au contraire. Mais bon… Pour la plupart des musulmans, la tanzil ou descente du Coran est un objet d’admiration sacrée, et fonder une oeuvre littéraire sur une tanzil négative peut apparaître comme choquant ou en tout cas mettre mal à l’aise. Je suis d’accord qu’une condamnation en mort n’était pas une réponse admirable, d’un autre côté, mais tout ceci me fait souvenir de t’envoyer un article écrit à ce sujet par un de mes profs de théorie politique en Floride, qui est vraiment lumineux sur tous les aspects de cette question Rushdie au moment où ça s’est passé. Il y a là des choses surprenantes. Keep in touch. Peut-être j’en mettrai un commentaire un français sur mon blog.

  13. Anonyme said, on juillet 21, 2007 at 2:04

    J’adorerais lire ce papier. Merci d’avance.

  14. rahmane said, on juillet 22, 2007 at 10:41

    Désolé, je croyais l’avoir ici, sur mon ordi, mais ce n’est pas le cas. Voici les références dans tous les cas: “Multicultural Liberals and the Rushdie Affair: A Critique of Kymlicka, Taylor, and Walzer” (The Review of Politics, Vol. 61, No. 2 [1999]: 219-250) par Daniel O’Neill. En dépit du titre, O’Neill entre dans les détails événementiels de façon fort vivante, tout en martelant ses têtes de turcs. Si ta fac a JSTOR, tu peux accéder à l’article sur Internet, moi, je ne suis pas encore rentré dans le système de ma fac. Sinon, tu cherches un exemplaire imprimé, ou tu attends mon retour dans le système de ma fac dans quelques semaines. Incidemment, su tu as besoin de n’importe quel article dans une revue de philosophe anglophone, let me know…

  15. Anonyme said, on juillet 24, 2007 at 8:14

    J’ai récupéré le texte sur Jstor. Merci pour la référence. Ca a l’air intéressant. Merci pour la proposition. De mon labo, j’ai accès à Jstor et à un certain nombre de journaux mais parfois (je sais, ça change de Dakar!), il arrive qu’on ne soit pas abonné à la revue qui m’intéresse. Je te ferais signe la prochaine fois.

  16. Mazel said, on août 25, 2007 at 3:06

    merci pour votre visite. J’en profite pour lire un peu vos articles. Passionnant. Je ne laisse pas de commentaire sur tous, mais j’ai bien l’intention de poursuivre ma promenade chez vous.
    Pour Rushdie, j’ai n’ai lu que « les versets »… c’est peu… enfin, votre article me donne envie de lire autre chose de lui… et comme j’ai une sortie de programmée en direction de la bibliothèque, je pense que la semaine qui vient et déjà très occupée par cet auteur…
    Je pense que le choix du titre se fera « au hasard » à moins que vous me donniez un conseil amical de lecture.
    En toute amitié.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :