Hady Ba's weblog

La générosité de Steve Coleman

Posted in Blogroll, Musique by hadyba on septembre 29, 2007

Many people have asked me what are my reasons for giving away music for free. Well, why not? Why should everything always cost something? For me music is organized sound that can be used as sonic symbols to communicate ideas. (…)

My reasons for providing free music comes from my belief that musical ideas should not be owned by anyone. I believe that ideas should be free for anyone to use (but not to necessarily sell to others or make others pay for the use of these ideas). The concept of a commons area where ideas can be used for the benefit of all but for the profit of no one may seem like an unrealizable concept in the world today. Basically greed runs the world today and it is because of this that the concept of ownership exists.

Steve Coleman

J’apprends via le blog Philosophie (que je viens d’ailleurs de découvrir par hasard et qui m’a l’air excellent) que le saxophoniste Steve Coleman offre en téléchargement gratuit une bonne partie de son répertoire.

Ne vous précipitez pas ici pour l’instant, j’ai encore deux ou trois choses à dire!

Dans son post, Niklaus Vonderflu, l’auteur de ce blog (un pseudo?), traduit en plus le très beau texte par lequel Coleman justifie le fait de mettre gratuitement à la disposition du public son oeuvre. En gros, il estime que la musique est, comme les sciences ou la littérature, un médium qui permet de découvrir et de communiquer des idées. Les idées étant le bien commun de l’humanité, vendre de la musique lui semblerait aussi absurde que de vendre la théorie de la Relativité. [Et à propos de théorie de la Relativité, il me semble avoir lu dans une biographie d’Einstein qu’il lui paraissait toujours (à Einstein) un peu injustifié qu’on le payât pour faire de la physique!]

Revenons à Coleman. Selon lui, puisque le musicien explore et expose des idées qui ont vocation à enrichir spirituellement l’humanité toute entière, il ne faudrait pas qu’il soit obsédé par le profit qu’il peut en tirer. Il est certes indispensable de faire du profit, ne serait-ce que pour vivre et financer le groupe et la recherche, mais au delà de cela, on tombe dans une obsession de l’argent qui a, je le cite, « presque toujours un effet négatif sur l’esprit. » Ca vous rappelle quelque chose? Vous avez raison: la citation de Chomsky que j’avais mise la dernière fois. Comme quoi, les grands esprits se rencontret vraiment!

Même si je n’achète pas vraiment la métaphysique de Coleman, je suis assez admiratif devant sa théorisation de son activité et surtout devant son oeuvre musicale of course!

PS: Pour les monolingues, voici l’article du Wikipedia français sur Coleman.
PPS: Maintenant, vous pouvez vous précipiter ici pour télécharger!

Publicités

Benda vs Woodward

Posted in Uncategorized by hadyba on septembre 25, 2007

Connaissez vous La trahison des Clercs de Julien Benda? C’est un livre écrit en 1927 si je ne m’abuse dans lequel l’auteur accuse les intellectuels de ne pas se conformer aux idéaux qui devraient être les leurs. En gros, pour Benda, un intellectuel a des devoir envers ses semblables et le principal de ces devoirs est de rester obstinément accroché au monde des idées et à l’objectivité. Dit comme ça, ça peut paraitre stupide mais ça ne l’est pas vraiment. S’accrocher obstinément au monde des idées, c’est faire fi des modes mais également et surtout des hystéries politiques comme le nationalisme, l’obsession de la race voire tout simplement l’engagement irraisonné dans un parti. L’intellectuel pour Benda est une sorte de clerc qui doit toujours faire usage de son esprit critique et ne pas craindre d’être impopulaire quand il analyse et prend position dans une conjoncture donnée. Sachant que ce livre a été écrit après que son auteur avait pris parti pour le capitaine Dreyfuss et qu’il sera réédité après la seconde guerre mondiale en 1946, ce qu’il dit prend tout son sens. Il y a certes quelque chose d’irrémédiablement élitiste chez Benda, mais il me semble que c’est justement la seule forme d’élitisme qui soit tolérable: celle d’un intellectuel qui est persuadé que puisque son sacerdoce est de penser, son devoir est de livrer à la société le résultat de ses réflexions sans nullement les édulcorer et ce même s’il risque de choquer la majorité. Quant à ce que cette société fera de ce résultat, c’est une autre histoire…

Tout ceci est bel et bon, mais pourquoi est-ce que je vous parle d’un penseur du début du 20e siècle? En fait, j’ai repensé à Benda hier soir en regardant Bob Woodward sur i>Télé. Pour ceux qui ne le connaitraient pas, Woodward est un authentique héros du journalisme universel depuis qu’il a, avec Carl Bernstein recueilli les confidences de gorges profondes dans l’affaire du Wartergate, obligeant Nixon à démissionner de la présidence des USA.

J’étais donc en train d’écouter Woodward qui parlait de son dernier livre dans lequel il nous explique pourquoi Bush Jr s’en est allé en guerre en Irak, à quel point c’était une erreur, comment W a court circuité tous les circuits de décisions n’écoutant ni son père, ni ses ministres, ni ses conseillers etc… C’était clair quoi, le seul responsable du fiasco irakien c’était Jr et personne d’autre.

Moi je veux bien. Je n’ai pas de sympathie particulière pour W. Je pense même carrément que c’est un crétin fanatique. Il n’empêche que tous ces rats qui quittent le navire au dernier moment, ça commence à sérieusement manquer de dignité je trouve. Woodward est de son propre aveu, le journaliste qui a sans doute passé le plus de temps avec Bush Jr depuis sa première élection. Il le connait très bien et savait ce qu’il allait faire et comment il allait le faire. Par ailleurs, travaillant depuis plus de 30 ans au Washington Post, on peut difficilement l’accuser d’être un ignorant en matière de politique étrangère. Il n’empêche que quand l’Administration Bush a décidé d’envahir l’Irak, il n’a absolument pas moufté. Le Washington Post, tout comme quasiment l’ensemble de la presse et de l’establishment US a soutenu cette guerre populaire. Or en tant qu’intellectuels, que clercs comme aurait dit Benda, leur devoir était, au risque d’être impopulaire et de se faire lyncher, d’avertir leurs concitoyens de ce que signifiait exactement l’aventure dans laquelle on les entrainait. Ils ne l’ont pas fait. Alors moi, je veux bien que Bush Jr soit stupide et borné mais ce n’est en aucun cas un traitre; il a fait ce qu’il estimait devoir faire. Bob Woodward et les autres types qui font profession d’intelligence ne peuvent en aucun cas en dire autant.

PS: La même conclusion me semble valable pour le gouvernement français actuel. Nicolas Sarkozy déploît haut et fort son inculture et sa dangereuse idéologie, les ministres comme Kouchner, Amara, Boutin ou Hirsch qui font semblant de se pincer le nez en collaborant avec lui sont des traitres qui privilégient leurs intérêts personnels à leur devoir d’humain.

Dying in Sarkoland

Posted in Uncategorized by hadyba on septembre 24, 2007

Chomsky dans le Diplo

Posted in Uncategorized by hadyba on septembre 24, 2007

Une de mes amis m’a signalé vendredi cette interview de Noam Chomsky dans le Monde Diplomatique. Je pense vraiment que c’est digne d’intérêt et vous la conseille à mon tour. Sur le plan politique, Chomsky a ce talent très rare d’articuler des idées qui devraient relever du pur et simple bon sens mais qui dans la bouche de n’importe qui d’autre passeraient pour de dangereuses diatribes. Pour vous donner une idée de ce dont je parle, je me permets de mettre cet extrait de l’interview:

Dans un de vos livres, vous commentez la phrase de Milton Friedman : « Faire des profits est l’essence même de la démocratie »

A vrai dire, les deux choses sont tellement contraires qu’il n’y a même pas de commentaire possible… La finalité de la démocratie, c’est que les gens puissent décider de leur propre vie et des choix politiques qui les concernent. La réalisation de profits est une pathologie de nos sociétés, adossée à des structures particulières. Dans une société décente, éthique, ce souci du profit serait marginal. Prenez mon département universitaire [au Massachusetts Institute of Technology] : quelques scientifiques travaillent dur pour gagner beaucoup d’argent, mais on les considère un peu comme des marginaux, des gens perturbés, presque des cas pathologiques. L’esprit qui anime la communauté académique, c’est plutôt d’essayer de faire des découvertes, à la fois par intérêt intellectuel et pour le bien de tous.

Et là on se dit bon sang mais bien sûr! Nous avons tellement l’habitude de subir toute cette rhétorique sur la nécessité de s’enrichir, de consommer… etc que nous en oublions que si nous cherchons à nous enrichir, c’est pour pouvoir avoir une vie décente et que donc la recherche du profit devrait être moins une fin en soi qu’un moyen.

Sinon, pour ceux qui n’étaient pas sur terre les 50 dernières années, je vous signale que Chomsky n’est pas seulement (ni même principalement) un théoricien politique. C’est d’abord et avant tout le type qui a créé la grammaire générative révolutionnant au passage la linguistique. L’idée de base de la grammaire générative est qu’il existe une grammaire universelle innée que tous les humains ont en partage. Selon l’environnement linguistique dans lequel nous sommes plongé, nous développons une langue donnée. L’un des buts de la linguistique dans ce cas est de spécifier les règles qui nous permettent d’expliquer comment les énoncés du langage sont générés.

Bonne lecture.

Rentabiliser ses préjugés

Posted in Recherche, Vie quotidienne by hadyba on septembre 22, 2007
Je savais bien que j’étais un peu féministe sur les bords mais franchement là, ça devient ridicule! Je m’explique.

Je suis avec intérêt les travaux de Jean-François Amadieu depuis quelques temps déjà. Il est prof à Paris 1 et son programme de recherche est assez simple: il nous montre que Coluche avait raison. Il vaut mieux être beau et riche que moche, pauvre et malade. En fait, il vaut même mieux être beau et légèrement stupide que moche ou gros et supérieurement intelligent. Ce que JFA montre, c’est que nous avons souvent des préjugés inconscients qui font que nus faisons des associations simplistes du genre beau/intelligent, noir/paresseux, arabe/voleur, femme/frivole, raciste/blanc etc… Bien sûr, en temps normal, nous réprimons assez bien ces préjugés mais de temps à autres ils ressurgissent. Ainsi quand un DRH doit embaucher, même sans être consciemment anti-gros, sexiste ou raciste, il aura tendance à choisir le candidat qui est légèrement moins qualifié mais blanc, beau et jeune qu’un vieux, un noir, un arabe ou une femme même quand ces derniers sont plus qualifiés. Savoir quels sont nos préjugés permets de travailler dessus et de regarder vraiment les cv par exemple plutôt que de nous laisser influencer par un physique agréable.

Pour nous aider à mettre au jour ces préjugés, JFA et son équipe ont conçu un test qu’ils ont mis en ligne ici. Ayant lu cet article de Libé qui en parlais, je me suis empressé d’aller passer les tests. En mon âme et conscience, je sais bien que je suis une personne à peu près dénuée de préjugés et m’efforce de penser qu’il y a à peu près la même proportion d’enfoirés et de personnes estimables dans tous les groupes humains. Mais ça, c’est ce que je sais quand je suis réveillé et que mon éducation contrôle mon esprit, en serait-il de même au cours d’un test de rapidité qui révèle les associations inconscientes que je fais sans même y penser? C’est, entre autres, pour le vérifier que j’ai passé les tests.

Singulièrement, je me disais que bien que je sois consciemment féministe et soit énervé quand j’entends des remarques machistes (en fait j’ai totalement renoncé aux blagues sexistes quand j’ai réalisé, il y a 4 ans qu’il y avait des crétins [hommes et femmes pour le coup!] pour les prendre au premier degré), il était parfaitement possible que je sois un macho qui se surveille. Eh bien regardez attentivement la capture d’écran qui illustre ce post. Non seulement je ne suis pas macho, mais en plus mes stéréotypes seraient tels que j’aurais « légèrement tendance à associer les femmes au travail et les hommes à la famille »! Hum, j’avoue que celle là je ne m’y attendais pas du tout!

Au début j’étais un peu scié puis je me suis empressé de faire ma capture d’écran parce que ça, c’est de l’or en barre: j’ai une annonce à faire et cette photo est indispensable pour la rendre crédible. Ce préjugé est le seul que je peux rentabiliser.

Annonce:

Toi qui lis mon blog, si tu es une femme (25-35 ans), si tu es belle, si tu es riche, si tu es intelligente et si tu cherches un mec pour t’aimer et garder les enfants parce que tu veux continuer à travailler 90h par semaine dans la finance, alors tu as devant toi le spécimen rare: je suis célibataire! N’hésite surtout pas à m’écrire.
Tu te demandes sans doute pourquoi il faudrait que tu sois riche. Excellente question qui prouve que tu es intelligente. La réponse est simple: j’ai beau être le mec idéal, je ne sais pas vraiment faire la cuisine ni correctement faire la lessive so, il nous faudra un ou deux domestiques pour s’occuper de ces détails

PS: Je sais bien que la photo n’est pas très claire mais c’est le mieux que j’ai pu faire avec une capture d’écran et Paint. J’ai l’original à tout hasard.

Bourde

Posted in Uncategorized by hadyba on septembre 19, 2007

L’Ethiopie en l’An 2000

Posted in Uncategorized by hadyba on septembre 17, 2007

Lu au détour de ce papier de Time mag que l’Ethiopie vient de passer le 11 Septembre dernier en l’an 2000, sept ans après tout le monde! En fait, ils utilisent une sorte de calendrier Julien modifié qui leur donne le privilège unique d’avoir une année qui se divise en treize mois au lieu de douze.

De prime abord ça m’a fait sourire puis ça m’a rappelé une chose que nous avons souvent tendance à oublier: l’Ethiopie est sans doute la plus ancienne nation au monde et s’est débrouillée pour demeurer indépendante quasiment tout le long de son histoire (à l’exception notable de l’invasion du pays, de 1936 à 1941, par des barbares italiens menés par un certain Mussolini). Malheureusement tout ce qui nous vient l’esprit à présent quand nous évoquons ce pays ce sont les images de la terrible famine plus ou moins orchestrée par le dictateur sociopathe Mengistu Hailé Mariam en 1984-1985 et qui nous a valu l’impérissable We are the world!

Apparemment, ça devrait changer puisque l’Ethiopie est en train de s’affirmer, avec l’aide de Washington, comme puissance sous régionale et qu’on vient d’y découvrir du pétrole. Dans tous les cas, je vous conseille l’article de Time Mag qui est plus tôt pas mal et assez drôle parfois.

C’est humain, un immigré?

Posted in Uncategorized by hadyba on septembre 14, 2007

Thierry Mariani, député UMP propose que les candidats au regroupement familial subissent un test ADN pour vérifier que leur supposée progéniture est bien de leur sang. Je suppose que c’était fatal. Avec cette droite décomplexée, avec la sortie de Sevran sur la bite des noirs, avec l’ignoble discours de Sarko à Dakar, avec la chasse aux immigrés érigée en programme politique, il fallait que la question soit posée un jour. Eh bien, je vais rendre un service à tout le monde en France et la poser: sont-ce vraiment des hommes ces immigrés?

Je ne vais bien évidemment pas m’amuser à vous donner ma réponse à cette question (ne serait-ce que parce que je suis partial étant moi-même un immigré) mais je pense que l’on devrait au moins avoir l’élémentaire honnêteté de se poser cette question parce que c’est exactement de ça qu’il s’agit avec le nouveau gouvernement français. Il me semble tout simplement que l’on ne devrait pas pouvoir tenir sur des humains un discours aussi ignoble que celui qui est en train de devenir la norme en France sur les immigrés. On semble trouver acceptable que les gens qui viennent occuper les emplois d’éboueurs, d’ouvriers et de maçon, non seulement ne soient pas remerciés pour ce qu’ils font mais en plus n’aient ni droit ni dignité.

Si vous avez un troupeau de chevaux, vous pouvez choisir d’en garder les plus rapides et de virer sans ménagement les autres. Vous pouvez détacher les parents des enfants et bien évidemment vous pouvez vérifier exactement la filiation des petits au moyen de tous les tests que vous voulez. Le bien être de ces chevaux n’importe que dans la stricte mesure où il est déterminant pour leurs performances, quant à la notion de dignité équine, elle n’a tout simplement aucun sens. Si à l’inverse vous vous occupez d’êtres humains, ce ne sont pas seulement leurs performances objectives qui sont importantes. Il y a des principes comme la dignité humaine ou les droits de l’homme sont à respecter. Ainsi, ce n’est pas parce que quelqu’un s’occupe de nettoyer des rues et de vider des poubelles pour un salaire de misère qu’il n’a pas droit à une vie de famille. S’il vit en France, qu’il y travaille et y paie ses impôts, pourquoi ne pourrait-il pas faire venir sa famille? Le problème c’est que le discours politique français actuel a tellement réussi à enfoncer dans le crane de tout le monde que les immigrés sont la source de tous les maux français que presque personne ne s’indigne plus quand est adoptée une loi dont l’objectif avoué est de réduire le nombre de regroupements familiaux. Il n’est donc pas étonnant dans un tel climat qu’un député démagogue propose que l’on agisse pour ces personnes comme on agirait avec un pur sang arabe que l’on se propose d’acquérir: faisons donc un test ADN et vérifions que le candidat au regroupement familial est bien le fils de son père avant de lui filer un visa pour venir en France! Je me demande quant à moi combien de français accepteraient qu’on exige d’eux un test ADN pour pouvoir se rendre aux USA par exemple. Mais il est vrai que les français sont des êtres humains tout comme les américains, alors que les sénégalais, maliens, tchétchènes et autres…

By the way, je crois vraiment que c’est le moment où jamais de relire ça:

Vous qui vivez en toute quiétude

Bien au chaud dans vos maisons,

Vous qui trouvez le soir en rentrant

La table mise et des visages amis,

Considérez si c’est un homme

Que celui qui peine dans la boue,

Qui ne connaît pas de repos,

Qui se bat pour un quignon de pain,

Qui meurt pour un oui pour un non.

Considérez si c’est une femme

Que celle qui a perdu son nom et ses cheveux

Et jusqu’à la force de se souvenir,

Les yeux vides et le sein froid

Comme une grenouille en hiver.

N’oubliez pas que cela fut,

Non, ne l’oubliez pas:

Gravez ces mots dans votre coeur.

Pensez-y chez vous, dans la rue,

En vous couchant, en vous levant;

Répétez-les à vos enfants.

Ou que votre maison s’écroule,

Que la maladie vous accable,

Que vos enfants se détournent de vous.

C’est d’un certain Primo Levi et j’ai éprouvé une furieuse envie de le relire en voyant le sourire obscène de M. Mariani et en entendant la réaction subséquente de M. Hortefeux.

Mise à jour du 27/09/07: Le Sénat a rejeté hier cet amendement qui était quand même passé à l’assemblée nationale! Désormais, si jamais vous m’entendez dire du mal du Sénat français, votre devoir est de me gifler pour m’apprendre le respect parce que, apparemment, c’est l’un des des derniers bastions de la décence dans la vie politique française.

Mise à jour du 04/10/07: Vous l’aurez compris, j’avais crié victoire trop vite. Le Sénat s’est honteusement allongé en se bouchant le nez quand même. Résultat, on a un amendement vidé de sa substance mais qui ne s’applique plus qu’à l’Afrique noire. Non seulement ça sert à rien mais en plus c’est raciste. La pire évaluation du rapport qualité/prix que l’honneur de l’état français pouvait subir. Ces types sont géniaux de stupidité!

Subprimes

Posted in Economie by hadyba on septembre 10, 2007

Je suis comme vous, j’ai profité de l’été pour me cultiver. Mais contrairement à vous, je suis convaincu qu’il ne faut surtout pas en faire trop et que trop de culture nuit à la culture. Du coup, j’ai appris un (et un seul) nouveau mot. En plus, je ne l’ai même pas choisi, il m’est tombé dessus sans crier gare. Ce mot, c’est subprime. Il est magnifique non, mon mot? Pour ceux qui sont encore plus incultes que moi, qu’il me suffise de dire que c’est grâce aux subprimes que les bourses mondiales ont si dramatiquement chuté cet été. Mais c’est quoi donc ces fameuses subprimes? D’abord une précaution: j’ai eu du mal à en comprendre le mécanisme et même maintenant, il y a deux ou trois détails dont je suis sûr que je ne les comprends pas tout à fait. Le ridicule n’ayant jamais tué personne, je ne vais pas arguer de mon ignorance pour éviter de dire des bêtises. Oh que non, je vais disserter très doctement sur ce que je ne maîtrise absolument pas, à charge pour les économistes comme Clément qui me font l’honneur de lire ce blog de totalement trasher cet article. N’hésitez surtout pas à jouer le jeu!

Pour comprendre la crise des subprimes, imaginez-vous les deux scénarios suivants.

  1. M. & Mme Dupont, couples d’intérimaires vivant en région parisienne et gagnant en moyenne 4000 euros par mois. Ils ont quatre enfants et rêvent de s’acheter un pavillon dans un quartier calme. Ils vont donc voir leur banquier, M. Con pour lui demander un prêt. Après leur avoir demandé un dossier comprenant leurs déclarations de revenus depuis leur majorité, leurs cartes d’identité etc…, M. Con leur donne rendez-vous trois semaines plus tard et leur tient à peu près ce langage: « Chers M. & Mme Dupont, vous êtes bien gentils et c’est vrai que vous travaillez tous les deux de manière régulière depuis vos 18 ans mais voila, mes patrons vous refusent le prêt parce qu’en tant qu’intérimaires, rien ne nous assure que vous continuerez à travailler. Il suffirait que la conjoncture se retourne n’est-ce pas? En plus vous avez quatre enfant. Si jamais vous vous débrouillez pour trouver des CDI, je dis pas mais là, il y a vraiment trop de risques. » Le couple sort du bureau en murmurant « enfoirés de banquiers! » ce qui est, comme vous le verrez par la suite, une pure calomnie.

  2. Miss Smith, mère célibataire de quatre enfants, vit avec sa famille dans une caravane au Colorado. Elle travaille tous les matins au Wal Mart du coin, les vendredi & samedi comme caissière au cinéma et est un samedi par mois barmaid au bar local. Si seulement, son ex mari qui a disparu après leur divorce daignait payer la pension alimentaire, elle pourrait louer une maison pour ses enfants mais pour le moment… Il va sans dire que Miss Smith ne rêve absolument pas de s’acheter une maison! C’est sans compter avec Mr Asshole. Ce dernier est courtier (même pas banquier donc) et il vient proposer à Miss Smith de lui prêter de l’argent pour qu’elle achète une maison à sa, si délicieuse, famille. Miss Smith n’a pas de revenus importants et est potentiellement insolvable? C’est pas grave. Elle n’a pas d’apport personnel? Qu’importe! Non seulement Mr Asshole ne demande pas d’apport, mais en plus il est même prêt à filer à Miss Smith des dizaines de milliers de dollars pour l’inciter à emprunter son argent. En plus ce sera un prêt à taux variable ce qui veut dire que Miss Smith remboursera une très petite somme au début. Bien sûr, les taux grimperont peut être dans le futur, mais d’ici là Miss Smith, dont l’acceptation de ce prêt est bien une preuve qu’elle a un sens aigu des affaires, sera riche devenue n’est-ce pas? Et en plus, elle pourra toujours, si elle le veut, vendre cette maison dont la valeur va inéluctablement monter pour rembourser son crédit, en racheter une autre et même envoyer ses enfants qui pétillent d’intelligence à l’université. Mais avant d’en venir à cette extrémité, Mr Asshole ou un de ses collègues sera toujours disponible pour lui accorder un prêt hypothécaire indexé sur la valeur actuelle ou future de sa maison. Après cet entretien que, je vous le rappelle, elle n’avait même pas sollicité, Miss Smith signe n’importe quoi et emménage dans sa nouvelle maison en se disant que ce cher Mr Asshole est assurément un gentleman et un bienfaiteur de l’humanité. Ce qui est, comme vous le verrez par la suite, une pure calomnie.

L’on pourrait se demander pourquoi Mr Asshole propose de l’argent à des personnes si manifestement insolvables? Est-il plus stupide que M. Con le banquier français? En fait c’est surtout que d’une part Mr Asshole se prend pour un génie là où M. Con se croit juste intelligent et d’autre part parce que Mr Asshole s’en fiche éperdument d’être remboursé! La première chose qu’il va faire à la fin du mois, c’est de regrouper tous les prêts immobiliers qu’il vient de réaliser, de leur donner un nom du genre Trucmuche Mortgage Securities (TMS donc) puis de vendre tout cela sur le marché boursier pour récupérer sa mise. OK mais pourquoi quelqu’un irait-il acheter des crédits pourris à Wall Street? Ben c’est simple non? Vous êtes un Hedge Fund, vous achetez du TMS puis vous allez à la banque et vous demandez des milliards de crédit en donnant comme garantie vos TMS puis avec ces milliards, vous achetez une vraie boite comme EDF ou Areva ou n’importe quoi d’autre, vous la restructurez (en clair vous virez des gens, délocalisez ce qui peut l’être, baissez autant que possible les salaires etc) puis vous la revendez en réalisant une plus value absolument honteuse. Et vous savez quoi, vos TMS, ils ont déjà été revendu des dizaines de fois entre temps. C’est génial non? Tout le monde est content! Hum, peut être pas Miss Smith. Vous vous souvenez du taux d’intêret? Il était censé être variable n’est-ce pas? Ben, entre temps chaque propriétaire l’a fait varié à la hausse et la pauvre Miss Smith qui en plus avait hypothéqué cette maison pour payer les frais médicaux de la petite dernière se retrouve avec des mensualités de plus de $4000 ce qui est bien plus qu’elle ne peut payer.

Là je suis sûr que vous vous posez deux questions: 1) quel rapport avec la crise financière? et 2) pourquoi je vous raconte ça alors que j’étais censé vous parlé du nouveau mot, subprime, que j’ai appris pendant cet été? D’abord je vous félicite parce que ces questions prouvent que non seulement vous lisez mes élucubrations mais en plus que vous les lisez attentivement ce qui me flatt
e… mais ne manque pas de m’inquiéter.

Miss Smith n’arrive pas à rembourser, mais elle n’est pas la seule: ils sont des millions. En 2005 & 2006 par exemple, c’est 20% des prêts hypothécaires accordés aux USA qui sont semblables à celui qu’elle a reçu. Et puisque la plupart de ces gens n’arrivent pas à payer, le propriétaire actuel du prêt va sans doute saisir leurs maisons, mais cela ne servira strictement à rien parce qu’en essayant de vendre précipitamment toutes ces maisons, ça fera chuter le prix des maisons. Or, étant donné que depuis des années les prix des maisons n’ont cessé de grimper et que encore plus d’américains ont hypothéqué leurs maisons pour contracter des prêts, cette chute généralisée des prix dans l’immobilier crée des problèmes à tout le monde. De plus, certaines banques et entreprises qui avaient acheté massivement les produits financiers de Mr Jackson (parce que c’est de l’immobilier et qu’investir dans la pierre ça rapporte toujours) se retrouvent avec des créances qui ne valent plus rien et qu’elles ont de toute manière acheté trop cher parce que personne n’a jamais pris la peine de vérifier le seuil au delà duquel ces produits ne seraient plus rentables parce que les débiteurs ne pourront plus payer des remboursements aussi élevés. Par ailleurs, les banques ne sachant plus qu’elles securities sont viables et lesquelles ne le sont pas deviennent extrêmement réticentes à prêter de l’argent à quiconque ne montre pas patte blanche. Résultat, tout le monde panique, les bourses chutent, Nicolas Sarkozy revient de vacance en exigeant plus de transparence et une réunion des pays membres de l’OCDE (ce que Merkel refuse sèchement), les banques centrales injectent massivement (vraiment massivement des centaines de milliards de dollar) de l’argent dans le marché pour essayer de juguler la crise. Pour l’instant ça a l’air de marcher mais mon avis d’ignorant est que ça va repartir à la baisse parce que tout simplement les maisons US ont été depuis trop longtemps surévalué, qu’il y a trop de prêts hypothécaires basés sur de tels évaluations qui ne pourront être remboursés dans les années qui viennent et surtout parce que pour l’instant personne ne sait exactement où se trouvent ces créances et cette incertitude continuera à alimenter la méfiance. Il me semble que ceci réponds à votre première question.

A présent venons-en à votre seconde question. Quel rapport avec le mot que j’ai appris et dont je suis si fier? En fait c’est simple: d’après ce que j’ai compris, on nomme subprimes les prêts destinés à l’origine aux ménages les plus modestes dont on ne paie que les intérêts(1) mais ayant un taux ajustable et qui se distribue sans documentation sur les revenus de l’emprunteur. C’est certainement le très sérieux M. Con qui irait vendre des conneries pareilles… Lui apparemment, il les achète!

(1) J’avoue que je n’ai pas compris cette histoire d’interest only. Si un économiste avait l’obligeance de m’expliquer…

PS: L’image ne signifie absolument rien pour moi mais je trouve que ça fait classe de la mettre!

PPS: Je sais pas vous mais moi, toute cette histoire me donne l’impression qu’il y a quelque chose de pourri dans le système financier actuel. Mais ce n’est qu’une impression bien sûr!

Tagged with:

Reading Trollope

Posted in Uncategorized by hadyba on septembre 10, 2007

« I hate that woman like poison. … She is always playing a game, and it is such a small game that she plays! And she contributes so little to society. She is not witty nor well-informed – not even sufficiently ignorant or ridiculous to be a laughing-stock »

J’ai encore relu dernièrement d’abord le Phineas Redux puis l’Autobiographie d’Anthony Trollope. C’est fou comme j’adore ce compatriote et contemporain de Dickens dont je trouve absolument injuste qu’il soit si méconnu alors que son oeuvre est si intelligente et drôle. J’adore quand par exemple il fait dire à un de ses personnages qui est tout ce qu’il y a de progressiste, des trucs du genre: « Bien sûr, je n’oeuvre pas pour l’égalité, qui est un mot horrible et contraire à la volonté de Dieu mais je pense malgré tout que nous devrions essayer de nous occuper des souffrances des plus pauvres. » (Voir Le Premier Ministre). Ce qui me fascine dans ces romans politiques c’est de voir comment même les personnes qu’à l’époque on considérait comme tellement en avance sur leur temps qu’elles passaient quasiment pour de dangereux anarchistes (la violence en moins quant même!) semblaient considérer qu’accorder le droit de vote aux femmes serait chose calamiteuse. A chaque fois que je lis Trollope, je me demande comment nous serons jugés dans un ou deux siècles. Ce qui me rassure, c’est qu’étant donné que presque plus personne ne réclame sérieusement la justice sociale, je ne m’attends pas à ce que nos petits enfants aient la moindre indulgence envers nous.

Sérieusement, une chose que la lecture de L’autobiographie de Trollope vous apprends une fois pour toute, c’est l’importance d’avoir un bon attaché de presse. Je m’explique. Un commentateur à écrit que c’est à cause de son Autobiographie que ce brave Trollope s’est à (tout jamais?) fermé les portes de la gloire posthume. Franchement, je crois qu’il a raison. Dans ce texte, non seulement Trollope a le mauvais goût de soutenir que la carrière d’écrivain n’est ni plus noble, ni même différente de celle de commerçant mais, pis encore, il donne le compte précis de ce que cette activité lui a rapporté et décrit par le menu sa discipline d’écriture. Un bon attaché de presse lui aurait expliqué qu’on ne peut décemment pas s’attendre à ce que le public admirât un écrivain qui a des préoccupations aussi mesquines que les finances ou le travail et que son oeuvre n’est en aucun cas le fruit d’un dur labeur mais au pire une parturition, au mieux la visitation par la Muse! Personnellement, j’ai bien retenu la leçon et si jamais j’écris ma propre autobiographie, ne vous attendez surtout pas à ce que je vous expose platement la vérité sur ma vie et mon oeuvre: au pire, ce sera arrangé et mis en scène pour me faire paraître meilleur, au mieux, ce sera inventé de toute pièce et je vous raconterai ce qui aurait du être ma vie si les cieux ne passaient pas leur temps à conspirer contre moi.