Hady Ba's weblog

Looking for (money) a job

Posted in Vie quotidienne by hadyba on juin 23, 2008

Puisque j’ai un blog et qu’il y a apparemment des gens qui le lisent, autant qu’il serve à quelque chose. Je rentre de Dakar le 30 juin et si je ne trouve pas rapidement un boulot, Hortefeux Airlines risque de m’y ré-expédier en Décembre.

Alors, toi qui lit ce blog, si -comme il est très peu probable tu es chef d’entreprise- sache que tu as de la chance. En effet, il se trouve qu’en ce moment j’ai besoin d’argent pour des choses aussi basiques qu’acheter à manger, payer mon loyer ou acheter des livres. Je me suis par ailleurs laissé dire que je ne pouvais décemment pas demander à mes parents de continuer à pourvoir à tous mes besoins alors qu’ils vivent dans un pays sous-développé[1]. Personnellement ces scrupules m’ont toujours paru déplacés mais bon, pour une fois j’ai décidé que j’allais me conformer à une norme… et c’est là que réside ta chance très cher chef d’entreprise lecteur de ce blog. Donc, toi qui lis ce blog, si tu es chef d’entreprise, si de plus tu es convaincu de l’utilité d’avoir un de ces rares employés dont le cerveau est en parfait état de marche, sache que tu as l’occasion unique de me recruter. Si tu as déjà eu l’occasion de lire ce blog, je suis sûr que tu as toujours regretté que je ne fasse pas partie de ces êtres d’exception qui hantent les couloirs de ton entreprise et qui te permettent de consacrer en toute tranquillité quelques heures de plus dans ta journée à la lecture de blogs de qualité comme celui-ci. Si tu ne m’as pas déjà contacté, je suis convaincu que c’est uniquement parce que tu étais persuadé que je ne condescendrais jamais à intégrer une entreprise comme la tienne. Eh bien rassure-toi et envoie moi un email en me faisant une offre. Idéalement, tu me proposeras un emploi à temps partiel (mettons à 60% quoi) mais si tu insistes vraiment, j’accepterais (peut être) de travailler à temps plein.

Je suppose que là tu es perplexe et te demandes quel job tu peux me proposer. Voyons! J’avoue que tu me déçois un peu. Tu n’es quand même pas n’importe quel chef d’entreprise quoi. Alors un peu d’imagination que diable. Tu as devant toi un type dont le cerveau marche correctement, qui a fait des études universitaires, qui parle anglais, qui sait utiliser un ordinateur et à qui la vue d’un programme informatique ne fait pas peur et tu ne saurais pas quoi en faire? Franchement, si tel est le cas, je ne crois pas que nous pourrons faire affaire. Par ailleurs, si tu lis ce blog, je suppose que tu sais que j’ai tendance à considérer que quiconque milite à l’UMP est soit un psychopathe, soit un malade. Eh bien si tu milites à l’UMP, ne t’en fait pas, d’une part, des sources généralement bien informées m’assurent qu’il y a des gens très bien qui militent dans ce parti et d’autre part, je suis quelqu’un de tellement tolérant et de tellement professionnel que je travaille sans problème avec des gens qui ne partagent pas ma vision du monde… à condition qu’ils soient compétents bien évidemment. Si en revanche tu penses que cette demande d’emploi est bien trop atypique pour être prise au sérieux, alors tant mieux pour moi parce que ça signifie sans doute que tu es toi-même un chef d’entreprise bien trop typique pour que je travaille pour toi.

Précisons malgré tout que même si je suis aux abois, je n’accepterai pas les offres comme tueur à gage; toute autre offre d’emploi sera sérieusement étudiée par une commission composée de moi-même.

Pour être tout à fait complet, ajoutons que si tu estimais que mes recherches méritent d’être gracieusement financées par un chef d’entreprise aussi soucieux de l’avenir de la science et des blogs que toi, c’est avec plaisir que j’accepterai tes mille cinq cent euros par mois et je ne manquerais jamais de te remercier dans tout bout de papier que j’aurais l’occasion de faire publier où que ce soit.

……………

[1] il paraît que le terme politiquement correct est ‘pays en voie de développement’ mais je ne suis pas d’humeur à rire: ce post est sérieux.

Publicités
Tagged with:

L’horreur

Posted in Uncategorized by hadyba on juin 23, 2008

….continue.

Pour les linguistes

Posted in Uncategorized by hadyba on juin 22, 2008

Cool, un blog sur la linguistique africaine.

Passionnant

Posted in Uncategorized by hadyba on juin 21, 2008

Dit comme ça, ça donne une nouvelle perspective!

Efficacité maximale

Posted in Uncategorized by hadyba on juin 19, 2008
J’avoue que je suis impressionné par la stupide inefficacité de la politique d’immigration du gouvernement français actuel.

J’adore tout particulièrement le:

« Mais seuls 44 étrangers ont sollicité ou obtenu la carte « compétences et talents », destinée à des personnes très qualifiées. »
Les expulsions d’étrangers en hausse de 80% sur cinq mois

Mais bon, ce n’est pas non plus une politique d’immigration: c’est une manipulation cynique destinée à se maintenir au pouvoir au prix de quelques vies humaines en cultivant la peur et en flattant les bas instincts du peuple.

Deux amies poetes

Posted in Uncategorized by hadyba on juin 18, 2008

Lisez ceci et cela.

Ce sont des amies mais je suis obligé de les linker parce qu’elles sont trop….

Sur la Recherche Scientifique

Posted in Uncategorized by hadyba on juin 13, 2008
Intéressant. Pétition.

Paradoxal mais j’adore:

« La règle démocratique est cardinale dans le choix politique; mais dans le choix scientifique, l’élitisme doit être pleinement assumé, car il est la condition pour que la recherche puisse remplir sa mission d’avancement du savoir. »

Rassurant

Posted in Uncategorized by hadyba on juin 12, 2008

A noter le:

« Les lois et la Constitution sont conçues pour survivre et rester en vigueur en périodes d’exception »

Les détenus de Guantanamo ont le droit de contester leur détention, selon la Cour Suprême américaine

Où l’on parle de

Posted in Uncategorized by hadyba on juin 11, 2008

Drépanocytose…. et d’autres choses bien sûr!

Timshel

Posted in Philosophie, Recherche, Sénégal, Vie quotidienne by hadyba on juin 11, 2008

Dans la rubrique je-relis-les-livres-qui-ont-bercé-mon-adolescence-et-qui-sont-toujours-chez-mes-parents: viens juste de finir A l’est d’Eden de John Steinbeck. Je me demande comment j’avais fait pour rater ça! En fait je suppose que je ne l’avais pas vraiment raté mais que lors de ma première lecture j’étais trop jeune pour attacher la moindre importance au fait que ce livre n’est rien d’autre qu’une ré-exploration explicite de l’histoire de Caen et de Abel et de ses implications. A mon avis c’est à mettre au crédit du livre que le lycéen que j’étais alors ait pu en dévorer les mille pages sans discontinuer, sans en comprendre les implications profondes mais en en ayant gardé un souvenir tel que plus de dix ans plus tard, il a éprouvé le besoin de le relire.

D’une certaine manière, on peut lire le livre comme tentant de répondre à la question suivante: « Que se passe-t-il après que Dieu et le Diable se sont unis pour engendrer des enfants? » Si nous sommes le fruit d’une création/confrontation entre l’être absolument parfait et l’être absolument maléfique, sans une once de bonté en lui, quel est notre destin? Sommes-nous obligés de devenir parfaits ou maléfiques, sans nuance? Ce que montre Steinbeck, c’est que, parce que justement nous avons en nous le Bien et le Mal, parce que ces deux forces cosmiques se battent en nous, nous sommes absolument libres de construire notre destinée.

Présenté comme ça, ce livre a l’air chiant mais ce n’est absolument pas le cas! C’est d’abord et avant tout un excellent roman écrit par un type qui est sans doute l’un des meilleurs raconteurs d’histoire qui aient peuplé notre terre. C’est drôle, bien écrit et les personnages, mêmes secondaires, sont tous consistants.

Pour ceux qui aiment les psychopathes, je leur conseille de suivre le personnage de Kate. Ca m’a scié de voir ce personnage et d’en lire la description psychologique à la lumière de ce que quelqu’un comme Jesse Prinz dit des psychopathes. L’impression que Steinbeck a créé ce personnage en se documentant grâce aux recherches des gens qui essaient actuellement de comprendre comment fonctionne l’esprit des tueurs en série. Seul problème, le livre date de 1952 et je suis sûr que Jessee Prinz n’était probablement même pas encore né!

Toujours à propos de la liberté et de la nécessité. Il y a une semaine, j’ai présenté un talk devant le séminaire doctoral de Philosophie Morale et Politique de l’UCAD. J’ai défendu l’idée que vus les progrès des sciences, et vue la situation géopolitique actuelle, il fallait impérativement que la morale devienne scientifique et que seule l’éthique pouvait demeurer non scientifique. J’ai appuyé ça sur des données de neurosciences, sur les expériences du genre Knobe effect et sur la théorie de l’évolution. Même moi, j’y croyais presque! Je m’attendais à ce que ces philosophes absolument pas naturalistes me lynchent sur place mais ils ont été très civilisés. N’empêche qu’à un moment, l’un des étudiants m’a fait l’objection fatale suivante: supposons que tu aies raison, que tout soit question d’équilibre hormonal, de génétique et de neurotransmetteurs, comment la liberté humaine est-elle possible? Sur le coup, j’ai cru apporter une réponse en m’appuyant sur le truc de Pascal selon lequel en pliant suffisamment la machine, on change sa volonté. Étant donné que la décision initiale de ‘plier la machine’ est volontaire, le déterminisme mental qui en découle grâce au nouvel équilibre physiologique qu’induit cette pratique nouvelle est également le fruit de ma libre volonté. Hum… En y réfléchissant, je pense que si je suis vraiment un naturaliste conséquent, je dois dire que ma décision initiale de faire du sport par exemple est le fruit d’un équilibre physiologique et que donc il n’est pas possible de sortir du cercle des déterminismes. Si nous délirons un peu, nous dirons que dans le futur, on pourra cartographier précisément ma nature et on devrait créer des médicaments pour corriger cette structure génético-psychologique. Vous avez un enfant, il a telle structure, vous savez que ça signifie qu’il sera intelligent mais procrastinateur et vous lui ajoutez un peu d’antiprocrastinator pour la route! Ça ressemble un peu au monde de Fahrenheit 451 non? Mais si ça se trouve, c’est juste ma théorie initiale du tout biologique qui est stupide…. Mais franchement, ça me vexerait que ce soit le cas: j’y ai réfléchi au moins trois jours entiers

PS: Je ne vous ferais bien évidemment pas l’insulte de faire semblant de vous apprendre ce que signifie Timshel. Sachant que les honorables lecteurs réguliers de ce blog passent leur vie à fréquenter des séminaires d’hébreux ou d’étude biblique, je suis sûr qu’ils n’auront aucun mal à trouver… Les autres peuvent lire le livre et suivre dedans l’épisode des sages chinois qui font de la recherche.

PPS: Rien à voir mais j’écoute en ce moment, grâce à mon grand frère, Marcus Miller qui rend hommage à Miles. Tout simplement divin!….. Et beaucoup de Springsteen. Ce type (Springsteen) m’impressionne