Hady Ba's weblog

Dounia Bouzar, la burqua et la nationalité

Posted in France, Religion by hadyba on juillet 18, 2008
J’aime bien Dounia Bouzar, pour une raison très simple: dans le débat français sur l’islam où les gens passent leur temps à se jeter des insultes à la figures et à manipuler les peurs des uns et des autres, j’ai l’impression que c’est l’une des rares à vraiment essayer de réfléchir de bonne foi et à dire ce qu’elle pense sans avoir peur de se faire classer dans un camp ou dans l’autre.

IL n’empêche que même si je suis d’accord sur ce qu’elle dit sur la burqa, à savoir que pour beaucoup de musulmans, la vue d’une femme qui se voile de la tête au pieds est une honte, je ne suis pas d’accord avec la conclusion qu’elle en tire dans ce rebonds paru dans Libé.

En gros elle dit deux choses:

1- Le conseil d’état a eu raison de refuser la nationalité à cette femme
2- Le conseil d’état s’est laissé manipuler par les intégristes car en affirmant que Mme M. «a adopté une pratique radicale de sa religion, incompatible avec les valeurs essentielles de la communauté française, et notamment avec le principe d’égalité des sexes». le Conseil accepte que l’islam, c’est l’islam des intégristes alors que l’islam des intégristes n’est pas l’islam!
C’est drôle, je suis en désaccord avec elle sur les deux points.

Commençons par le second qui est le plus simple. Je crois que le Conseil d’état a été on ne peut plus clair. Il refuse la nationalité française à cette dame parce qu’elle a choisi une pratique de l’islam qui est incompatible avec ce que le Conseil considère comme une valeur essentielle de la France: l’égalité homme femme. Le Conseil se fiche éperdument de savoir si cette pratique de l’islam est la bonne ou non, il ne statue pas sur ce qu’est ou n’est pas l’islam, il statue sur ce que croit la dame. Point barre. Je ne vois pas en quoi dire que cette dame a "a adopté une pratique radicale de sa religion" est une manière d’accepter la définition de cette religion par les intégristes. A mon avis, c’est un simple constat.

Venons -en maintenant au premier point. Mme Bouzar soutient ce jugement au motif que refuser la burqua, c’est respecter l’islam et considérer qu’une dame qui s’en revêt fait partie d’une secte que la France ne peut pas tolérer en son sein. C’est toujours le même problème que j’ai avec la burqa et autres voiles. En tant que musulman, j’ai du mal avec ça, pour employer un euphémisme. Pour certains de mes coreligionnaires et amis, je suis un hérétique qui conteste des vérités établies et qui ira en enfer pour cela. Le problème, c’est qu’en tant que citoyen et intellectuel, je ne vois absolument pourquoi mon interprétation de la religion musulmane serait meilleure que celle de la personne qui estime que les femmes sont inférieures aux hommes et que les chrétiens, les juifs, les faux musulmans comme moi et les femmes non voilés bruleront tous en enfer. Si quelqu’un croit vraiment ça, je suis incapable de voir pourquoi le fait d’avoir une lecture que personnellement je trouve idiote de sa religion devrait être un motif de discrimination. Si cette personne se trouve être une dame, si elle demande la nationalité française en même temps qu’une autre dame musulmane qui pense comme moi, si la seule différence entre elles est la manière dont elles conceptualisent leur religion, si on accorde la nationalité à l’une mais pas à l’autre, je pense qu’il y a là une atteinte à la liberté de culte de cette personne puisqu’on lui fait comprendre que l’exercice de sa liberté de pensée dans le domaine religieux est borné par ce que pensent d’autres personnes. Que je me trouve être dans les bornes qui font que cette limitation de la liberté de pensée et de culte ne m’atteint pas ne me réjouis aucunement.

Juste une précision; je suis sénégalais, n’ai aucune intention de changer de nationalité et pour autant que je sache, le Sénégal a une procédure d’acquisition de la nationalité infiniment plus aberrante que la France.

About these ads
Tagged with: , ,

4 Réponses

Souscrire aux commentaires par RSS.

  1. Anonyme said, on juillet 18, 2008 at 5:13  

    Salut Hady, j’espere que tu n’es pas trop submergé par le travail, les vacances ça se paie :D

    De manière générale, je pense qu’un état se disant garantir la liberté religieuse individuelle n’a pas à statuer ou émettre de jugement de valeur sur une pratique religieuse (au moins, tant que celle-ci ne se manifeste pas de manière délictueuse ou criminelle). Et même s’il arrivait qu’une pratique religieuse ou sectaire mène au délit, l’état devrait faire abstraction de l’aspect religieux de la chose, et traiter l’acte comme tel, de manière formelle, à l’aide de l’arsenal judiciaire standard.

    Dans un tel état, l’affaire du "voile à l’école" n’aurait pas posé de problème, car le fait de porter un "signe religieux ostentoire" ne serait pas vu comme un problème, l’état n’y vérait rien de religieux, il constaterait avec plus ou moins de curiosité que certaint aiment se coiffer d’un disque noir, d’autres d’une croix métallique, d’autres, d’un gros bout de tissu, d’autres aiment plutot porter une barbe…

    Ici non plus, je ne vois pas ce que l’état aurait à dire, une femme adulte décide de se couvrir d’une burqa, l’état dit que c’est une "pratique religieuse extrême", alors que rien dans le fait de porter un gros morceau de textile n’est considéré comme illégal dans aucune des lois du pays.
    Un petit cours de programmation orientée objet permettrait au legislateur de formaliser tout ça, et de séparer ce qui doit l’être.
    A chaque fois que des termes vaseux (comme valeurs essentielles, idéaux etc..) sont utilisés pour prendre des décisions, ça laisse de la place aux préjugés et autres phobies…

    Si la laïcité signifie que l’état est aveugle aux considérations religieuses, celles-ci n’existent que pour les individus et tous les points de vues religieux se valent. Ce n’est donc pas à l’état de dire que le salafisme n’est pas l’islam.
    mamadu

  2. Anonyme said, on juillet 19, 2008 at 5:43  

    "Un petit cours de programmation orientée objet permettrait au legislateur de formaliser tout ça, et de séparer ce qui doit l’être.
    A chaque fois que des termes vaseux (comme valeurs essentielles, idéaux etc..) sont utilisés pour prendre des décisions, ça laisse de la place aux préjugés et autres phobies…"

    Franchement, j’aurais adoré avoir écrit ça!

  3. HECHT said, on janvier 25, 2010 at 11:56  

    Mme BOUZAR je vous ai vu sur FR3 aux informations nationales ce jour où vous êtiez l’invitée. Quand vous parlez de l’absurdité de retirer la nationalité française, je vous réponderais que cette femme est née en France et doit s’intégrer aux US et COUTUMES et surtout aux LOIS du pays accueillant, puisqu’en plus ele a des enfants, donc touche des allocations familiales,et vit dans un logement social sur territoire FRANCAIS.Ensuite vous dites que la burqa exiiste depuis longtemps, oui mais dans les pays musulmans,pas dans MON pays. Voici des réactions de personnalités reconnues : Un imam prend position contre la burqa
    "Je suis pour l’interdiction par la loi de la burqa, qui n’a pas sa place en France", a déclaré Hassen Chalghoumi, l’imam de Drancy ( 93), dans une interview au Parisien de vendredi. "Le niqab (voile intégral) n’a aucun fondement dans l’islam, ni dans le Coran", estime-t-il notamment.
    Le salafisme fait référence à "salaf", qui désigne les compagnons du Prophète, et se veut fidèle à l’islam des origines.
    C’est à ce titre qu’il prône le port du voile intégral, alors que selon Dalil Boubakeur, le recteur de la Grande Mosquée de Paris, le Coran recommande simplement que les femmes soient vêtues de façon à "préserver leur chasteté".
    Selon Samir Amghar, chercheur à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS) et spécialiste du salafisme, la progression du mouvement en France s’explique par l’arrivée de salafistes algériens, anciens militants du FIS (Front islamique du Salut).
    DONC il n’a aucun droit sur le territoire français !
    Et quand vous parlez du foulard sur la tête : permettez moi de vous dire qu’avant l’arrivée de ces familles qui ne veulent pas s’intégrer, les femmes polonaises,même alsaciennes le portaient !

  4. hadyba said, on février 6, 2010 at 5:26  

    Puis-je vous signaler que je ne suis pas Mme Bouzar?

    Sur:
    "je vous réponderais que cette femme est née en France et doit s’intégrer aux US et COUTUMES et surtout aux LOIS du pays accueillant"

    Par définition, si elle est née en France, elle n’est pas accueillie, non? Je dis ça, je n’en sais rien, je ne suis pas né en France, ne suis pas français et n’ai aucune expérience du chapitre de vos us et coutumes concernant les maternités. .. Je sais que les peuples indigènes peuvent être parfois étranges!


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 494 followers

%d bloggers like this: