Hady Ba's weblog

Juste une question:

Posted in Uncategorized by hadyba on septembre 16, 2008


Au fait, quelqu’un a-t-il une idée de ce qui se passe vraiment dans le dix neuvième arrondissement de Paris? Ça a l’air assez bizarre non? Si un autochtone de bonne foi pouvait m’éclairer sur les mœurs locales, ça m’intéresserait. Florian, t’habites pas dans le coin?

Publicités

9 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Anonyme said, on septembre 16, 2008 at 7:50

    De quoi tu parles?

  2. Anonyme said, on septembre 16, 2008 at 1:03

    Bah… Il se passe rien de spécial en fait. En gros, le XIXe est un quartier assez juif. C’est quoi un quartier juif ? C’est un quartier où les boulangeries ont « Beth-Din de Paris » écrit sur leur vitrine et où les digicodes sont désactivés le vendredi soir (jusqu’au samedi soir). C’est aussi un quartier où l’on peut suivre l’actualité des relations Israël-Palestine sans ouvrir un journal ou allumer la télé : y a qu’a compter le nombre de militaires qui patrouillent en face de l’école privée juive. Et, par les lois de la statistique, c’est aussi un quartier où de temps en temps un juif se fait tabasser.

    Alors bien sûr, il y a de multiples façon de tabasser un juif. Vous pouvez le faire « intensionnellement » en tabassant un mec parce qu’il est juif. Vous pouvez le faire « extensionnellement » en tabassant un mec qui se trouve être juif sans que cela influe dans votre choix de le tabasser. Les médias sautent sur l’interprétation « intensionnelle » mais elle n’est pas nécessairement bonne : dans ce cas, il semble que l’on ait tabassé des juifs pour d’autres raisons que leur judéité.

    Cela est tout à fait possible : dans ma prime jeunesse j’ai moi-même cassé du juif dans la cour de récré, mais par parce que c’étaient des juifs mais plutôt parce que c’étaient des copains qui m’avaient volé mes Panini. Je confirme donc : on peut agresser un juif sans être antisémite. Autre expérience personnelle : on peut être victime d’agressions antisémites sans être juif (il suffit de vivre dans le quartier et d’avoir la malchance d’avoir les cheveux bouclés et le nez un peu crochu…)

    Le XIXe n’est donc pas un quartier peuplée de bandes d’antisémite. C’est parce qu’il y a beaucoup de juifs que le nombre d’agressions de juifs y est plus élevé.

    En même temps, je n’ai pas véritablement de formation d’anthropologue, alors ne vous fiez pas à mes observations sur le terrain…

    Florian

  3. Anonyme said, on septembre 16, 2008 at 1:13

    Et tiens ! La preuve : on ne massacre pas que des juifs (http://www.europe1.fr/Info/Actualite-France/Faits-divers/Nouvelle-agression-a-Paris-dans-le-XIXeme/(gid)/165073) – c’est un problème plus « global », que l’on ne devrait peut-être pas toujours réduire à des conflits « communautaires ».

  4. Anonyme said, on septembre 17, 2008 at 4:12

    « les digicodes sont désactivés le vendredi soir (jusqu’au samedi soir) » C’est cool pour les cambrioleurs!
    Une des questions que je me posais, c’était de savoir si le quartier était globalement plus insécure que les autres quartiers de Paris et si oui pourquoi?
    J’avais trois hypothèses mais je ne connais pas assez bien la sociologie du quartier pour savoir laquelle ou même si une des trois est pertinente:
    1. Antisémitisme
    2. Pauvreté
    3. Ce serait l’un des rares quartiers ethniquement et socio-économiquement hétérogène de Paris ce qui corroborerait les travaux de Robert Putnam selon lesquelles la diversité serait un facteur de destruction du lien social (http://www3.interscience.wiley.com/journal/118510920/abstract?CRETRY=1&SRETRY=0)

    Ceci dit, il est possible qu’il n’y ait rien à expliquer. Encore une fois, je ne sais absolument rien du XIXe.

  5. Anonyme said, on septembre 17, 2008 at 1:08

    Le quartier est légèrement plus violent que la place du Panthéon, c’est indéniable ! Disons-le clairement : c’est un quartier plein de français pas vraiment de souche et les loyers sont encore acceptables. C’est aussi le quartier de Paris où il y a le plus de logements sociaux. Or, on sait que les pauvres et les étrangers ont tendance à être violents (je rigole !). Ajoutez à cela que Stalingrad est un haut lieu de la vente de drogue… Donc je dirai hypothèse 2 (l’hypothèse 3 n’étant vraisemblable que parce que, curieusement, le niveau de vie de certaines « ethnies » a tendance a être moins élevé que la moyenne). Je ne suis vraiment pas convaincu que l’hypothèse 1 soit la plus pertinente (ne serait-ce que parce que la partie juive du XIXe n’est pas tout le XIXe).

    Enfin, je dis ça, il fait bon vivre là ou je vis. Le quartier où je suis est en pleine « gentryfication » : on a même eu Paris-Plage cet été. Alors qu’il n’y avait ni librairie ni cinéma dans le quartier quand j’étais petit, on a maintenant plusieurs libraires et un complexe MK2. Ils ont installé un bar sur la place Stalingrad (une façon efficace d’attirer les gens le soir et de repousser le trafic de drogues vers La Chapelle et Barbès). Le loyer est en hausse et, indicateur absolu, il y a beaucoup moins « d’estranger » dans le coin. A la maternelle, on était deux petits français contre une horde méchants basanés de tout bord. Ma fille va à la crèche aujourd’hui et le rapport est inversé (il y a plus de poupées Corolle noires que de véritables enfants de la même couleur – en gros 3 sur 40). Le FN a même envisagé un instant d’y installer son nouveau siège, c’est dire… (mais à la place, ils ont fait une crèche, ouf !) Quelques années à ce rythme et, normalement, la pauvreté aura été refoulé dans les banlieues et voilà ! Donc pas la peine de se casser la tête pour un problème en cours de « résolution ».

  6. Anonyme said, on septembre 17, 2008 at 1:17

    Note : la transformation du XIXe est une conséquence logique de la flambée des loyers à Paris. Les « classes moyennes pas trop riches » se rabattent logiquement sur ces quartiers moins chers. Quand elles sont bien établies, le loyer devient trop élevé et il est tend de conquérir une nouvelle zone. La dynamique est favorisée, à mon avis, par la politique sociale du Maire de Paris : crèche, nouveaux jardins, rachats de nombreux « taudis » qui sont démolis pour en faire des logements certes sociaux mais plus chics, etc. Tout cela contribue indirectement à rendre plus attrayant les quartiers « défavorisés » tout en augmentant juste ce qu’il faut les loyers pour repousser les catégories les plus pauvres… Faut voir les environs de La Chapelle en ce moment : plein d’immeubles rachetés par la Mairie et en démolition. A première vue, j’adhère… mais je ne peux m’empêcher de me demander quels sont les véritables bénéficiaires de ces transformations. Comme le laissent à penser mes quelques observations ethnologiques, je pense qu’elles favorisent surtout l’implantation d’une nouvelle population plus qu’elle ne favorise l’ancienne. Mais je me trompe probablement (quoique moi je n’ai jamais pensé que Ségolène Royal serait élue)

  7. Anonyme said, on septembre 17, 2008 at 1:57

    Un article « synthétique » sur les violences actuelles, concentrées dans le « nord » du quartier (entendez : les zones les plus proches de la banlieue et les plus éloignées des quartiers en transformation – et d’ailleurs éloignés aussi des quartiers « juifs ») : http://www.liberation.fr/actualite/societe/352392.FR.php

  8. Anonyme said, on septembre 19, 2008 at 4:53

    Thanks


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :