Hady Ba's weblog

Bachir sur la philo islamique & à Paris

Posted in Uncategorized by hadyba on novembre 23, 2008

Il y a un certain temps déjà que j’ai envie de vous parler du dernier livre de Souleymane Bachir Diagne (mon ancien prof de Dakar actuellement à Columbia) que j’ai lu en octobre et qui parle de la philosophie islamique. Je profite du fait que Bachir[1] sera à Paris la semaine prochaine pour le faire. D’abord une annonce officielle:

Le Manifeste des libertés vous invite à une rencontre-débat avec Souleymane Bachir Diagne autour de son livre « Comment philosopher en islam » (édition Panama, 2008), le Jeudi 27 novembre 2009, à 19 h 45 à la Maison des associations du 14° arrondissement 22, rue Deparcieux, 75014 Paris (métro Denfert-Rochereau)

Si vous êtes à Paris, je vous conseille vivement d’y aller ne serait-ce que parce que Bachir est l’un des meilleurs conférenciers qu’il m’ait été donné d’entendre. Par ailleurs, puisque j’y serai, si certains d’entre vous veulent qu’on se prenne un verre dans le coin avant d’y aller, ça me fera plaisir. Essayez juste de m’envoyer un email la veille pour qu’on cordonne.

Maintenant, passons au livre. Comment philosopher en Islam? est censé être un livre d’introduction à la philosophie islamique avec une exposition claire de l’origine et des formes que la pratique philosophique a prise en terre d’islam. Ce qui est bien avec Bachir, et ce livre ne fait pas exception à la règle, c’est qu’il ne jargonne jamais. Il parle un excellent français mais n’emploie que des mots que tout le monde peut comprendre. Dans tout le livre, un seul mot me semble-t-il pourrait poser problème à un non philosophe: c’est le mot éristique! Ce qui ne veut pas nécessairement dire que le livre est facile à lire: il y a des développements où il faut un peu se concentrer mais ce n’est pas de la difficulté pour se faire mousser, c’est juste ce qu’exige l’exposition. Toujours sur le plan formel, le livre s’accompagne d’un dossier iconographique (pp. 178-231) avec en annexe certains extraits des textes évoqués et quelques photos.

Venons-en à présent au contenu du livre. SBD montre que la mort du prophète Mahomet et le fait qu’avant de mourir il n’ait pas laissé d’instructions claires sur la personne qui devait diriger la communauté des croyants et qui de ce fait serait en charge de définir l’orthodoxie a plongé les musulmans dans une sorte d’inquiétude que l’on peut à bon droit qualifier de philosophique. Personnellement je pense que cette entrée en matière est sans doute l’aspect le plus important du livre. L’un des problèmes que j’ai toujours avec mes amis autant musulmans que non musulmans, c’est celui de leur faire comprendre que même si je me considère comme un musulman tout ce qu’il y a d’orthodoxe, je ne me sens absolument pas tenu de suivre les recommandations de telles ou telles autorités religieuses. A la différence du catholicisme par exemple, il n’y a pas vraiment de clergé en islam et tout croyant doit en principe faire le travail d’interprétation et décider dans sa vie quotidienne de sa manière de vivre sa foi. Quand par exemple, le ministère français de l’intérieur met en place un Conseil Français du Culte Musulman, il ne viole pas seulement la laïcité de la France, il traduit une fondamentale méconnaissance de l’islam en croyant qu’il doit nécessairement y avoir un clergé dans une religion et que ce clergé a pour but d’éduquer les âmes. Il y a en islam des savants mais ces savants sont, de mon point de vue, plus proches du prof d’université que du Pape. Ils font de la recherche et la mettent à la disposition du public; libre à ce public de s’approprier ce savoir ou non. Étant donné que c’est ainsi que je vois la religion musulmane, il ne vous surprendra pas que je considère qu’une vie philosophique (i.e. perpétuellement soumise à l’examen critique selon Platon) me paraît le corollaire de cette foi. J’ai donc adoré que Bachir commence son livre en soutenant que la question pertinente n’est pas « Comment philosopher en islam? » mais « Comment ne pas philosopher en Islam? ». Je suis totalement d’accord avec ce renversement.

Une fois ce renversement effectué, SBD continue plus classement en retraçant la rencontre entre la tradition intellectuelle musulmane et la philosophie grecque grâce au Khalife Al Ma’mun, puis en explorant un certain nombre de questions théologiques ou politiques qui ont été posées au cours du temps dans les sociétés musulmanes. Comment une langue vernaculaire devient-elle philosophique? LA liberté humaine est-elle compatible avec l’omnipotence et l’omniscience divines? Peut-on penser la tolérance de l’intérieur d’une religion?

Le livre part du VIIe siècle à la période contemporaine et je suis assez heureux que Bachir termine avec un soufi d’Afrique noire en la personne de Thierno Bocar. Avant cela, le livre parle également des réformistes de la fin du 19e et du début du 20e siècle (Al Afghani, Mohamed Abdu, Iqbal, Ameer Ali) qui, face à la déliquescence des sociétés musulmanes préconisaient un retour à l’esprit et non à la lettre du Coran. Ils partagent tous cette idée selon laquelle la vraie religion est nécessairement informée des sciences contemporaines et que les progrès que nous faisons dans les sciences profanes nous permettent de mieux comprendre le Coran. Selon eux, cette parole prophétique selon laquelle le savoir est le trésor perdu du croyant qu’il faut se ré-approprier signifie véritablement que le musulman se doit d’essayer de comprendre ce que la mécanique quantique ou la théorie de l’évolution par exemple signifient pour sa pratique religieuse et qu’il lui est impossible de prétendre répéter à l’identique ce que faisait le prophète. C’est parce que les sociétés musulmanes ont, à un moment de leur histoire, décidé de  »fermer les portes de l’interprétation » et ont bridé la créativité de leurs peuples qu’elles sont objectivement en retard. Si elles veulent retrouver la place qui avait été la leur dans la marche du monde, il leur faut impérativement se réformer pensent les modernistes.

Globalement, ayant eu la chance de suivre les cours de philo islamique de Bachir à Dakar, je connaissais beaucoup de choses qui se trouvent dans ce livre malgré tout, j’ai quand même appris pas mal de choses. En particulier, je ne connaissais pas du tout la philosophie écologique de Ibn Tufayl. Cependant, j’ai beaucoup aimé lire ce livre et même pour les auteurs que j’avais personnellement lu comme Ibn Rushd ou Ghazali, c’était instructif de voir la manière dont SBD les introduit et expose l’essentiel de leur théorie.

J’espère que vous lirez le livre et si vous venez jeudi, faites-moi donc signe!

…………………

[1] Comme tout le monde, quand je parle de Souleymane Bachir Diagne, je l’appelle Bachir mais dans la vie, je le vouvoie et lui donne du Monsieur.

7 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Anonyme said, on novembre 23, 2008 at 5:05

    bonjour
    tres interessant et vous me mettez l eau a la bouche:promis je l acquerirai…

    sinon j arrive toujours pas a me rappeler la difference entre vouvoyer et tutoyer dans la societe wolof:pourrais tu m y aider. en fait c est ton annexe qui titille un peu..

  2. Anonyme said, on novembre 24, 2008 at 2:08

    Hello,

    En fait, dans la langue Wolof, le vouvoiement n’existe pas mais dès que l’on parle à un ainé, on lui donne du « Nidiaay » ou du « Pape »(Oncle, Père), on n’évite de le contredire, on ne lui dit jamais au grand jamais qu’il ment (même s’il affirme que le soleil est vert) etc…
    Ayant été éduqué au Sénégal, j’ai énormément de problèmes à tutoyer mes anciens professeurs ou bien mes ainés même s’ils sont finalement devenus mes amis. De tous mes anciens profs de Dakar, il n’y en a qu’un seul que j’arrive à tutoyer. Et encore, pas tout le temps! Je me soigne cependant et dans mon labo actuel, je tutoies tout le monde directeur compris parce que c’est la norme mais j’ai eu du mal au début!

    PS: Je suppose que tu as séjourné à Dakar, si tu me poses cette question!

  3. Anonyme said, on novembre 24, 2008 at 6:30

    Pourtant j’ai remarqué Hady, que certaines personnes vouvoyaient en woloff. En général ce sont des personnes âgés. Je me demande s’ils ont « récupérer » cela des autres langues comme le français ou le peul (poulo fouta précisément) ou si c’est juste le wollof qui a muer avec le temps…

    Sinon tu as reussi à me donner envie de lire un livre de philo pour une fois!🙂 c’est fort !🙂

    natty

  4. Anonyme said, on novembre 24, 2008 at 7:25

    C’est possible que tu aies raison: après tout, je suis fondamentalement un citadin. Ayant grandi entre Dakar et Rufisque, je peux difficilement dire que mon wolof est orthodoxe. Je ne connais pas assez bien les villages wolofs traditionnels pour décider si le vouvoiement a disparu en ville ou bien si ce sont des populations wolofs en contact avec certains peuls qui vouvoient. Tu remarqueras d’ailleurs que parmi les peuls, certains vouvoient alors que d’autres ne le font pas.

    A propos du livre de Bachir: c’est typiquement le genre de livre que je conseillerais à un non philosophe qui veut se cultiver sur la philo islamique ou sur l’islam tout simplement.

  5. Anonyme said, on novembre 26, 2008 at 7:07

    Well je demanderai à mon père . Lui il vouvoie en wolof🙂

    Pour le livre, c’est vendu je me l’offre !

  6. Anonyme said, on novembre 26, 2008 at 10:12

    En même temps, ton père dois être biaisé puisqu’il est pular! (En supposant que c’est à Natty que je parle)

  7. Anonyme said, on novembre 27, 2008 at 9:29

    yep c’est natty🙂


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :