Hady Ba's weblog

Avortement et don d’organes

Posted in Philosophie, Spéculation gratuite by hadyba on août 12, 2009

Deux précisions d’abord.

Précision 1: si je meurs, je serais plus qu’heureux que mon corps serve de réservoir d’organes à quiconque en a besoin.

Précision 2: j’aurais plutôt tendance à être anti-avortement en ce sens que si ma copine/épouse tombait enceinte, je voudrais qu’elle garde l’enfant sauf si cela met sa vie en danger MAIS je pense vraiment que c’est un domaine où, en tant que mâle, mon avis devrait être légalement non pertinent. Les seules qui devraient, de mon point de vue, avoir voix au chapitre sont les femmes. Tant que les hommes ne porteront pas d’enfants, ils ne devraient pas pouvoir légiférer sur cette questions. Point barre.


Ces précisions faites, supposons le scenario suivant. Un individu vient vous voir et vous demande de lui offrir sans contrepartie un de vos reins. Il a perdu ses deux reins et va bientôt mourir si on ne lui trouve pas de donneur. Il a fait les tests et vous êtes compatibles même si vous n’avez aucun lien de parenté. Sa vie est donc entre vos mains. Bien sûr, il y a un risque que vous perdiez le seul rein qui vous reste après lui avoir offert votre rein superflu mais franchement, le risque n’est pas très grand. La plupart des gens vivent très bien avec un seul rein et la plupart des gens se trimballent avec deux reins dont l’un est totalement superflu pendant une soixantaine d’années et meurent ensuite sans que ce rein ait jamais cessé d’être inutile.

Que feriez vous face à une telle demande? J’aime à penser que je lui offrirai mon rein tout comme j’aime à penser que si j’avais été en France pendant l’occupation, j’aurais été résistant. Ceci dit, tant que ce cas là ne se sera pas présenté, je ne sais pas ce que j’aurais fait. Sur un plan moral, il me semble que la bonne chose à faire serait de lui donner ce fichu rein. Il me semble que c’est là ce que Kant par exemple dirait. Je crois cependant que la plupart des gens normaux soutiendraient que je n’ai pas d’obligation morale à offrir un de mes reins à un parfait inconnu. Ce serait là, de leur point de vue, un acte moral superfétatoire qui me vaudrait l’admiration des foules, le mépris des cyniques et éventuellement une place au paradis, si un tel lieu existe.

Faisons le parallèle avec l’avortement. L’on pourrait dire que c’est exactement la même chose1. Un parasite veut mobiliser une partie de vos organes à son service. Sans l’occupation de votre ventre pendant neuf mois il est évident qu’il mourra. Il y a un risque pour votre santé mais franchement, vu le nombre de grossesses qui se passent bien, il y a assez peu de risques. Avez-vous pour autant l’obligation morale de garder l’enfant une fois qu’il s’est présenté dans votre ventre? Il me semble que vous devriez soutenir que l’avortement est moralement inacceptable si vous pensez que le don d’organe est une obligation morale. Si, à l’inverse, vous pensez que le don d’organe est un acte moral superfétatoire, vous devriez soutenir que garder un enfant après être tombé enceinte est un acte moralement superfétatoire.

Supposons que vous pensiez que l’avortement est un meurtre. Il me semble que dans ce cas, vous devriez également soutenir que le fait que des gens meurent faute de transplantation rénale est également un meurtre. Et j’ai la solution à ce génocide. L’on pourrait décider que les humains sont une réserve commune d’organes. Toute personne subirait à la naissance un ensemble de tests génétiques et dès que l’on aurait besoin d’une transplantation de rein ou de foie2, on vérifierait dans la base de données s’il y a un individu compatible à proximité et on le convoquerait. De même que nul ne peut se soustraire à son devoir de juré, nul ne pourrait se soustraire à son devoir de donneur d’organe. Il me semble que quiconque soutient une interdiction légale de l’avortement devrait logiquement soutenir la mutualisation des organes humains.

Une asymétrie subsiste cependant entre la grossesse et le don d’organe. Pour tomber enceinte, il faut avoir fait l’amour et on pourrait penser qu’en posant cet acte, on accepte implicitement la possibilité se produise une fécondation même si on prend toutes les protections possibles. Il y a donc là une part de responsabilité pour la personne qui tombe enceinte alors que cette part de responsabilité n’existe pas dans le cas où un individu a besoin de nos organes sans que nous ne soyons responsable de son état de santé. D’un point de vue plus général, cela voudrait dire que nous sommes moralement responsables de nos actes ainsi que des conséquences de ces actes, y compris des conséquences non intentionnelles. J’aurais plutôt tendance à y croire. Mais a contrario, si nous nous servons de cette asymétrie pour dire que nous n’avons pas d’obligation morale d’offrir nos organes à quiconque en a besoin, nous posons implicitement que nos obligations morales se limitent à ce que nous contrôlons. Dans une telle définition, je n’aurais d’obligation morale qu’envers ceux dont je suis responsable, i.e. ma propre descendance? C’est bizarre, on dirait que si je pars du refus de l’avortement, j’arrive à une moralité sauvagement pro sélection naturelle….

Bon j’arrête, mon train entre en gare.

PS: Ce post n’avait d’autre but que d’éclaircir un peu quelques idées qui me sont passées par la tête sous la douche.

§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

1OK, il y a la délicate question de l’ADN commun mais il suffit juste de remplacer, dans le scenario, l’inconnu par un frère avec lequel je n’ai jamais eu d’interaction.

2Le foie a cette particularité qu’on peut en couper un bout et le coller à un individu compatible, ce qui n’est malheureusement pas possible avec le coeur.

About these ads
Tagged with: ,

3 Réponses

Souscrire aux commentaires par RSS.

  1. knd said, on août 12, 2009 at 10:30  

    D’un point de vue économique les questions du marché aux organes et d’un marché des mères porteuses sont aussi mises en parallèle : http://freakonomics.blogs.nytimes.com/2006/05/15/is-america-ready-for-an-organ-donor-market/

    Dans The Atlantic le mois dernier, il y a eu un assez long article sur le sujet : http://www.theatlantic.com/doc/200907u/kidney-donation

    PS : S’agissant de ton raisonnement, on peut aussi refuser la prémisse selon laquelle le "coût" de la maternité se limite à une gène pendant les quelques mois de la grossesse — et même sous l’hypothèse d’une mère porteuse (ou qui abandonnerait son enfant à autrui), on peut difficilement nier la douleur morale qui persiste et dépasse assez sûrement l’inquiétude de vivre loin de son premier rein…

  2. Tom Roud said, on août 13, 2009 at 2:01  

    Euh… ton raisonnement part du principe que l’oeuf fécondé est une personne, or il me semble que c’est éminemment contestable. La légitimité morale de l’avortement me semble être que l’oeuf fécondé, le jeune embryon n’est pas une personne. Si on considère que l’oeuf fécondé est une personne, alors l’avortement est un meurtre, il faut évidemment l’interdire, il faut faire des recherches pour empêcher tous les avortements spontanés qui tuent des millions de personnes par an, interdire la recherche sur les cellules souches et il faut implanter de force tous les embryons congelés existants dans le ventre de femmes.

  3. hadyba said, on août 14, 2009 at 7:43  

    Désolé de la réponse tardive: suis (presque) sans connexion internet jusqu’à lundi.

    @Knd: J’accepterais sans peine ton objection. Il me semble que le seul désagrément du don de rein est l’induction d’une légère paranoïa dû au fait que si jamais le rein restant éclate…
    Ceci dit, je me demande si une mère porteuse souffrira de cet abandon (par opposition, disons, à une ado qui fait adopter son enfant). Je penserais que la mère porteuse serait plutôt fière d’avoir permis à un couple d’avoir un enfant et contente que cet enfant vive dans un environnement aisé et aimant.

    @Tom: Il me semble que les pro-life partent soit de l’hypothèse que l’oeuf fécondé est une personne, soit d’une sorte d’argument de la pente glissante selon laquelle, cet oeuf est un enfant pas seulement en puissance au sens aristotélicien [désolé!] mais en pleine actualisation. L’avortement serait alors un meurtre dans la mesure où au mieux elle interrompt un processus déja enclenché et qui va nécessairement produire un enfant. Les prolife étant souvent croyants, ils ajouteront que les cas d’avortement spontanés sont des cas où Sa Volonté est que cette grossesse n’arrive pas à terme. Ils n’ont bien évidemment aucun problème avec l’abandon des recherches sur les cellules souches…

    D’après mon expérience, cette idée que les pro-choice ne sont pas des meurtriers parce qu’ils pensent que l’oeuf fécondé n’est encore une personne est la plus difficile à faire accepter à un pro-life.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 493 followers

%d bloggers like this: