Hady Ba's weblog

Le temps des outsiders

Posted in Spéculation gratuite by hadyba on février 11, 2011

Je suis en train d’écouter les commentaires des pundits et des journalistes sur l’Égypte. Une curieuse impression que j’ai est qu’ils sont en train de rater quelque chose d’important et qu’ils n’arrivent pas encore à vraiment conceptualiser. Ils s’inquiètent du fait que les Frères musulmans sont la seule force d’opposition organisée. Ils aiment bien les manifestants qui sont de la classe moyenne, cosmopolites, démocrates etc… Le problème qu’ils voient, c’est que ce peuple là n’est pas organisé et n’a ni structure représentative, ni figure unificatrice. Même El Baradei n’est pas sûr d’avoir la légitimité pour parler au nom de ce mouvement spontané. La conclusion qu’en tirent beaucoup « d’experts » c’est que cette demande de démocratie, faute d’être structurée, n’aboutira qu’à un chaos sans lendemain. Un peu comme la Commune de Paris en 1871.

Je ne sais absolument rien de l’Égypte. Ceci dit, il me semble que ce que ratent les journalistes et experts, c’est que nous vivons à une époque qui est extrêmement favorable aux outsiders. Prenez le cas d’Obama, il a réussi à s’emparer de la Présidence US en contournant l’establishment du parti démocratique et en faisant directement appel à des gens qui ne se conceptualisent pas nécessairement comme ses inconditionnels ad vitam aeternam. Par rapport à Hilary Clinton et même à John Edwards, c’est lui qui était l’outsider. C’est pourtant lui qui a su mobiliser les énergies et créer un large mouvement autour de sa candidature. Ceux qui ont voté pour lui n’en sont pas pour autant devenus des membres de son parti ni ne lui ont fait personnellement allégeance. Une élection encore plus importante sur le plan géopolitique a vu se reproduire le même scenario, je parle bien évidemment de l’accession de Fromantin à la mairie de Neuilly. Un type excédé par l’attitude des politiciens légitimes décide à un moment donné qu’il allait prendre le contrôle du fief du Président et y arrive les doigts dans le nez!

Il me semble que notre époque avec son développement paradoxal de l’individualisme ET des réseaux sociaux est propice à une sorte d’anarchisme qui fait que les gens se réunissent de manière ponctuelle autour d’un projet qui peut être politique* et se dispersent très vite une fois le projet réalisé. Typiquement, les manifestants de la place Tahrir ont un projet très simple, ils veulent le départ de Moubarack et ils veulent que le pouvoir politique cesse de les emmerder et respecte à l’avenir leur volonté. La seule issue acceptable est le départ du potentat parce qu’autrement, le projet ne serait pas complété. Cette approche de la politique est la conséquence directe de nos modes de travail actuels qui font que dans la pub, l’informatique, le business ou même la recherche, nous avons des deadlines, travaillons d’arrache-pied pour réaliser quelque chose (campagne de pub/logiciel/Papier…) puis passons à un autre projet qui peut être totalement différent.

C’est cette manière de vivre et de faire la politique qui est incompréhensible aux yeux des journalistes et de beaucoup d’experts qui analysent encore le monde sous le prisme des idéologies essayant donc de prévoir comment la société sera organisé quand les forces subversives auront gagné. Ne voyant pas de plan, ils redoutent le chaos. Les outsiders quant à eux, n’ont pas peur du chaos et de l’imprévisibilité: ils veulent résoudre les problèmes à mesure qu’ils se posent; de manière pragmatique sans essayer de réduire le monde à leur vision préalable. Pour l’instant, le problème, c’est Moubarack. Après on s’occupera du reste. Je ne sais pas du tout comment tout cela va se terminer. Il me semble évident que Moubarack va partir et que d’autres pays arabes vont être touchés par le syndrome tunisien. Je pense que les dirigeants des pays développés risquent également de subir des variantes (évidemment probablement non violentes) de ce syndrome où des mouvements spontanés font dérailler les sages plans des experts. D’une certaine manière on peut même considérer que la résistance au TCE  en 2005 est un précurseur de ce que l’on voit actuellement. Tout ceci mériterait d’être pensé de manière plus systématique par un philosophe politique ou un politologue qui définirait un paradigme unificateur… mais si ça se trouve, c’est déja fait! En attendant, something is definitively blowin’ in the wind….

*En écrivant ça, me revient un article d’OWNI sur la manière dont ils ont bossé pour wikileaks. Je mettrai le lien quand j’aurai plus de temps.

Tagged with: , , ,

Une Réponse

Subscribe to comments with RSS.

  1. Rendons à César… « Hady Ba’s weblog said, on février 12, 2011 at 6:56

    […] à trois heure du mat’, j’écrivais ceci. Avant la fin de la journée, Moubarack était renversé. […]


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :