Hady Ba's weblog

Soyons juste

Posted in France by hadyba on septembre 2, 2011

Il faut relativiser, se souvenir par exemple que ce qui s’est passé hier, ce n’est pas ça:

Source photo

Oui, bien sûr on peut pinailler, évoquer une pente savonneuse, des précédents horrifiants ou souligner que les flics français ont agi en toute illégalité:

Cette fois, les forces de l’ordre ont franchi un nouveau seuil dans l’illégalité. « Il n’y a aucun texte qui autorise à transporter des personnes contre leur gré et à lesempêcher de sortir où elles le souhaitent », assure Grégoire Cousin, juriste au sein du Centre européen de défense des droits des Roms.

Mais ce ne sont là que vaines agitations droits de l’hommistes qui n’émeuvent nullement le tramway la caravane fasciste. Ça fait des années que les forces de l’ordre françaises piétinent la loi quand elles traitent avec les citoyens de seconde zone et ça n’a jamais tué personne  (enfin, presque jamais.)

« La France qui n’est pas la France » all over again.

6 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. mkd said, on septembre 2, 2011 at 1:39

    Pour répondre à votre billet « La France qui n’est pas la France », je trouve la proposition de MAM assez terrifiante, pas parce qu’elle est arrivée si tard et désigne les peuples algériens et tunisiens comme ennemis (ce qui est une grave faute sur le principe), mais bien parce que je crains que si les despotes avaient pu « profiter » de cette offre, l’histoire aurait pu être totalement différente : je me demande si il est possible de faire une révolution quand, en face, les policiers sont équipés de flash balls et autres armes « non léthales ».

    Sachant qu’ils n’ont plus aucun scrupule à tirer sur la foule (puisque cela ne fera a priori pas de morts), sachant que le projectile est extrêmement douloureux et incapacitant… J’ai peur que les révolutions arabes soient les dernières insurrections de l’ère « pré-flashball », les dernières où il aura été possible de jouer le rapport de force avec un gouvernement et le faire plier (car il n’a pas d’autre choix que de plier ou de se lancer dans un bain de sang de grande ampleur)

    (désolé c’est hors sujet… mais ça m’inquiète vraiment, et je n’ai jamais lu d’analyse de ces révolutions du point de vue technique)

  2. hadyba said, on septembre 9, 2011 at 1:05

    Bonjour mkd

    Je suis désolé, je croyais vraiment j’avais répondu à votre commentaire.

    Vous n’êtes pas du tout hors sujet et j’ai également la même crainte. Ceci dit, il y a deux choses qui me rendent optimiste: 1) je me dis que quand des gens sont assez désespérés pour braver des balles réelles, il est impossible de les retenir avec moins que ça. Si les flics voulaient juste les contenir sans les tuer, je pense qu’il s’en suivrait ne lutte à mort où les flics se feraient massacrer et le gouvernement finirait par sauter. 2) je crois que la seule manière de contenir un peuple, c’est de faire en sorte qu’il ait plus de choses à perdre en cas de chaos que dans l’ordre imparfait qu’on lui propose. Par exemple, si les peuples occidentaux ne se révoltent pas actuellement, c’est moins parce qu’ils n’ont pas de raison de le faire que parce que chacun en France par exemple a sur le dos des crédits (voiture, maison…) qu’il lui faut rembourser du coup, les gens sont tout prêts à se bourrer d’antidépresseurs et à trimer sous la férule d’un tyran domestique tant que ça leur évite la faillite. Ce qui me sidère souvent ici, c’est de voir à quel point les gens acceptent de se faire tyranniser, y compris quand ils sont fonctionnaires, et il me semble que la menace du chômage et le fait d’avoir des engagements financiers y est pour beaucoup.

    Vous avez raison de dire qu’une analyse proprement technique des révolutions serait intéressante. Dernièrement, j’avais également lu un papier sur la corrélation entre émeutes et politiques d’austérité budgétaire. Pas exactement ce dont vous parlez mais intéressant cependant: http://www.voxeu.org/index.php?q=node/6851

  3. mkd said, on septembre 10, 2011 at 6:57

    Merci pour le lien, je vais lire ça.

    Sur la tyrannie acceptée à cause de l’endettement, oui, j’avais déjà lu ça au sujet des Etats-Unis, où le niveau d’endettement des étudiants en fin de cursus est très important. Pourtant, est-ce qu’on ne pourrait pas dire le contraire (–> si j’ai énormément de dette, j’ai d’autant plus intérêt que « tout pète » et qu’on remette les compteurs à zéro), au sujet de l’insurrection contre un gouvernement ?
    Bien sûr ça ne concerne pas le rapport au patron, auquel il faut rester soumis pour pouvoir continuer de payer les traites.

  4. hadyba said, on septembre 10, 2011 at 7:48

    Oui, on a objectivement intérêt que tout pète mais on fait bien attention à ne pas se faire repérer si jamais ça marche pas. La chose m’avait frappé il y a deux ou trois mois. Fr3 avait fait un reportage sur les indignés de Marseille et la seule manifestante qui avait accepté de se faire interviewer avait posé comme condition que l’on ne montre pas son visage parce qu’elle cherchait toujours du travail et n’aurait pas aimé se faire repérer par un éventuel patron. Rationnel, mais pas la meilleure attitude quand on fait la Révolution🙂

  5. mkd said, on septembre 10, 2011 at 10:37

    « on fait bien attention à ne pas se faire repérer si jamais ça marche pas » : oui je vois ça de la même façon… si on met cela en perspective avec la loi sur la « dissimulation illicite du visage à l’occasion de manifestations sur la voie publique » (http://www.eurojuris.fr/fre/collectivites/contentieux/tribunal-administratif/articles/a7919.html) on peut se dire qu’on n’est pas les seuls à y avoir pensé.

    Ce sujet m’intéresse depuis un moment, je me suis même dit que faire une sociologie de la sédition serait un chouette sujet pour mon master de socio. Je verrai si ça peut se faire (je ne sais pas si on a vraiment toute liberté de choix, et quel est l’état de la recherche sur ce sujet)

  6. hadyba said, on septembre 11, 2011 at 8:19

    Je ne sais pas vraiment qui bosse sur ça en Socio mais je suppose que ça doit se trouver à l’EHESS, à Sciences Po (je crois savoir que Sciences Po Bordeau est spécialisé sur l’Afrique) ou au Département de Géopolitique de Paris 8.

    Vous m’y faites penser: avez-vous lu cet article très prescient de Gladwell qui expliquait doctement que les réseaux sociaux ne font pas une révolution; bien au contraire? Les révolutions arabes subséquentes ont montré quel génie il était: http://www.newyorker.com/reporting/2010/10/04/101004fa_fact_gladwell

    PS: A priori, la liberté de choix sur les sujets de recherche est presque totale mais c’est un peu dangereux: il faut veiller à repérer le prof qui sera suffisamment intéressé par ce que vous faites pour s’impliquer dans votre recherche et vous donner des tuyaux pertinents.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :