Hady Ba's weblog

Wade est fini

Posted in Sénégal by hadyba on janvier 31, 2012

Mais en attendant, il est en train de tuer mes compatriotes au moment où j’écris. Non seulement les flics ont tiré sans sommation ni provocation sur des manifestants pacifiques, mais en plus ils poussent l’abjection jusqu’à tirer sur les ambulances transportant les blessés.

Vous pouvez suivre les évènements à Dakar sur ce site sunu2012.net ou grace à ce fil twitter: #sunu2012.

Tagged with:

Où l’on lit la Constitution Sénégalaise

Posted in Sénégal by hadyba on janvier 31, 2012

Le consensus parmi mes amis à Dakar est que, concernant la recevabilité de la candidature de Wade, mon avis est celui d’un crétin qui parle sans savoir. Il n’y a pas l’ombre d’un doute que Wade n’a aucun droit de se présenter. Ces amis étant parfois juristes, je me suis décidé à lire notre Constitution et je dois avouer qu’ils ont raison, pour autant que je comprenne quelque chose au jargon juridique. Voici le texte de la constitution qui a été votée en 2001 si vous voulez vous faire votre propre opinion: Constitution2001Senegal (pdf).

Les articles pertinents sont d’abord l’article 26 :

Article 26

La durée du mandat du Président de la République est de cinq ans et renouvelable une fois.

Cette disposition ne peut être révisée que par une loi référendaire ou par l’adoption d’une nouvelle constitution.

Pour autant que je sache, aucune « loi référendaire » ou « nouvelle constitution » n’a été votée.

La fenêtre dans laquelle essaie de s’engouffrer le clan Wade, vient du fait que la Constitution de 2001 a été votée après que Wade a été élu pour un premier septennat. Il n’y a pas eu de rétroaction sur la durée du mandat, ce qui semble vouloir dire que le mandat n’a pas été pris en compte dans l’application de la nouvelle Constitution. C’est le raisonnement que je tenais pour soutenir qu’il y avait un doute quant à la légalité de la candidature de Wade.  De toute évidence, ce doute n’était dû qu’à mon ignorance de la lettre de la Constitution. En effet, si nous jetons un coup d’œil au Titre XII concernant les dispositions transitoires, nous lisons :

Article 104

Le Président de la République en fonction poursuit son mandat jusqu’à son terme.

Toutes les autres dispositions de la présente Constitution lui sont applicables.

Si la Constitution dit sans fioriture que toutes les dispositions autres que la durée du mandat s’appliquent au Président de la République en fonction, il n’y a plus aucune échappatoire permettant au Conseil Constitutionnel d’argumenter que le premier mandat de Wade n’est pas pris en compte par la Constitution de 2001. Il l’a pourtant fait.

Normalement, je suis un légaliste mais on doit tenir compte de deux choses :

  1. en dernier ressort c’est le Conseil Constitutionnel qui proclame les résultats de l’élection présidentielle (article 34) et ses décisions sont sans appel (article 96)
  2. ce Conseil Constitutionnel a déjà pris une décision manifestement illégale en faveur de la candidature de Wade.

La seule conclusion que l’on peut tirer de ces deux faits, c’est que quoiqu’il arrive, ce Conseil poursuivra dans ses actes illégaux et proclamera Wade comme Président après que nous aurons voté. L’opposition et le peuple sénégalais ne peuvent en aucun cas se permettre d’aller aux élections avec Wade comme candidat et un Conseil Constitutionnel, félon et manifestement corrompu, comme arbitre. Notre seule chance de rétablir la démocratie au Sénégal est de chasser maintenant Wade du pouvoir, quoiqu’il nous en coûte. L’opposition doit accepter que nous sommes dans une de ces rares situations où l’insurrection et la lutte armée sont légitimes. Les forces de l’ordre et l’armée doivent décider si elles se mettent du coté du peuple ou si elles apportent leur soutien à quelqu’un qui n’a plus aucune légitimité. Toute tentative de conciliation relève de l’aveuglement volontaire.

PS: Par ailleurs,  les cinq mecs corrompus qui nous servent de Conseil Constitutionnel devront impérativement être jugé quand tout ceci sera terminé. Leur décision est la chose la plus scandaleuse qui soit arrivée dans l’histoire politique de notre pays. Même l’accusation de coup d’État porté contre Mamadou Dia en 1962 reposait sur des bases plus solides!

Tagged with:

Sur le cauchemar sénégalais

Posted in Sénégal by hadyba on janvier 29, 2012

Ce qui s’est passé ce vendredi 27/01/2012 est le pire scénario possible pour le Sénégal. Malheureusement, c’était totalement prévisible.

Notre démocratie vient de reculer de 30 ans, si ce n’est plus. C’est certes avant tout la faute du Président Wade, mais c’est au moins autant dû à l’incurie de notre classe politique. Ils se sont focalisés exclusivement sur le mauvais combat et ont misé tous leurs atouts sur cette seule bataille. Or c’est une bataille qu’ils n’auraient pu gagner que s’ils avaient été aussi assoiffés de pouvoir et aussi criminels que Wade et sa bande de gangsters. Ils ne le sont malheureusement pas.

Je m’explique. Il y a de bonnes raisons de penser que la validation de la candidature de Maitre Wade n’est rien d’autre qu’un coup d’État constitutionnel. Le problème, c’est que cette sorte de torsion juridique de la réalité n’est en rien exceptionnelle. Quand la Cour Suprême US a validé la victoire de Bush Jr en 2000 ou quand le Conseil Constitutionnel français a avalisé les comptes de Balladur afin d’éviter d’invalider la victoire de Chirac en 95, ils ont fait exactement la même chose que notre Conseil Constitutionnel ce vendredi. Les trois instances juridiques ont pris en considération les rapports de force brute et tordu le droit en conséquence. Giraudoux a mis dans la bouche d’Hector la phrase suivante: « Mon cher Busiris, nous savons tous ici que le droit est la plus puissante des écoles de l’imagination. Jamais poète n’a interprété la nature aussi librement qu’un juriste la réalité. » Les juristes, toujours et partout, sont des mercenaires qui cherchent des arguments pour soutenir leur thèse favorite plutôt que des sages éthérés qui disent le Droit en dehors de tout contexte.

Sachant cela, et étant donné que les dirigeants de notre opposition n’étaient pas près à plonger le pays dans une situation insurrectionnelle avec des centaines de morts à la clé, ils n’auraient même pas du se battre sur la validité de la candidature de Maitre Wade. Ils auraient du partir du scénario dans lequel cette candidature aurait été validée et faire quatre choses:

  1. S’assurer que tous ceux qui les soutiennent sont inscrits sur les listes électorales, ont retiré leurs cartes d’électeurs et sont prêts à voter
  2. Veiller en amont à la transparence du processus en exigeant des observateurs à tous les niveaux
  3. Proposer un programme crédible au peuple sénégalais
  4. S’unifier très tôt au besoin en choisissant un candidat de transition qui s’engagerait à ne faire qu’un seul mandat

Aussi incroyable que cela paraisse, notre opposition n’a fait rien de tout cela. Nos opposants ont placé tous leurs espoirs dans la contestation de la validité de la candidature de Maitre Wade. En plus, il était évident qu’aucun de ces bourgeois qui trônent à la tête de nos partis politiques, n’était assez courageux pour mener l’assaut contre le palais présidentiel une fois cette candidature validée. Après que la candidature de Wade a été validée, j’ai eu ce bref moment de totale irresponsabilité où j’ai souhaité à haute voix que le peuple marche sur le Palais quoiqu’il en coûte et déloge manu militari Wade. C’est bien sûr le genre de courage que l’on a quand on est confortablement assis dans son canapé et que l’on suit à distance les événements. Il y’aurait eu des centaines de morts parmi les jeunes qui manifestaient. L’avis de ma mère -avec qui j’ai parlé au téléphone ce matin- est que le choix était entre ces morts et l’esclavage et qu’en ne faisant rien, nous avions choisi de devenir les esclaves du clan Wade. C’est probablement vrai mais je suppose qu’il ne m’appartient pas de jouer les généraux à distance :-).

Maintenant que non seulement notre Conseil Constitutionnel a validé la candidature de Wade, mais qu’en plus notre opposition va en ordre dispersé aux élections sans plan de bataille, sans chef ni programme; je ne vois pas comment Maitre Wade pourrait les perdre. Nous sommes à un mois du scrutin et il a corrompu la quasi totalité des élites du pays, a sous son contrôle le budget de l’État et son parti est le seul qui a veillé à ce que ses militants et sympathisants soient prêts à voter. C’est exactement ce que je craignais quand j’essayais d’argumenter, contre tous mes amis, que Wade avait juridiquement le droit de se présenter. En se focalisant sur le mauvais combat, l’opposition sénégalaise a contribué à prolonger le cauchemar que vit le peuple sénégalais. Le peuple pourrait toujours se révolter mais ça nous coûtera beaucoup plus en vies humaines que si nos politiciens avaient fait leur travail.

Tagged with:

Blackgeois

Posted in France, Oh my God! by hadyba on janvier 25, 2012

Je suis ravi et flatté que le vénérable Magazine Elle ait remarqué que si j’ai « intégré tous les codes blancs », je ne le fais pas de manière littérale ». Chez moi, comme le remarque si subtilement la journaliste so trendy:

C’est toujours classique avec un twist, bourgeois avec une référence ethnique (un boubou en wax, un collier coquillage, une créole de rappeur…) qui rappelle les racines.

Source

 Franchement, tout l’article vaut la peine d’être lu pour comprendre le nouveau sens du style qui nous a saisi, nous autres noirs, maintenant que l’un des nôtres est à la Maison Blanche. Mme Dolivo a vu que nous avons presque « intégré tous les codes blancs ». Une telle reconnaissance fait chaud au coeur, non?

PS: Bizarrement, beaucoup de noirs n’apprécient pas comme il faut l’honneur que le Vénérable Magazine Elle leur fait et trouvent encore le moyen de pinailler. Lisez par exemple ce post d’Afrosomething. Décidément, aucune reconnaissance, ces gens là!

Tagged with: ,

Le poissard incompétent

Posted in France by hadyba on janvier 14, 2012

Soyons justes, M. Sarkozy n’est pas responsable de la perte du fameux triple A. Tout au plus peut-on lui reprocher d’avoir étalé son ignorance des mécanismes économiques et du fonctionnement des agences de notation en faisant de la préservation du triple A La Grande Cause Nationale des mois passés.

On peut par ailleurs constater qu’il faut une sacrée dose de malchance pour présider au destin de la France pile au moment où cette dernière dégringole sur le plan économique. Mais est-on vraiment responsable de la malchance que l’on traine avec soi comme un boulet?

Cette année, les français devront décider s’ils continuent avec un poissard incompétent, et malchanceux de surcroît, ou s’ils choisissent un président auto-proclamé normal. Sans vouloir aucunement les influencer, je me sens dans l’obligation de leur signaler que, d’après la plupart des spécialistes, la scoumoune, ça adhère et c’est contagieux.

PS: À tout hasard.

Minables

Posted in France by hadyba on janvier 7, 2012

Les deux messieurs de la photo du haut sont de prix Nobel de physique. Il s’agit de Pierre Gille de Gennes et de Georges Charpak. Le gars en survet’, c’est Wendelin Werner qui a eu en 2006 la Médaille Fields qui est l’équivalent du Prix Nobel pour les mathématiques. Le dandy qui sort tout droit du XVIIe siècle avec sa cravatte rouge peut se permettre de porter ce qu’il veut parce que lui, c’est Cédric Villani, mathématicien et accessoirement médaille Fields 2010.

Je suis sûr que vous vous dites que ce sont là, à tout le moins, des gens respectables. Personnellement quand j’ai croisé Werner à la sortie de l’ENS peu de temps après qu’il avait reçu la médaille Fields, je me suis senti un peu comme un lecteur de Voici qui croiserait Lady Gaga.

Ce génie de Jean François Copé, lui, ne s’en laisserait pas conter. Il sait ce que sont au plus profond d’eux-mêmes ces gens là. Ce ne sont des minables. En effet, Monsieur Copé, sait que les vraies valeurs qui fondent notre civilisation ne sont ni l’intelligence, ni le savoir, ni l’honneur. Ce qui compte pour Monsieur Copé, c’est l’argent. Il sait que les hommes honorables cherchent l’argent et se sentiraient déshonorés de recevoir un salaire en deçà de leur valeur marchande. C’est pour cette raison, pour que les hommes de valeur continuent de se diriger vers la politique, que Monsieur Copé a cet argument imparable en faveur du cumul des mandats:

« Tu comprends si on n’a que des gens qui se contentent de 5000 euros par mois, on n’aura que des minables. »

Source

Seul un minable donc accepterait de gagner moins de 5000 euros.

Sachez-le, tous ces messieurs qui font de la recherche et que vous respectiez parce  qu’ils avaient réussi à usurper des médailles Fields et des Prix Nobel ne sont rien d’autre. En effet, au CNRS et à l’université, leur traitement dépasse péniblement les 4000 euros …. quand il atteint cette somme astronomique pour un enseignant. Si ces mecs étaient vraiment bons en calcul, ils le sauraient et iraient travailler dans une banque par exemple. Quand je pense qu’ils nous font croire qu’ils sont des scientifiques quand ils ne sont même pas fichus de choisir une carrière honorable i.e. qui rapporte! Remercions Jean François Copé qui a enfin eu le courage d’exposer l’imposture de ces hommes et de leur dire leur fait: minables ils sont et minables ils resteront tant qu’ils n’auront pas fait un choix de carrière qui leur permettra de gagner plus de 5000 euros par mois. C’est rafraichissant un politique qui ne pratique pas la langue de bois.

Président You?

Posted in Sénégal by hadyba on janvier 4, 2012

Une chose que j’ai toujours admirée à propos de Youssou Ndour, c’est sa capacité tâter le pouls du peuple sénégalais et à exprimer les sentiments qui traversent la société des plus hautes sphères aux plus modestes milieux. Ses chansons ne nous amusent pas seulement, elles sont une radiographie de la société. On pourrait procéder à une étude de l’évolution de notre rapport à l’autorité, à la religion, à l’amour, à la stratification sociale et à la citoyenneté en suivant l’évolution des thèmes qu’il aborde et de la manière dont il les aborde. C’est le même flair qui fait que ses chansons reflétaient nos préoccupations qui lui permet aujourd’hui de nous balancer à la figure la faillite totale de nos élites.

Parce que c’est exactement ça que signifie sa candidature. Notre système de valeurs qui faisait que nous prônions une sorte d’élitisme républicain dans lequel il fallait clairement en être passé par l’École pour prétendre diriger le pays a complètement failli. Jusqu’à présent, au Sénégal, nous considérions qu’il y avait deux systèmes. D’abord un système formel dont la voie royale est l’École qui forme et sélectionne les gens qui sont censés diriger ce pays. De l’autre un système informel regroupant tous ceux qui n’ont pas pu ou pas voulu en passer par l’école. La jonction entre les deux systèmes se faisait principalement par le biais de la religion. Chaque sénégalais était plus ou moins affilié à une organisation religieuse : une confrérie soufie*, l’Église catholique… Ces institutions religieuses, depuis la colonisation ont toujours eu un rapport complexe avec le pouvoir politique transmettant à ce dernier certaines doléances du peuple et donnant éventuellement des consignes plus ou moins discrètes de vote. Le deal qui fonde la nation sénégalaise était que les personnes instruites dirigeraient mais le feraient en respectant dans une certaine mesure la volonté populaire telle qu’elle s’exprime à travers ceux qui ont une légitimité traditionnelle : les religieux.

Ce que Wade a réussi durant ses deux mandats, c’est à faire éclater ce subtil équilibre des pouvoirs et à miner les différents ordres de légitimité qui liaient la société sénégalaise. En achetant ostensiblement les religieux musulmans, en les couvrant d’or et en montrant à la population qu’ils sont corrompus et prêts à la trahir à leur seul bénéfice ; Wade s’est assuré que le peuple ne leur fasse plus confiance. Le sort des religieux musulmans est donc lié à celui de Wade. Ils appelleront à voter pour lui parce qu’il les a acheté. Le peuple désemparé soit obéira, soit sera divisé sur la marche à suivre. Ce désarroi est du à la seconde réussite de Wade. Il a neutralisé l’élite éduquée en faisant deux choses. D’abord il a également exposé la corruption des politiciens de l’opposition en leur proposant des postes dans ses différents gouvernements. Ensuite, il a « trivialisé » les différentes fonctions gouvernementales en nommant des criminels** dans ses gouvernements, en discréditant la justice et en créant une Administration parallèle (Les Agences Nationales qui pompent le budget de l’État pour soi-disant réaliser ses projets). Le résultat de tout ça est qu’il y a une coupure nette entre une population qui a vu ses conditions de vie se durcir et ses différentes élites qui n’ont pas été à la hauteur.

Le coup de génie de Youssou Nd’our est d’avoir parfaitement analysé la situation et d’avoir compris que nous étions à la recherche de nouvelles élites. Lui, il est populaire, ne s’est jamais (jusqu’à l’année dernière) impliqué dans la politique et est assez riche pour apparaître comme un sauveur. La question est fera-t-il un bon président ? Franchement je ne le crois pas. Avant même que d’être un artiste, Youssou Ndour est d’abord un homme d’affaires. Son moteur c’est l’argent. Ce n’est pas un philanthrope. Je pourrais étayer ces affirmations mais ce serait un peu conjectural et probablement diffamatoire. So… Quoiqu’il en soit, je pense que s’il était président, il en profiterait pour s’enrichir encore plus parce qu’il n’aurait absolument pas peur des conflits d’intérêts. Ceci dit, je ne pense pas qu’il pourrait être aussi maléfique pour ce pays que ne l’a été Wade. En plus, c’est un authentique self-made man qui, parti de rien, a créé un empire et qui a toujours été assez intelligent pour paraître respectable. Ce désir de respectabilité, à mon avis, fait qu’il évitera de faire certaines choses que Wade, dans sa totale amoralité, n’hésitait pas à faire. Youssou Ndour serait donc un infiniment meilleur président que Wade. Par ailleurs, le deal était que ceux qui avaient été à l’École dirigeaient ce pays à condition de tenir compte des désirs du peuple. Wade a fait sauter ce deal. L’opposition ne semble pas capable de le restaurer. Si la politique au Sénégal c’est désormais le pillage du pays, pourquoi les gens instruits seraient-ils les seuls à avoir le droit de piller le Sénégal ?

Il me semble que la vraie question que pose la candidature de Youssou Ndour est celle de savoir si le divorce entre le peuple sénégalais et son élite est totalement consommé ou non. Si c’est le cas et si les élections sont transparentes, nous aurons de bonnes chances d’avoir Président You à la tête de notre pays. Franchement, ce n’est pas le pire qui pouvait nous arriver.

………….

* Sur le rôle des confréries dans la politique sénégalaise, je saurais trop recommander ce livre de L. Villalon

** Je n’exagère pas parmi les ministres et dignitaires de Wade, il y a déjà eu (à ma connaissance qui n’est pas exhaustive) un pédophile condamné, des personnes convaincues (mais non jugées) de détournements de fonds publics, un ancien délinquant juvénile et des gens qui ont fait tabasser des adversaires politiques

Provoqués, mal à l’aise

Posted in France by hadyba on janvier 3, 2012

Claude Guéant:

Or il est clair qu’un certain nombre de nos compatriotes se sentent provoqués et mal à l’aise par rapport à des comportements, tels que le port du voile intégral ou les prières de rue, auxquels nous avons souhaité mettre un terme.

Personnellement, je connais beaucoup de français qui se sentent provoqués, mal à l’aise voire déshonorés par M. Guéant. J’espère qu’ils mettront un terme à Monsieur Guéant l’année prochaine cette année.

Le Programme Marzouki

Posted in Afrique, France, Politique by hadyba on janvier 2, 2012

Sur Médiapart une interview du nouveau Président Tunisien Moncef Marzouki dont toute la punditocratie française sait qu’il est sous la coupe d’islamistes dangereux:

C’est un même type de système politique où règnent la corruption, la brutalité, la force, l’information biaisée, fantasmatique…  qui a amené les arabes là où ils sont, c’est-à-dire à être une nation divisée, sous-développée, stérile sur le plan scientifique. Il y a quand même 300-400 millions d’hommes aujourd’hui qui ne produisent pratiquement rien sur le plan scientifique, sur le plan technologique, pourquoi? Non pas parce qu’ils ne savent pas réfléchir ou ne savent pas raisonner, mais parce qu’ils ont été stérilisés par leur régime politique.

Donc je ferai tout pour que cette expérience tunisienne réussisse, qu’elle puisse être étendue au monde arabe et qu’enfin ces peuples qui se sont réveillés redeviennent une partie de ce monde. Qu’ils soient une partie de la solution et non pas une partie du problème.

Maintenant, est-ce que cela peut apporter quelque chose au reste du monde? Mon dieu, si jamais on réussit, le long de cette rive sud de la Mediterrannée, à avoir des peuples pacifiés qui vivent sous le règne de la loi, qui règlent le problème de la corruption, qui participent au développement, eh bien, nous aurons participer aussi à l’amélioration de la situation du monde entier!

Par ailleurs, il y a longtemps que je rêve d’une Cour constitutionnelle internationale. Ici dans le monde arabe, il y a en fin de compte beaucoup de dictatures qui organisent de fausses élections, installent de fausses démocraties. Si l’ONU disposait d’une Cour constitutionnelle internationale – comme elle dispose déjà d’un Tribunal pénal international où peuvent comparaitre des criminels – les opposants de tel ou tel pays (la Birmanie, la Corée du Nord…), pourraient déposer plainte contre des Etats afin que cette cour invalide par exemple des élections, ce qui pourrait permettre au Conseil de sécurité de prononcer des sanctions. Cela serait une étape importante pour la mise en place d’un état de droit international. J’y crois beaucoup et en Tunisie, nous allons y travailler et peut-être proposer cela aux Nations Unies durant mon mandat.

Un mec dangereux à tout point de vue, ainsi qu’on le voit. Avec des pratiques aussi transparentes, cette élection,  celle-ci et certainement d’autres plus importantes encore auraient été annulées.

Tagged with: ,

Happy 2012

Posted in Vie quotidienne by hadyba on janvier 1, 2012

« Sou deween naré nakharé, yalla na melné daaw »*

J’espère que l’année qui s’achève n’a pas été trop désagréable pour vous. Je vous souhaite à tous une année 2012 bien plus agréable, enrichissante et positivement surprenante que 2011. Je vous souhaite également d’être en bonne santé et de partager les bienfaits de 2012 avec ceux qui vous sont chers.

Je ne sais pas vous mais moi j’ai trouvé que 2011 était somme toute une excellente année avec les révolutions arabes et la mort de Ben Laden. Une chose qui serait formidable, ce serait que cette année les arabes inspirent les peuples occidentaux et que ces derniers sortent de leur apathie pour renverser les ploutocraties qui les dirigent et qui détruisent notre planète. OWS me donne une pointe d’espoir mais j’avoue que je ne sais pas si les européens et les américains sont mûrs pour une démocratie réelle :-).

En 2012, il y a trois élections présidentielles qui me tiennent à coeur. Un scénario catastrophe serait qu’Obama perde, que Wade et Sarkozy se fassent réélire. Il me faudrait alors envisager sérieusement de changer de pays (La Tunisie?). J’ai cependant bon espoir que d’une manière ou d’une autre nous ferons dégager Wade et qu’Obama sera réélu. Je suis un peu plus réservé  pour NS mais dans le pire des cas, je négocierai l’asile politique au Sénégal pour mes amis français.

Encore une fois bonne année 2012 et puissent vos projets se réaliser.

….

* Formule rituelle wolof signifiant: « Si l’année prochaine doit vous être désagréable, puisse-t-elle être semblable à celle qui s’en va »

Tagged with: