Hady Ba's weblog

La France se meurt

Posted in France by hadyba on mai 3, 2012

via

Mme Polony:

Lundi matin (…)

La France, en tant que civilisation, s’effacera peu à peu, parce qu’on a décrété sans demander leur avis aux intéressés qu’elle ne devait plus avoir cours. Parce qu’on a décrété que son existence et son souvenir empêchaient de nouveaux venus de se sentir chez eux. Alors que c’est la France, en tant que civilisation, qui permet aux uns et aux autres de constituer une Nation et de partager un destin.

C’est drôle mais avant Sarkozy, je n’attachais pas la moindre importance à cette grandiloquente mythologie de la France éternelle. Pour moi, de Gaulle n’était rien d’autre qu’un détestable individu, ridicule et prétentieux de surcroît. C’est pendant l’horrible présidence de Sarkozy, en voyant à quel point il foulait aux pieds tout ce que la France était censé représenter dans le monde -de la culture à l’humanisme en passant par le panache- que je me suis mis à avoir la nostalgie d’une France qui essaierait au moins de me faire croire que la civilisation était possible et que si elle m’exploitait c’était pour mon bien. C’est grâce à Sarkozy que je relis si fréquemment la Prière de Paix de Senghor. Sans Sarkozy, cette idée senghorienne d’une "France qui n’est pas la France" me serait demeuré incompréhensible. Sarkozy et et ses sbires ne sont si évidemment pas la France que je suis bien obligé de croire que La France chère à des gens comme de Gaulle, Senghor  ou Druon existe quelque part; ne serait-ce que dans le monde des idées.

Je ne comprends pas par quelle inversion de valeurs, une journaliste du figaro qui normalement est l’organe par excellence de cette France éternelle, peut se lamenter devant la perspective du départ de l’homme qui a à ce point souillé l’idée que le monde entier se faisait de la France. La civilisation française se mourrait parce que l’arriviste inculte qui s’est mis tout entier au service des puissants et a excité les instincts les plus bas de ses concitoyens serait sur le point de perdre une élection! La droite française n’est-elle donc rien de plus qu’un ensemble de rentiers uniquement préoccupés par les impôts qu’ils auront à payer et indifférents aux valeurs qui sont censées être les leurs?

Personnellement, le remplacement de M. Sarkozy me semblerait être plus une rédemption de la France que le signe d’un prochain décès.

6 Réponses

Souscrire aux commentaires par RSS.

  1. Thierry L'hôte (@tlhote) said, on mai 4, 2012 at 5:05  

    Sobrement, pour répondre à votre question, c’est parce que Natacha Polony n’est pas représentative du Figaro, et qu’elle appartient à un mouvement souverainiste qui touchait autant le PS par J.P. Chevênement que l’UMP avec Philippe Séguin. Henri Guaino qui écrit les discours très patriotes et inspiré par sa vision de l’histoire de France pour Sarkozy, faisait partie de ces souverainistes républicains.

    Il est plus difficile de savoir si Sarkozy a ou non une croyance idéologique de cet ordre.
    La personne est beaucoup plus portée sur le pragmatisme et la décision que les courants de long terme qui peuvent animer la droite ou la gauche.

    J’ai modestement une troisième vision, qui m’amène à sortir de l’agitation politique, en fait, avec l’éducation de masse prônée par les Lumières, nous sommes arrivés à des sociétés (et pas que la société française) où au lieu d’assister à la domination de la raison et du bon sens, en fait les gens se sont perdus dans une vaste offre de multiples idéologies.

    L’idéologie souverainiste en est une comme l’idéologie marxiste ou progressiste, ou celle du laisser-faire en matière économique, etc. chacun peut trouver chaussure à son pied. Est-ce pour autant qu’il faille désirer l’unité ? Je ne le crois pas. Cela est une forme d’illusion aussi, car l’être humain c’est aussi des choix cultures qui transparaissent dan chacun de ses gestes.

    La clé n’est pas dans savoir qui a raison ou tort, mais qui est capable de faire le premier pas vers l’autre sans avoir peur de perdre sa propre culture tout en respectant celle de l’autre.
    Et nous avons tous assez d’éducation, ou d’instruction aujourd’hui pour être celui qui fait le premier pas.

  2. Alain said, on mai 5, 2012 at 5:16  

    Hello

    Sarkozy n’est pas exceptionnel dans la tradition droitière (les branches conservatrices qui naitront de la Révolution), il camoufle mal voilà tout. La droite n’est pas chevaleresque au cours du 19ème siècle : elle envoie la troupe et châtie les révoltes. Le patronat s’oppose à tout, il faut lutter sans arrêt, dans la lutte des classes, c’est nettement lui qui a commencé. La grande bourgeoisie collabore après avoir trouvé sympathique le "national-socialisme" : un chef, de l’autorité (la liberté et la démocratie c’est le désordre, la violence est nécessaire), et souhaiter expurger le pays des juifs. Rien de glorieux. Chez de Gaulle le patriotisme l’a emporté, mais ce n’est pas particulièrement un humaniste. Et son attitude avec les colonisés reste empreinte d’une supériorité toute 19ème siècle.

    La leçon a porté ? Non. La guerre en Algérie n’a pas été un retour de la grandeur perdue, les officiers supérieurs (issus de ces classes sociales) ont institué torture et encouragé les éliminations sommaires. Massu l’a trouvée discutable un peu avant sa mort (que ne s’est-il interrogé plus tôt !). Quant au grand racisme qui baignait cette guerre, très peu "grand", les ordres, le style et l’esprit venaient d’en haut.

    La grandeur de la France n’est pas du fait de ces classes mais des écrivains, artistes, savants, penseurs, créateur, …. C’est par un tour de passe-passe historique que la droite se l’est accaparée comme les religions s’accaparent la morale et la spiritualité.

  3. mamadu said, on mai 9, 2012 at 10:58  

    Hady, cette France mythologique a t-Elle jamais existe?
    Peut-etre que la seule contribution de sarkozy aura ete d’etre decomplexe et d’ avoir porte la vraie voix de la France. Pas celle des livres et des poetes, Mais celle qui a concretement contribue a la souffrance des hommes pendant plusieurs siecles…

  4. fredericln said, on mai 23, 2012 at 11:08  

    Un bien beau billet. La citation de Mme Polony comprend ce terme étrange qui a eu beaucoup cours dans les "argumentaires anti-Hollande" de la droite : le terme "on". Notre responsable MoDem à Argenteuil nous rappelle, à chaque fois que l’un d’entre nous utilise ce terme, que "on est un con", et il a bien raison (le responsable, pas on). Quand l’argument politique se limite à des procès d’intention contre "on"… ça a quelque chose d’inquiétant sur l’état moral d’une partie de notre classe politique.

  5. hadyba said, on mai 24, 2012 at 11:20  

    @tous: désolé du retard dans la réponse aux commentaires. Je crains d’être quelque peu débordé en ce moment.

    @Thierry Lhôte: "Il est plus difficile de savoir si Sarkozy a ou non une croyance idéologique de cet ordre.
    La personne est beaucoup plus portée sur le pragmatisme et la décision que les courants de long terme qui peuvent animer la droite ou la gauche."

    A mon avis, NS est un être totalement dénué d’idéologie et qui n’est motivé par rien d’autre que la perpétuation de son propre pouvoir. C’est pour cette raison qu’il n’a eu aucun problème à accepter les conseils de Buisson dès lors qu’il les croyait à même de le faire gagner. Qu’une telle compromission soit déshonorante lui importait peu puisqu’il n’a aucun sens de l’honneur.

    @Mamadu: Je pense que l’image qu’un homme ou une nation se donne existe toujours un peu. C’est moins une description de soi même qu’une projection de ce qu’il y a de meilleur en nous. Du coup, quand on choisit de se voir d’une certaine manière, on évite d’agir d’une manière trop contradictoire d’avec cette vision de soi que l’on voudrait préserver. Plus ça va, plus j’attache d’importance à ce que les gens disent sur eux mêmes parce que je crois que c’est une manière pour eux de montrer à quoi ils aspirent.

    @FredericLN: Merci. J’ai trouvé l’attitude de Bayrou entre les deux tours courageuse et apparemment il en a été bien mal récompensé. Vous avez bien évidemment raison: il y a des moments où il faut s’élever contre ses propres amis et leurs dire qu’ils sont en train de péter les plombs. C’était clairement le cas avec NS. L’honneur de la droite française aurait été de le marginaliser plutôt que de se dire qu’il faut le défendre parce qu’il est leur candidat.

  6. mamadu said, on mai 25, 2012 at 12:13  

    @hady: c’est une attitude genereuse et pleine de sagesse. J’en vois plus clairement l’interet quand je l’applique aux indentites que je choissis d’assumer (senegal, afrique, islam, academia, gauche etc.): les errements d’un instant ne condamnent pas au reniement perpetuel des valeurs fondamentales… ces valeurs permettent aux confreres les plus lucides de nous ramener sur la voie.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 493 followers

%d bloggers like this: