Hady Ba's weblog

Sortir du Franc CFA ?

Posted in Afrique, Economie, Françafrique by hadyba on août 27, 2017

Il est des combats dont la justesse parait évidente. Devons-nous sortir du FCFA ? Évidemment que si ! Le franc CFA n’est même plus une monnaie, c’est un symbole, c’est une survivance d’un passé criminel. C’est la preuve patente de la continuité de l’oppression dont nous autres africains sommes victimes. D’ailleurs, FCFA signifiait à l’origine Franc des Colonies Françaises d’Afrique et si le nom a changé, la chose n’a guère évoluée. La conservation des initiales est ainsi une sorte d’acte manqué à la Freud.

Je suis d’accord avec tout cela et ai bien plus de critiques encore pour le FCFA, son arrimage à l’euro, notre rapport de subordination à la France, etc. Il n’en demeure pas moins qu’en tant que philosophe, j’ai été entrainé à interroger l’évidence. Le FCFA est-il une cause ou est-il un effet ? Que se passera-t-il si nous prenons cette décision qui nous paraît évidemment bonne de sortir du FCFA sans avoir soigneusement et stratégiquement préparé notre sortie ? La garantie que nous donne la convertibilité est-elle si négligeable que ça, surtout maintenant que nous ne sommes plus dans un tête à tête délétère avec la France mais sommes de facto liés à la zone euro dans son ensemble ? Pouvons-nous jouer l’Europe contre la France pour nous libérer des accords léonins qui nous lient à cette dernière ?

Beaucoup d’activistes qui s’agitent contre le FCFA me semblent commettre deux fautes de raisonnemment assez graves :

  1. D’abord ils confondent cause et conséquence : je suis le premier à admettre que le système dans lequel nous nous mouvons est fondamentalement injuste. Nous sommes maintenus par la France dans une relation de dépendance économique. Il nous faut nous libérer de ce carcan pour nous développer. Le FCFA est l’un des constituants de ce carcan et l’un des instruments privilégiés de la domination française. Je suis tout prêt à l’admettre. Je ne crois cependant pas que le CFA soit la cause de cette domination. Cette dernière est multifactorielle. L’un des facteurs les plus importants me paraît être notre situation objective. Nos économies sont exsangues, non pas seulement parce que nous sommes politiquement dominés mais parce que nous n’avons pas suffisamment investi dans un système éducatif efficace, nous ne soignons pas notre population, nous ne promouvons pas l’efficacité économique, nous n’investissons pas suffisamment dans notre agriculture et n’éduquons pas nos paysans etc. Tous ces problèmes là ne seraient pas du tout solutionnés par une éventuelle sortie du FCFA. Il me semble que plus que le FCFA, ce sont ces facteurs là qu’il faut changer pour améliorer notre situation économique. Quand cette dernière se sera améliorée, nous aurons les cartes en main pour contrôler notre monnaie. Si nous contrôlons notre monnaie alors que notre économie et nos sociétés sont toujours dans une situation catastrophiques, cela ne servira à rien d’autre qu’à nous enfoncer davantage.
  2. Deuxième faute de raisonnement qu’ils commettent à mon avis : penser l’économie hors contexte. Ils ont cela en commun avec la plupart des économistes. Par exemple, tout le monde se souvient de la phrase de Smith sur la main invisible, très peu retiennent ce qu’il dit sur la psychologie des marchands : « une compagnie de marchands est, semble-t-il, incapable de se considérer comme un souverain, même après l’être devenu. Les marchands (…) par une étrange absurdité ne tiennent le caractère de souverain que comme accessoire à celui de marchand. » Les marchands, nous dit Smith, alors qu’ils auraient intérêt à avoir un gouvernement arbitre seraient tellement obnubilés par le profit qu’ils seraient incapables de ne pas ruiner tout pays qu’ils contrôleraient. Ce n’est nulle part ailleurs que dans La Richesse des Nations qu’il le dit pourtant, c’est passé totalement inaperçu de la plupart des économistes qui se réclament de lui et qui veulent que le rôle du gouvernement soit réduit à la portion congrue. De la même manière la plupart des penseurs qui exigent que nous sortions du FCFA ici et maintenant pensent hors contexte en ne tenant aucunement compte de notre situation politique. Une chose qui devrait nous mettre la puce à l’oreille est que Idriss Déby est partisan de la sortie du FCFA. À quel moment se retrouver dans le même camp que Déby ne vous fait-il pas réfléchir ? Déby dont la gestion de l’économie tchadienne est tellement catastrophique qu’il avait nommé son frère directeur des douanes puis s’était retrouvé obligé d’emprisonner ce même frère parce qu’il refusait de reverser les recettes douanières au trésor public. Imaginez-vous ça ? Un pays ou une personne privée s’approprie les recettes douanières ? Sortir du FCFA en l’état actuel des choses, c’est soumettre notre monnaie entre autres à Idriss Déby. Je ne fais déjà pas confiance à Macky Sall mais Idriss Déby ? !!! C’est là malheureusement notre contexte actuel. Qui vaut-il mieux pour gérer notre monnaie ? Un mixte de fonctionnaires africains et français contrôlés par l’Europe ou bien des pillards incompétents cooptés par d’inamovibles dictateurs et dont la seule préoccupation est de s’enrichir ? Je suis comme tout le monde, ça me tue de savoir que même ma monnaie n’est pas sous mon contrôle. Il n’en demeure pas moins qu’entre Idriss Déby et Jean Claude Junker ou Emmanuel Macron, je ravale ma fierté et je choisis les seconds plutôt que le premier. Avant de détricoter le délicat édifice qu’est le FCFA, je préfère réaliser un certain nombre de préalables. Le plus important de ces préalables est le fait d’avoir dans toute la zone CFA des dirigeants élus et comptables de leurs actes devant une justice indépendante. Tant que ce préalable n’est pas réalisé, je considère que le contexte n’est pas favorable à une sortie du FCFA. Parce que rien ne serait plus catastrophique et humiliant que de sortir collectivement du FCFA puis de se retrouver dix ans plus tard avec un champ de ruine et d’aller quémander l’aide de la France pour sauver notre économie. Gageons qu’elle nous ferait payer son « aide » au prix cher.

Dans tous ces débats là, vous savez ce qui m’énerve le plus ? C’est la légèreté avec laquelle nous sommes prêt à sacrifier la vie et le bien être économique de millions de nos compatriotes africains au nom d’un panafricanisme de polichinelle. J’ai beaucoup de respect pour Kako Nubukpo par exemple mais où se trouve-t-il actuellement ? À Paris à travailler pour l’AUF l’OIF Si la zone CFA s’effondrait serait-il personnellement affecté ? Beaucoup de personnes qui s’activent pour la sortie du FCFA tout de suite soit vivent en Europe ou aux USA soit sont payés par des capitaux non africains. Ils vont tenir leur posture d’Afroclowns et m’accuser d’être un nègre de maison parce que je dis que ce ne serait peut être pas une bonne idée de sortir tout de suite de la zone CFA ou de rompre avec l’occident. En attendant, moi je vis au Sénégal, avec un passeport sénégalais et suis payé par l’État du Sénégal. Je n’ai pas la latitude de tenir une posture et de jouer au révolutionnaire avec ma propre monnaie. Je contribue concrètement à créer les conditions pour que le FCFA devienne obsolète et que les termes de l’échange avec le reste du monde change.

 

Publicités

Théorie de l’Afroclown

Posted in Afrique by hadyba on août 26, 2017

C’est une litote que de dire que l’Afrique a des problèmes. Globalement, nous sommes un continent pauvre et mal gouverné. Notre population est généralement mal formée, nos systèmes de santé sont tellement mal gérés que nos hôpitaux sont des mouroirs. Nos dirigeants sont des prédateurs voraces qui vendent toutes nos ressources à vil prix aux étrangers et ne font pas grand chose pour améliorer notre sort. Quasiment tout est à faire chez nous et tout est urgent.

Pour nous sortir de nos problèmes, il y a deux démarches possibles.

·      La première est une démarche ingrate et modeste consistant à essayer d’améliorer ce que l’on peut améliorer étant donné la réalité dans laquelle on se meut. Enseigner, militer pour les droits des populations africaines, combattre les gouvernements locaux, travailler dans le système de santé, créer une entreprise, faire marcher les gouvernements locaux ; bref, cultiver son champ comme dirait Voltaire. Des millions d’Africains, dans le Continent ou ailleurs font ce modeste travail qui, cumulé, nous sortira de la fange dans laquelle nous nous trouvons actuellement. Aucun pays, aucun continent ne s’est jamais développé autrement qu’avec la contribution de tout un chacun ; des enseignants et des techniciens, des paysans et des ouvriers, des infirmiers et des médecins qui quotidiennement essaient d’améliorer les choses dans des conditions exécrables.

·      La seconde démarche consiste à se contenter d’incantations, à trouver un responsable, de préférence extérieur à tous nos malheurs et à adopter une démarche Don Quichottesque en prétendant être le héros, le chevalier blanc qui sauvera son peuple. L’on veut le résultat sans le labeur quotidien qui le rend possible. L’on est alors un héros narcissique entouré d’une cour fanatisée qui nourrit notre ego en nous confirmant que nous allons sauver notre continent. De la même manière que Don Quichotte s’était choisi un combat cosmique mais somme toute consensuel : combattre le mal et défendre l’opprimé ; l’on se choisit également un puissant et cosmique adversaire et l’on s’approprie un combat consensuel. Étant donnée ses turpitudes passées et actuelles sur le continent noir, la France est toute indiquée pour jouer ce rôle d’ennemi cosmique. Quant au combat consensuel ; quant à la cause juste, nécessairement juste et à embrasser sans nuance ni réflexion ni critique, quoi de mieux que le combat contre le Franc CFA ? Bien sûr, pour mener ce genre de combat, mieux vaut s’être soi même mis en sécurité soit en vivant en France, soit en bénéficiant de la nationalité française. L’on veut bien sauver les africains et l’Afrique mais partager leur sort, se soigner dans leurs hôpitaux, enseigner ou étudier dans leurs écoles publiques, avoir un salaire africain et faire la queue pour demander un visa à chaque fois que l’on voyage ? Vous n’y pensez pas ! On n’est pas assez suicidaire pour ça. En revanche, que quelqu’un ose remettre en cause la sagesse d’une sortie inconsidérée de la zone CFA, qu’il ose même émettre le moindre doute sur la sagesse de laisser un étranger inculte n’ayant aucune qualification en économie mener ce combat et il se voit traiter au mieux d’inconscient à l’esprit lavé par la France, au pire de nègre de maison stipendié par la toute puissante France.

J’appelle Afroclowns les africains, vivant généralement en France, qui passent leur temps à combattre en paroles une France fantasmée et à jeter l’anathème sur quiconque ose les contredire. Ces Afroclowns là s’achètent à bon compte un brevet d’africanité en adoptant des positions extrêmes mais se dispensent bien de faire quoi que ce soient POUR le continent. Ils affirment nous CONSCIENTISER mais si vous y prenez garde, vous verrez que ça les dispense de travailler autrement qu’avec le verbe. Pendant que vous vous tuez à remplir des formulaires, à créer une entreprise, à soigner vos compatriotes malades, à enseigner à la future génération d’africains, à pêcher et à cultiver votre champ, ils dorment. Quand vous avez fini de faire tout ça, ils viennent vous dire que si vous êtes fatigués, c’est parce que la France vous vole et ils vous prennent un peu d’argent pour vous tenir ce discours.

L’Afrique se développera, nous nous réapproprierons notre monnaie quand nous nous serons réapproprié notre économie et notre vie politique. Cela se fera grace à des gens comme vous et moi qui avons patiemment travaillé à améliorer le sort du continent. Pas grace à des Afroclowns comme Kémi Séba, qui ne sont là que pour faire du théâtre sur notre misère et prendre un peu de ce qui ne nous a pas été volé par nos dirigeants pour nous tenir un discours soi disant révolutionnaire mais sans effet.

Tagged with: ,

Le paradoxe sénégalais et l’anthropologie du terrorisme

Posted in Politique, Religion, Sénégal by hadyba on août 16, 2017

Je mets ici un article qui vient d’être publié dans les actes d’un colloque que nous avions tenu en novembre dernier à Dakar.

L’introduction:

Nous nommons « paradoxe sénégalais » le fait que, malgré une très grande religiosité et une extrême domination de l’islam, le pays est, non seulement sur le plan institutionnel mais également sur le plan social, fondamentalement une République démocratique. Pourquoi en est-il ainsi ? Nous expliquons ce paradoxe par la manière particulière dont l’islam soufi sénégalais prend en charge la déviance et la marginalité. Dans un premier moment, nous allons illustrer et défendre cette thèse du « paradoxe sénégalais ». Dans un deuxième temps, nous allons comparer le Sénégal au Mali et montrer que les causes de l’irruption du Djihadisme au Mali sont également présentes au Sénégal. Le fait que le takfirisme[1] ne se développe pas au Sénégal et n’y devienne pas violent peut donc être considéré comme une manifestation du paradoxe sénégalais. Dans un troisième temps nous nous servons des figures de deux chefs religieux un peu marginaux dans le mouridisme : Serigne Modou Kara et Cheikh Béthio Thioune pour expliquer le paradoxe sénégalais. Cette explication nous permet d’appuyer une analyse anthropologique, proposée notamment par Scott Atran, de l’attrait du Djihadisme pour une frange de la jeunesse occidentale. Nous terminerons en proposant une solution s’appuyant notamment sur les travaux de Robert Putnam.

[1] On nomme takfiriste les mouvements qui, se référant au théologien médiéval Ibn Taymiyya (1263-1328), se permettent, contrairement à la tradition musulmane, de décréter que d’autres musulmans autoproclamés n’en sont pas de véritablement se donnant donc le droit de les tuer pour apostasie.

HadyAnthropoTerrorisme