Hady Ba's weblog

Les dangereuses improvisations antiterroristes du Président Sall

Posted in Politique, Religion, Sénégal by hadyba on novembre 11, 2015

La bonne nouvelle est que nos autorités semblent enfin prendre au sérieux la menace terroriste. Il y a eu une vague d’arrestation d’imams. Le Président de la République semble avoir prononcé un discours plutôt important définissant la doctrine antiterroriste du pays. Ce qu’il y a sur le site de la Présidence ne casse certes pas trois pattes à un canard même s’il y a des idées intéressantes. Je suppose que c’est ce qui a été préparé.

Le Président de la République semble cependant avoir improvisé.

Sur Seneweb, on nous apprend qu’il aurait dit :

« A coté de ces politiques, il faut développer un discours philosophique et théologique. Cela nécessite une formation des imams dans le sens d’un islam tolérant. Et c’est le modèle d’islam que nous, nous avons adopté depuis que l’islam a été introduit en Afrique, en tout cas en Afrique de l’Ouest. C’est un islam tolérant. Nous ne saurions donc accepter chez nous qu’on vienne nous imposer une autre forme de religion. On a jusque là connu un islam modéré et tolérant. Donc, ça c’est une question de la société toute entière. Ce n’est pas seulement l’affaire de l’État, mais lorsque l’on voit des formes nouvelles, par exemple le port de voile intégral dans notre société, alors que ça  ne correspond ni à notre culture, ni à nos traditions, ni même à nos conceptions de l’islam, nous devons avoir le courage de combattre cette forme excessive d’imposer. De toute façon, c’est le même refus que je pose à d’autres modèles qu’on veut nous imposer. C’est-à-dire que nous ne pouvons pas accepter que des modèles qui nous viennent, je ne sais d’où, soient imposées en Afrique»

Le Soleil quant à lui fait dire au Président :

« nous devrons travailler sur les pays qui ont le même modèle islamique ». « Nous avons aussi besoin d’une collaboration pour mettre en place des académies et des écoles. Il est nécessaire d’avoir un volet  dans la formation des élites, pas seulement des imams dans cette bataille psychologique »

Le chef de l’Etat sénégalais a rappelé que la lutte contre le terrorisme doit être « l’affaire de toute la société » en faisant la distinction entre l’Islam africain et l’Islam d’ailleurs, fustigeant le « port du voile intégral qui n’est pas africain et ni conforme à notre culture ». « Nous devons avoir le courage de combattre et de ne pas accepter une autre forme de l’Islam que l’Islam tolérant que nous connaissons même s’il y a des gens prompts à financer. La société civile et la classe politique doivent être à l’avant-garde de ce combat. J’invite la classe politique à faire très attention sur la question de l’arrestation des imams à laquelle nous venons de procéder. Nous ne saurions également tolérer un certain type de discours de politique politicienne », a averti le président Sall.

Autant j’ai été paniqué toutes ces années de la légèreté avec laquelle notre classe politique traitait la question du terrorisme, autant les présidentielles improvisations de Macky Sall me paraissent malvenues et, pour tout dire, potentiellement dangereuses pour le pays.

Commençons par le tenace mythe de l’islam noir qui serait tolérant parce que syncrétique. Je ne vais pas me prononcer sur le fonds. Le président dit :

Et c’est le modèle d’islam que nous, nous avons adopté depuis que l’islam a été introduit en Afrique, en tout cas en Afrique de l’Ouest. C’est un islam tolérant. Nous ne saurions donc accepter chez nous qu’on vienne nous imposer une autre forme de religion.

Le problème, c’est que l’État du Sénégal n’adopte strictement aucune religion. Nous sommes une République laïque cela veut dire que nous traitons exactement toutes les religions de la même manière. Les citoyens sénégalais ont des choix philosophiques et religieux que l’État n’a pas à sanctionner. L’État les accompagne dans toute pratique religieuse qu’ils choisissent et qui est conforme à notre Constitution. S’immiscer dans les pratiques des citoyens pour voir s’il est tolérant ou pas n’appartient ni à Macky Sall ni à qui que ce soit d’autre. La seule chose que nous demandons à notre État, c’est de veiller au respect des lois et d’assurer la sécurité publique.

Comme toujours quand on régule ce genre de choses, c’est sur les femmes que l’on tape et Macky Sall n’échappe apparemment pas à la règle qui dit que :

l’on voit des formes nouvelles, par exemple le port de voile intégral dans notre société, alors que ça  ne correspond ni à notre culture, ni à nos traditions

D’abord faut arrêter avec nos cultures et traditions. Nous n’avons pas élu un défenseur de nos cultures et traditions mais un Président de la République. Ensuite, si des femmes estiment qu’elles doivent s’habiller de telle ou telle manière de quel droit le Président de la République se permet-il de décider de la conformité de leur habillement à nos cultures et traditions ? Une minijupe correspond-elle à nos cultures et traditions ? Nos traditions sont-elles chrétiennes, islamiques ou païennes ? Le port de la barbe s’y conforme-t-il ? Le voile intégral est typiquement le genre de faux problèmes que l’on agite quand on est impuissant à améliorer la situation. Pourquoi des femmes choisissent-elles de se voiler ? Pourquoi nous réfugions-nous dans des formes de religiosité radicales ? Peut-être parce que nous sommes horrifiés par la corruption de ce qui aurait du nous servir de norme religieuse ? Peut-être parce que notre situation économique est tellement désespérée que nous parions tout sur l’au-delà ? Je n’en sais rien et à vrai dire, qui suis-je pour juger des choix religieux des gens ?

Au passage, Macky Sall nous rappelle subtilement qu’il avait glorieusement résisté à la puissance américaine sur la question de l’homosexualité :

De toute façon, c’est le même refus que je pose à d’autres modèles qu’on veut nous imposer.

Il y aurait donc, dans son esprit une égalisation entre l’homosexualité et l’islam radical. J Là, je suis bien d’accord avec lui : homo, hétéro ou salafiste, je pense que l’État n’a pas a rentrer dans la vie des gens tant qu’ils ne commettent pas d’activité délictueuses. Maintenant si l’État s’amuse à criminaliser ce que les gens font paisiblement (par exemple porter le voile intégral ou pratiquer un islam rigoriste) pour ensuite venir arrêter les gens, je crois qu’il y a un problème.

Enfin, plus grave, si j’en crois le Soleil qui est quand même le journal officiel, Macky Sall termine en menaçant son opposition républicaine :

J’invite la classe politique à faire très attention sur la question de l’arrestation des imams à laquelle nous venons de procéder. Nous ne saurions également tolérer un certain type de discours de politique politicienne

Donc notre Président s’arroge le droit d’arrêter qui il veut au nom de la menace terroriste et il faudrait que personne ne moufte ? Comme souvent en matière de lutte contre le terrorisme, les politiciens veulent préserver nos libertés en nous les confisquant. Non merci. Un Président qui s’est montré singulièrement aveugle sur le Mali, qui a failli conforter des putschistes au Burkina et qui expulse de opposants gambiens nous demande les pleins pouvoirs au nom de la lutte contre le terrorisme ? Non, je ne crois pas que ce soit une bonne idée. Parmi les idées intéressantes du discours présidentiel, il y a l’idée que le terrorisme nait de l’inégalité et de la pauvreté. C’est justement pour résoudre ces problèmes là qu’on a élu Macky Sall. Pour l’instant, nous ne voyons aucune amélioration de notre situation économique. Les pauvres n’arrivent toujours pas à se soigner ni à assurer une éducation de qualité à leurs enfants. Une minorité de délinquants (et de) politiques s’enrichit toujours plus alors que les autres s’appauvrissent. Pour lutter contre le terrorisme, le Président doit laisser la police et la justice faire leur boulot et faire le sien qui est d’améliorer le sort de nos concitoyens. Il n’a pas besoin des pleins pouvoirs pour ça !

Touba comme non problème

Posted in Politique, Religion, Sénégal by hadyba on juillet 9, 2014

Dans les salons feutrés où les instruits sénégalais font semblant d’être des intellectuels, quand portes et fenêtres sont closes, nous parlons parfois de Touba. Ce que nous y disons avec virulence et que nous faisons semblant d’oser dire en public est que Touba est un pouvoir féodal qui va détruire la République si des intellectuels aussi éclairés et courageux que nous ne nous saisissons de cette affaire et n’obligeons notre gouvernement à combattre ce centre de pouvoir alternatif. Touba, il est vrai a acquis une considérable influence dans le débat public depuis que le Président Wade, dans sa maléfique entreprise d’abaissement des valeurs républicaines, a décidé de publiquement faire allégeance au marabout. Wade n’était bien évidemment motivé par aucune vraie foi. Son but était double : d’une part s’assurer à peu de frais l’électorat mouride et d’autre part miner le sentiment républicain à un point tel que ses turpitudes ultérieures paraitraient normales. M. Macky Sall, lorsqu’il aspirait au poste de Président de la République du Sénégal avait semblé vouloir reprendre le pouvoir sur Touba. Son affirmation que : « Les marabouts sont des citoyens comme les autres. » avait été comprise comme visant particulièrement Touba et saluée ou honnie en conséquence. Malgré cette affirmation, Macky Sall a été élu suscitant immédiatement l’ire plus ou moins voilée de Touba. Contre toute attente, le Président Sall a multiplié les actes d’allégeance envers Touba, en pure perte bien évidemment, ce qui ne manque pas d’inquiéter les instruits sénégalais qui font semblant d’être des intellectuels.

Trois épisodes ont particulièrement dérangé.

  • D’abord un estimé professeur de l’Ucad, double agrégé et docteur d’État a, de manière quelque peu… hum… imprudente, commis un livre dans une maison d’édition quelque peu… hum… disons grand public, livre dans lequel il affirmait (semble-t-il) que le prophète Mahomet n’avait fait rien de plus que recycler dans le Coran les historiettes grecques qui trainaient à l’époque. L’on s’attendait certes à ce que le livre fît modérément scandale parmi les autoproclamés et télévisuels défenseurs de la foi mais le Sénégal étant le Sénégal, ça ne devait pas dépasser un certain niveau. Les choses atteignirent cependant des proportions inattendues lorsque, out of the blue, le Khalife Général des Mourides himself revêtit son manteau de défenseur de la foi et commit un communiqué de presse condamnant dans les termes les plus fermes l’insulte à l’islam que lui paraissait être le livre de notre estimé collègue. Les mourides étant connus pour parfois devancer quelque peu violemment les désirs de leur guide spirituel, nous nous inquiétions tous pour notre collègue. Ce dernier nous épargna charitablement la nécessité de le défendre en décidant, de manière quelque peu … hum… disons non universitaire, de platement s’excuser d’avoir écrit ce livre.
  • Ensuite lors de la confection des listes électorales pour les élections municipales et locales qui viennent de s’achever, il a d’abord été décidé qu’il n’y aurait qu’une seule liste électorale à Touba et que le Khalife Général des Mourides lui même se chargerait de la confectionner[1]. Quand la liste parut, on se rendit compte que contrairement aux dispositions de la loi sénégalaise, il n’y avait aucune femme. Cette liste était donc illégale. Au lieu de pointer ce fait notre ministre de l’intérieur lui-même choisit de faire une sortie dans laquelle il affirmait en que si la loi de la République n’avait pas l’heur de plaire à Touba, il était évident que le consensus républicain et la volonté générale voulaient que la République ignorât ses propres lois pour complaire aux desiderata du Khalife. En conséquence, la liste serait présentée telle qu’elle aux électeurs. L’on protesta prudemment mais mollement et tout le monde fit semblant d’être trop occupé pour coucher sur papier ou rappeler devant un micro cette évidence que la loi de la République devait s’appliquer sur tout le territoire de la République.
  • Enfin, alors que l’on n’avait pas fini de s’étrangler devant une telle forfaiture ministérielle et de trouver le moyen d’ignorer subtilement notre propre lâcheté, un des députés les plus… hum… disons hauts en couleur, de notre assemblée nationale décida d’insulter au téléphone de la manière la plus vulgaire possible un membre de la noble famille du Khalife général des mourides. Ce député est, comme il se doit pour un député sénégalais, immensément riche et se trouve être élu de Touba. Sa conversation se retrouva comme par miracle sur internet. S’ensuivit une expédition punitive apparemment menée par UNE ÉMINENTE MEMBRE de la noble famille du Khalife générale des mourides –au fait s’ils ont en leur sein de telles amazones au sens de l’initiative si avéré, pourquoi ne pas simplement les coopter dans la liste des aspirants conseillers municipaux afin de répondre aux exigences de la loi ? Les voies du Khalife sont décidément bien mystérieuses !– Quoiqu’il en soit, cette expédition punitive saccagea domiciles et entreprise de notre député. La gendarmerie évacua certes la famille du député sauvant des vies mais ne fit strictement rien pour protéger les biens d’un homme qui était pourtant un représentant du peuple. Le saccage s’étant fait devant des caméras de télévision, l’on arrêta mollement 19 personnes qui furent libérées le lendemain au grand dam de la magistrature sénégalaise qui protesta officiellement contre une libération qu’elle imputait au politique mais se garda bien de creuser plus avant les circonstances d’une telle sortie de prison.

Devant ces trois épisodes, nos théoriciens de salon ont tendance à parler (en privé, ils sont pas fous) d’un problème Touba et à tenir les discours les plus virulents contre l’autorité spirituelle de cette Ville que tout le monde ici dit Sainte.

Bizarrement, je ne pense absolument pas que nous ayons un problème Touba. Le véritable problème que nous avons, c’est la lâcheté de notre élite, qu’elle soit politique ou intellectuelle. Mon père, qui n’est absolument pas un féministe, m’a confié avoir été choqué par l’apathie des organisations féministes qui auraient du exiger de l’État qu’il élimine une liste illégale remettant en cause un acquis des femmes. Mais bien sûr, les femmes qui dirigent les organisations féministes sénégalaises sont des membres de l’élite sénégalaise et donc aussi lâches que leurs homologues mâles. Paradoxalement, notre peuple quant à lui, même quand il est mouride, semble faire parfaitement la part des choses entre ce qu’il doit au spirituel et ce qu’il doit au temporel… Sauf quelques excités bien sûr. Le problème, c’est que notre gouvernement est trop lâche pour s’occuper de ces excités qui existent partout. Je suis scié que Macky Sall, ne le comprenne pas. Après tout, lors de la campagne électorale des présidentielles, non seulement il a dit que les marabouts étaient des citoyens comme les autres, mais il a également affirmé qu’il légaliserait l’homosexualité. Ces deux « fautes » ont été instrumentalisées à mort par le camp Wade. Ça ne l’a pas empêché d’être élu par une majorité de l’électorat. Je ne comprends pas qu’après cela, il éprouve le besoin de s’aplatir devant des marabouts qui de toute évidence n’ont qu’une influence marginale sur l’électorat. Lors des dernières législatives, la population a encore récidivé dans l’expression d’un sentiment républicain que notre élite s’évertue à lui nier. Il n’y a qu’une seule liste à Touba et cette dernière a été autorisée à se présenter malgré son caractère illégal. La ville de Touba est censée être ultra acquise au marabout. Malgré tout, le jour des élections, la dite Liste du Khalife l’a certes emportée mais alors qu’elle a obtenu 20 468 voix, il y a eu 1151 bulletins nuls et… 18 813 bulletins blancs. J’insiste, 18 813 citoyens, presque 50% des votants se sont déplacés pour aller mettre dans l’urne non pas le bulletin dont on affirmait qu’ils en voulaient évidemment mais un bulletin blanc leur permettant d’exprimer leur désaccord avec qu’on leur imposait au nom de leur supposée croyance religieuse. Il me semble que ces citoyens ne sont pas de moins bons mourides que les autres. C’est juste qu’ils se trouvent également être républicains. 50% de républicains parmi les votants d’une ville qui est censée être un repaire de fanatiques ? J’aurais souhaité pouvoir dire que je crois qu’il y a autant de défenseurs la République dans notre assemblée nationale et dans les autres ghettos où se concentre notre soi disant élite ; je ne le puis…

[1] Franchement, je ne suis même pas sûr de ça tellement cela s’est fait dans la confusion et les discussions subséquentes ont été prudentes et modérées contrairement à tous les usages sénégalais.

Tagged with: ,

Tombouctou ou l’implacable logique du fanatisme

Posted in Afrique, Religion by hadyba on juillet 8, 2012

La destruction en cours des mausolées, mosquées et bibliothèques de Tombouctou me plonge dans un état de sidération assez bizarre. Je suis totalement choqué et horrifié par le coté irréparable des déprédations. En même temps, je ne puis m’empêcher de constater que ces islamistes sont les seuls membres de l’élite politique malienne à avoir agi de part en part avec logique et rationalité.

Certes, leur logique est folle, mais ils s’y tiennent impitoyablement. Dans la religion musulmane, l’un des péchés les plus graves est l’Association i.e. le fait d’adorer ou d’attribuer la moindre parcelle de pouvoir à qui que ce soit d’autre que Dieu. Si l’islam est soumission totale à Dieu, la contrepartie en est qu’une fois soumis à Dieu, on ne se soumet plus devant rien ni personne d’autre. Le rapport à Dieu est en principe direct et personnel et il n’y a ni intercession possible, ni malheur possible qui ne vienne directement de Dieu. Certains musulmans affirment par exemple que si le prophète n’a pas eu d’enfant mâle, c’est parce que Dieu ne voulait pas que se constituât une sorte d’aristocratie au sang pur qui serait le véhicule de notre profonde tendance polythéiste. Si le prophète avait eu une descendance traçable, il n’y a aucun doute que les musulmans se mettraient à l’adorer à l’égal de Dieu et que ce seraient des Dieux vivants. Il n’y a qu’à voir ce qu’essaient de mettre en place, partout dans le monde musulman, toutes ces personnes qui se prétendent (avec plus ou moins de légitimité) descendants du prophète. Cas emblématique, la dynastie Alaouite du Maroc.

Il y a donc dans l’islam ce coté implacablement démocratique, rationaliste et égalitaire qui fait qu’une fois que l’on s’en est totalement remis à Dieu, on ne peut plus avoir d’autre maître ni d’autre intercesseur. Si on a une vision aussi puriste de la religion musulmane, la conséquence logique est que les tombeaux, les mosquées soit-disant protectrices etc… tombent sous le coup de l’Association. Même des exemplaires anciens du Coran, qui seraient pieusement conservés parce qu’ayant appartenu à de supposés saints et donc vecteurs de bienfaits divins, doivent être détruits. Ce n’est que pure logique. C’est cela qui est le plus fascinant chez les fanatiques religieux: ils ne font que prendre les principes de la religion et les pousser à leurs conséquences ultimes. Sur RFI il y a eu une ou deux interviews des leaders d’Ansar e Din qui sont assez révélatrices. Quand on les écoute, on se rend compte que d’une part, ils ne comprennent même pas pourquoi ça pose problème à qui que ce soit qu’ils brûlent tout ce qui est vecteur d’association. Les populations locales se veulent musulmanes, comment peuvent-elles tolérer et conserver des reliques qui peuvent se substituer au divin? D’autre part, les miliciens d’Ansar e Din n’ont aucune préoccupation pratique autre que l’établissement de la loi divine*. Y aura-t-il une épidémie de choléra? Comment faire marcher l’électricité? Les médecins du district seront-ils payés à la fin du mois? Ils s’en fichent; Dieu y pourvoira et de toute manière, s’ils meurent ils iront au Paradis.

Ces islamistes donc sont totalement logiques et rationnels. Si je pars de ce constat, je me pose deux questions.

  1. Si nous acceptons comme ils le font que la relation à Dieu doit être totalement personnelle et directe et que personne n’a le droit de se soumettre à autre chose ni à personne d’autre qu’à Dieu; comment justifient-ils, à leur propres yeux, de prendre le pouvoir au nom de Dieu? Si vraiment tout pouvoir appartient à ce point et d’une manière aussi directe à Dieu que même essayer de faire intercéder un Saint mort est la marque de l’Association, comment le fait de décider de prendre une parcelle du pouvoir divin et d’en faire usage, même pour accomplir Sa Volonté n’est-il pas le comble de l’orgueil? Après tout, exercer le pouvoir, c’est décider soi-même que l’on peut occuper hic et nunc la place de Dieu sur terre. Certes il est dit dans le Coran que l’homme est le lieutenant de Dieu sur terre. Mais il n’est nulle part dit que cette lieutenance implique de faire plier la volonté des autres individus pour les forcer à adorer Dieu. Après tout, si chaque homme est lieutenant de Dieu sur terre alors le rapport de volonté à volonté devrait être entre chacun et Dieu de manière directe. Interférer orgueilleusement dans ce rapport se justifie-t-il?
  2. Comment des individus aussi logiques ont-il pu choisir des axiomes aussi incertains? Croire que Dieu existe, que Mahomet est son prophète et que le Coran est sa parole incréé est un choix très peu justifiable si l’on ne décide qu’à l’aune de la rationalité. Il y a tellement de discours concurrents sur la nature et l’existence de Dieu. Il y a si peu de raisons rationnelles de faire tel choix plutôt que tel autre que si l’on a cette sorte d’esprit logique qui engendre le fanatisme, on ne devrait d’abord honnêtement pas pouvoir choisir une religion. La seule décision rationnelle est l’agnosticisme. Si tel est le cas comment peut-on justifier d’être à ce point rationnel dans son approche de la religion et de faire un choix autre que l’agnosticisme? À moins qu’au plus profond d’eux même, les salafistes, à Tombouctou ou ailleurs ne soient rien d’autre que des gens qui essaient de réprimer à tout prix le doute que leur esprit limité n’arrive pas à entretenir en recréant un univers où la possibilité même qu’ils se trompent (que Dieu n’existe pas ou que Mahomet ne soit pas son prophète) n’émerge jamais. Mais bien sûr, c’est dans leur coeur que se loge ce doute pas dans celui de ceux qui conservent des reliques en sachant bien que ces derniers ne sont au mieux que des rappels de ce que la foi a permis à leurs prédécesseurs d’accomplir.

….

*Pour le moment, s’ils gagnent, les opportunistes viendront.

PS: Cet article sur la signification des déprédations actuelles est intéressant. L’auteur y interroge Souleymane Bachir Diagne et Shamil Jeppie qui ont coordonné ensemble il y a quelques années un très beau livre que vous pouvez télécharger et dont le titre était: The Meanings of Timbuktu

Mieux vaut tard

Posted in Religion, Sénégal by hadyba on février 3, 2012

que jamais.

des familles religieuses ont demandé à Wade de quitter le pouvoir

Source

Mais la vérité, c’est que ces dix dernières années, les familles religieuses musulmanes ont trahi le peuple sénégalais en acceptant de se faire corrompre par Wade. Elles sont co-responsables avec lui de la situation actuelle de notre pays. Seule l’Église Catholique Sénégalaise a joué son rôle au cours de cet infâme règne de Maitre Wade.

Tagged with:

Question de priorité

Posted in France, Religion by hadyba on novembre 12, 2011

Vous vous souvenez que l’incendie du siège de Charlie Hebdo était une atteinte absolument intolérable à la liberté d’expression que toute personne vivant en France devait condamner sans réserve? Que penser alors de ça:

Des responsables du culte musulman se sont indignés jeudi à la suite d’un incendie qui a détruit partiellement une salle de prière à Montbéliard, ce qui constitue selon eux un acte « lâche et raciste ».

« J’appelle les pouvoirs publics à prendre des mesures efficaces parce que ça commence à aller très très loin », a déclaré le président de l’Observatoire de l’islamophobie, Abdallah Zekri, à l’AFP.

Selon lui, 24 lieux de culte musulman ont été dégradés depuis le début de l’année. Le jour-même de la fête de l’Aïd al-Adha, marquant la fin du grand pèlerinage de La Mecque, dimanche dernier, la mosquée de Saint-Amand-les-Eaux (Nord) a été recouverte de croix gammées, a-t-il indiqué.

Source

Je répète: « 24 lieux de culte musulman ont été dégradés depuis le début de l’année »  et « la mosquée de Montbéliard a été incendiée »; tout comme Charlie Hebdo, quoi. Le tout dans l’indifférence quasi-générale. Je ne sais pas vous, mais moi, je n’ai pas entendu Claude Guéant parler d’attentat dans aucun de ces cas et Libé ne nous a pas proposé de venir prier au journal le vendredi suivant :-).

Entendons-nous bien, je ne réclame pas que le ministre de l’intérieur se précipite à chaque fois que survient un fait divers pour agiter des paroles vides. Je suis totalement à l’aise avec le fait qu’on laisse la justice faire sereinement son travail quand une mosquée est brulée. En revanche, la réaction différenciée de l’intelligentsia française, ministre de l’intérieur en tête, selon que les musulmans sont victimes avérées d’incendie ou probables incendiaires, me parait instructive.  Ça nous apprend que la République Française attribue plus de valeur au droit légitime qu’a Charlie Hebdo de nous insulter qu’à notre droit, tout aussi légitime d’exercer librement notre superstition religion préférée. C’est une question de priorité, quoi. Pas de l’islamophobie d’État du tout.

Judaïsme & Dieu

Posted in Religion by hadyba on novembre 8, 2011

En commentaire à cet article, Lalilooela a écrit la chose suivante:

Philco, une petite précision, annexe mais qui peut éclairer sur le devenir possible des religions et leur vraie nature : le Judaïsme, ou plutôt la religion juive n’implique absolument pas la croyance en dieu* (mais ça les loubs vous le cacheront). Discutez avec n’importe quel rabbin et il vous le dira (s’il vaut sa semikhah).

Il me semble que ce n’est pas la première fois que j’entends cela mais j’avoue que j’ai du mal à comprendre pourquoi on le dit. Si je comprends bien mon judaïsme pour les nuls, Dieu a proposé un contrat au peuple juif, non? Le deal étant qu’ils l’adoreraient et qu’en échange il les protègerait. En gros, on a un Dieu qui arrive et qui affirme qu’il veut un monopole et qu’il est capable de mettre une raclée à toutes les idoles qui passent pour des divinités parcellaires. Par exemple, si je lis cette prière, il me semble très clair qu’il y a un Dieu unique et aussi jaloux que celui des musulmans. Ce que je ne comprends pas, c’est pourquoi beaucoup pensent que le judaïsme consiste exclusivement en un respect des rites et que la croyance en Dieu n’est pas importante dans cette religion?

Une autre affirmation qui m’avait intriguée à propos du judaïsme était qu’il n’y avait pas d’au delà ni de jugement dernier dans cette religion. C’est Catherine Clément que j’ai entendu dire ça une fois. Un copain juif pratiquant m’a assuré que ce n’était pas vrai mais je rencontre de temps à autres des gens, juifs ou non juifs, qui soutiennent l’une ou l’autre thèse. Quelqu’un a-t-il quelque chose de concluant là dessus?

 ………

* C’est moi qui souligne

Ultracrépidariens

Posted in France, Religion, Science by hadyba on septembre 10, 2011

Sutor, ne ultra crepidam…

Appelle

Je ne comprend pas pourquoi il y a tout ce débat sur la théorie du genre. Il ne faut surtout pas débattre avec ces fous de la Droite Populaire, il faut juste leur signaler qu’en tant que députés, ils peuvent décider ou non d’enseigner la biologie au lycée mais une fois cette décision prise, c’est aux biologistes de déterminer le contenu des cours de biologie et des idiots même élus par le peuple n’ont pas voix au chapitre!

C’est en même temps fascinant et effrayant de voir la Droite française se transformer en copie du parti Républicain US dans ce qu’il a de pire. Un second mandat Sarkozy risque d’être joyeux avec le démantèlement de l’éducation nationale et des services sociaux qui se profile à l’horizon. Les français auront enfin le droit de choisir librement entre vendre leur maison et mourir d’un cancer. Et tous ces pauvres qui vont à l’école, comme si ça leur servait à quoi que ce soit….

Tagged with:

L’orgueil d’ObL

Posted in Religion, Spéculation gratuite by hadyba on mai 8, 2011

La première de ces vidéos de Ben Laden mises en ligne par le Pentagone me parait révélatrice. Un homme qui soit-disant défend une religion iconoclaste mais ne peut s’empêcher de contempler sa propre image en se caressant la barbe.

Au fond, toute cette rhétorique de la guerre sainte n’est que le prétexte pour l’expression d’une mégalomanie délirante et d’un orgueil en contradiction directe avec la foi que l’on prétend défendre. L’islam insiste sur la modestie, sur la soumission à Dieu. Ce que nous voyons dans cette vidéo, c’est un homme qui est tellement autocentré qu’il se masturbe symboliquement (voir le mouvement rythmique de la main qui caresse la barbe) devant sa propre image et à la pensée que le monde entier le regarde.

Le vieillard que l’on voit dans ce film était conscient d’être devenu une idole, littéralement. Pourtant, il ne lui a pas un seul moment traversé l’esprit que le péché le plus grave, en islam, est l’association. Bien au contraire, il semblait jouir sans réserve de l’adulation de sa clique et de la peur qu’il s’imaginait inspirer au reste du monde. En vrai, il ne nous faisait même pas vraiment peur: c’était juste une petite nuisance qui à causé la mort de quelques millions d’innocents (majoritairement musulmans) et qui nous empêchait de prendre l’avion de manière décontractée.

Tagged with: ,

Islamo-féminisme

Posted in immigration, Religion by hadyba on avril 25, 2011

Une starlette musulmane pose nue dans la version allemande de Playboy et Mouloud Akkouche écrit:

Comme elle, de plus en plus de musulmanes épanouies – bien dans leur époque – refusent de se laisser enfermer derrière un tissu ou des a priori et fantasmes. Et malgré les grands risques, elles n’hésitent pas à s’affirmer, notamment pendant les révolutions arabes. Assistons-nous à la naissance de l’slamo-féminisme ?

Au fond, la démarche de Sila Sahin est courageuse, comme celle du BritanniqueSalman Rushdie, défenseur de la liberté d’expression. L’acte d’une femme qui, tel unGiordano Bruno (philosophe italien brûlé vif en 1600 pour des écrits jugés blasphématoires et son intérêt pour la magie), choquera inévitablement une partie des musulmans et des ultra-féministes. Et proposera aussi une autre lecture de l’islam. Une lecture d’aujourd’hui.

J’avoue que j’ai du mal à comprendre ce qu’il veut dire par là.

D’abord, je ne crois pas que parce que cette femme est musulmane, tous les choix qu’elle fait devraient se justifier de sa religion et par là même devenir islamiques. C’est typiquement là un raisonnement d’intégriste unidimensionnel qui police la vie de ses coreligionnaires, sous prétexte que ces derniers ont des devoirs envers la communauté ou envers Dieu.

Ensuite, qu’y a-t-il de féministe à poser nu dans Playboy? Poser nu peut difficilement être considérer comme une répudiation des fantasmes: ce respectable journal (même s’il contient de articles de fond passionnants à ce que j’ai entendu) sert avant tout à alimenter les fantasmes masculins.

Enfin, quelle légitimité a une starlette à proposer une « nouvelle lecture de l’islam »? A-t-on jamais demandé à Madonna, parce qu’elle est d’origine italienne, de nous proposer « une nouvelle lecture des mystères de la trinité »? M. Akkouche méprise-t-il tant les musulmans qu’il pense que n’importe qui est capable de les éclairer sur leur religion?

Cette dame fait son boulot et mène sa carrière comme elle l’entend. Tant mieux pour elle. Des musulmans sont choqués, tant pis pour eux. M. Akkouche aime lire Playboy. C’est respectable. Mais de grace, qu’il n’essaie pas de nos faire croire qu’il le fait parce que ça lui apprend quoi que ce soit sur la tolérance religieuse et la théologie musulmane du 21e siècle. C’est juste pour mater des femmes nues qu’il le fait. Il n’est pas meilleur que les intégristes musulmans qui regardent ce magazine soi-disant pour mesurer l’étendue de la décadence occidentale.

Plus sérieusement, le fait que cette dame pose pour PlayBoy et surtout, ce qu’elle et les autres en disent pose des questions intressantes au delà de l’islam qui est juste une manière pour tout le monde de s’auto-congratuler en disant: « Hey, regardez comme nous sommes tolérants et libres contrairement à ces sauvages de musulmans! »

  1. Cette dame se dit musulmane pratiquante mais en même temps, elle affirme que c’est là un acte de révolte par lequel elle rejetait les règles morales imposées par une famille conservatrice. Ça me semble totalement compréhensible. Ceci dit, la conséquence prévisible de cet acte est qu’elle rompra avec sa famille. Gagner son autonomie signifie-t-il nécessairement rejeter violemment son milieu en faisant quelque chose dont on sait qu’il sera perçu comme insultant. Le choix des enfants d’immigrés est-il entre obéir aveuglément à leurs parents et couper radicalement les ponts ou bien sont ils destinés à faire le lien entre leurs parents et la société dans son ensemble?
  2. La société elle-même est-elle prête à accueillir ses enfants d’immigrés s’ils ne (se) renient pas? D’une certaine manière, ce que cette dame fait, c’est donner des gages à l’extérieur de sa communauté en criant: « Regardez, je suis comme vous, moi aussi je trouve ma culture rétrograde! » Le problème est que la plupart des enfants d’immigrés ne veulent ni insulter leurs parents, ni s’isoler de la majorité. Si nous prenons l’exemple français, ne pas boire de l’alcool vous isole socialement. Cela veut-il dire que les musulmans français doivent boire de l’alcool pour se faire accepter. Dans l’article original auquel réfère M. Akkouche, il y a cette personne qui dit grosso modo que poser nue ne lui parait pas féministe mais que pour une musulmane, ça lui parait une bonne chose. C’est encore une fois cette vision selon laquelle les minorités doivent donner des gages de leur bonne volonté avant que l’on puisse leur faire confiance. Poser nu, serait une disgrace pour n’importe quelle femme, mais étant donné qu’une femme musulmane n’est pas une vraie femme…

Lutte esthétique

Posted in France, Religion by hadyba on avril 23, 2011

S’il y a un seul article sur cette affaire Piss Christ, c’est celui-ci.

Une telle violence aurait-elle été possible s’il n’existait pas une certaine coupure entre l’art contemporain et une partie importante de la population ? Peut-être pas. Mais cette coupure ne doit pas être attribuée aux œuvres elles-mêmes qui ne sont ni plus ni moins ésotériques que ne peut l’être n’importe quelle représentation classique du Christ sur la croix. Elle repose avant tout sur le refus ou la négligence de défendre l’art contemporain auprès du public, si ce n’est en montrant les œuvres sans jamais les expliquer. On laisse ainsi le champ libre à tous ceux qui promettent le royaume des cieux à ceux qui ne comprennent pas des choses que l’on ne veut pas leur expliquer. C’est peut-être là la leçon qu’il faudrait retenir de cette affaire : la lutte contre les extrêmes passe aussi par la lutte esthétique.

Tagged with: