Hady Ba's weblog

Fillon le négationniste

Posted in Françafrique, France by hadyba on octobre 13, 2011

Je n’ai vraiment pas le temps d’écrire un post sérieux en ce moment mais j’apprends dans le Canard de cette semaine que Fillon aurait eu l’outrecuidance d’aller à Yaoundé en 2009 pour déclarer à propos du massacre des bamilékés:

Je dénie absolument que des forces françaises y aient participé en quoi que ce soit

Sous ses dehors de notable de province policé, ce type est peut être pire que Sarkozy! C’est toutes proportions gardées, comme si Angéla Merkel allait à Jerusalem pour nier que l’armée allemande ait participé à l’holocauste. Au Cameroun entre 1955 et 1962 c’est un crime contre l’humanité qui s’est déroulé sous la supervision directe du Général de Gaule via Jacques Foccart et Pierre Messmer futur premier ministre de la République Française. Non seulement au moins 100000 hommes, femmes et enfants ont été massacré, mais en plus ils ont complètement décapité l’intelligentsia camerounaise tuant quiconque était diplomé ou avait un pouvoir symbolique mais refusait de se soumettre à la France. Cela leur a permis d’installer un régime fantoche qui se perpétue encore et qui encore aujourd’hui préserve les intérêts économiques de la France. Si Paul Biya peut en 2008 tirer sur sa population et tuer 100 personnes qui manifestaient contre la cherté de la vie, s’il peut organiser en 2011 des élections remarquablement dénués d’enjeux, c’est parce que la campagne de massacre de l’armée française a durablement désorganisé les contre pouvoirs possibles. Et parce que le contrôle économique et politique de la France sur le Cameroun est total. Ce contrôle a été acquis dans le sang et en commettant les crimes les plus horribles. François Fillon, premier ministre de droite de la République Française est le rejeton de la famille politique criminelle qui a commis ces crimes. S’il ne peut pas s’en excuser au moins aurait-il du avoir la décence de se taire.

Tout ceci est totalement documenté. Version longue, vous pouvez lire Kamerun qui sur plus de 600 pages rapporte munitieusement ces crimes. Version courte, vous pouvez lire le livre Main basse sur le Cameroun qu’un Mongo Béti indigné par le silence complice de la presse française a écrit en 1972 et qui a été immédiatement censuré par l’État français.

Publicités