Hady Ba's weblog

Charlie Hebdo ou le sommeil de la raison

Posted in France by hadyba on mai 6, 2015

Prado_-_Los_Caprichos_-_preparatory_drawing_-_No._43_-_El_sueño_de_la_razon_produce_monstruos

(Illustration: Etude préparatoire à la gravure de Goya: Le sommeil de la raison produit des monstres. Volée sur Wikipedia)

Il est indécent de dire du mal des morts. Il plus indécent encore de dire du mal de gens qui ont été tués. Il est infiniment indécent de dire du mal de personnes qui ont été assassinées au nom d’une religion que l’on pratique soi-même. C’est cette conscience qui m’a jusqu’ici empêché de dire ce que je pense des gens de Charlie Hebdo. Au bout de 4 mois, je vais lever mes scrupules et dire sans ambages ce que je pense de ce journal.

Je crois qu’au moins depuis 2001, Charlie Hebdo était un journal islamophobe. Il n’était pas que ça. Il était également négrophobe, homophobe, cathophobe et plein d’autre choses détestables. Peu me chaut toutes les personnes qui y travaillent se proclament antiracistes et qu’il y ait des arabes peut être même musulmans parmi ceux que les terroristes ont tués. Je n’en crois pas moins que Charlie était profondément islamophobe.

Il y a eu cette pseudo-étude parue dans Le Monde et argumentant que puisque les Une sur l’islam étaient minoritaires, le journal n’était ni islamophobe, ni obsédé par l’islam. Il me semble que c’est là le comble de la mauvaise foi ou, plus probablement, de l’aveuglement volontaire. L’important, ce ne sont pas les unes, c’est la nature des dessins et des articles parlant de l’islam. Sauf à procéder à une analyse de ces articles et de ces dessins, une étude quantitative ne nous apprend rien. Prenons un exemple : quand M. Le Pen dit que les noirs courent vite, il est oiseux de dire que ce qu’il dit est un compliment et ne peut donc pas être raciste. Nous savons très bien que ce n’est pas une simple généralisation abusive ni un constat basé sur une observation attentive des différentes compétitions sportives. Le but de cette petite phrase est d’essentialiser les noirs et d’opposer une supposée vigueur physique des noirs à une supposée vigueur intellectuelle des blancs. Il n’a pas besoin de le dire pour que nous le comprenions. De la même manière, Charlie Hebdo n’avait pas besoin de faire des une systématiques sur les noirs, les arabes ou les musulmans pour être raciste ; il lui suffisait simplement de se moquer de ces groupes là à chaque fois qu’il en parle, d’amalgamer sciemment arabes et musulmans et de faire de manière récurrentes des unes sur Mahomet pour fédérer un large lectorat composé à la fois d’islamophobes assumés et d’islamophobes honteux préférant se faire croire qu’ils sont préoccupés par la liberté d’expression.

Je trouve donc Charlie Hebdo profondément raciste et islamophobe. Il suffit juste de regarder sans parti pris comment ils représentent Christiane Taubira en singe, se moquent des jeunes filles enlevées par Boko Haram ou tapent sur les musulmans pour s’en convaincre. Paradoxalement, leur racisme ne me pose strictement aucun problème. Je suis un maximaliste en matière de liberté d’expression et je pense que les idées, toutes les idées y compris les plus nauséabondes doivent d’exprimer librement. Ce qui m’avait choqué quand j’était en France, ce n’était pas le racisme de Charlie Hebdo, c’était l’injonction qui m’était faite, en tant que musulman, de montrer mon ouverture d’esprit non pas seulement en acceptant le droit qu’avait Charlie Hebdo de se moquer de moi mais également en prétendant que je n’étais pas le moins du monde offensé et que seuls les extrémistes musulmans pouvaient l’être par cette manifestation de l’esprit français. Or étant un homme cultivé, je prétends connaître l’esprit français autant qu’un autre. Je ne me souviens pas que le but du Mariage de Figaro fût de se moquer du personnage éponyme, bien au contraire. La pièce le soutient face à l’arbitraire du Comte Almaviva.

L’esprit français, s’il existe, consiste à se moquer et ridiculiser les puissants et à donner voix au petit peuple. Le petit peuple français actuel n’est certainement pas l’intelligentsia athée ; c’est souvent le musulman importé pour faire le boulot dont personne ne veut et qui s’accroche désespérément à sa religion parce que c’est la seule chose qui lui reste. À chaque fois que Charlie avait des problèmes de trésoreries, il faisait un numéro spécial moquant les convictions de ce petit peuple de Paris (ou plutôt de sa banlieue) et tous les bobos se donnaient le frisson de la défense de la liberté d’expression en achetant un numéro spécial Mahomet. Cela me paraît plus un dévoiement de l’esprit français qu’autre chose.

Parce que la France avait renoncé à penser sa situation socio-économique, parce qu’elle est structurellement raciste, parce qu’en un mot elle a renoncé à la raison, elle n’avait plus pour héros, défenseurs de la liberté d’expression que les gens de Charlie Hebdo. Le sommeil de la raison nous dit Goya engendre des monstres, ces monstres ont pour noms les frères Kouachi, les Coulibaly, Youssouf Fofana et le gang des barbares qui a tué Ilan Halimi. Mais de manière plus insidieuse, un de ces monstres est actuellement à l’œuvre sous la forme d’un gouvernement de gauche qui met en place, au nom de la liberté d’expression, une surveillance généralisée de sa population.

PS: Article écrit à la va vite. Je le modifierai peut être dans la soirée

Publicités

Liberté d’expression à la française

Posted in France by hadyba on septembre 21, 2012

A propos de l’affaire Faurisson, Chomsky avait une fois eu un méprisant: « Les français, qui n’ont aucune idée de ce qu’est la liberté d’expression, … ». En lisant ceci j’aurais tendance à le trouver mal informé : la liberté d’expression existe bel et bien en France. Son principe est: « J’insulte les musulmans, l’État s’assure qu’ils n’expriment pas leur colère! »

La preuve:

 Le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, a déclaré mercredi avoir donné consigne aux préfets d’interdire les manifestations qui pourraient attiser les tensions autour du film islamophobe réalisé aux Etats-Unis ou des caricatures de Mahomet dans « Charlie Hebdo ».

Charlie at it again

Posted in France by hadyba on septembre 18, 2012

Apparemment, Charlie Hebdo va encore caricaturer le prophète! On parie combien que des idiots musulmans éprouveront le besoin de manifester voire pire? Cela permettra à Charlie Hebdo:

  1. d’augmenter ses chiffres de vente
  2. de surfer sur l’islamophobie mainstream en nous faisant la leçon sur le fait que nous autres musulmans devrions apprendre à supporter la caricature parce que c’est ce que des gens civilisés font.
  3. de se poser à peu de frais en défenseurs de la liberté d’expression

Franchement, je rêve que TOUS les musulmans de France se coordonnent pour ignorer ce genre de provocation mais ce serait là trop demander: il y a chez les musulmans autant de crétins qu’ailleurs et les crétins agissent de manière idiote.

Ce n’est pas parce que je pense que Charlie Hebdo a tous les droits d’insulter mon prophète qu’il faut en plus que je m’en réjouisse ou que je fasse semblant de croire que ce faisant avancent en quoi que ce soit la cause de la liberté d’expression. Ce qui est difficile en France, ce n’est certainement pas d’insulter les musulmans: le ministre de l’intérieur français actuel tout comme ses deux derniers prédécesseurs est un raciste islamophobe, alors… Ce qui est difficile ici, c’est, au hasard, de dénoncer certaines forces économiques.

Alors sérieusement, ce genre d’admonestations que je vois poindre, je m’en passerai volontiers…

Tagged with: ,

Charlie, Norbert et moi

Posted in France by hadyba on novembre 5, 2011

Puisque demain c’est l’Aïd et que je vais passer ma journée à écrire au lieu d’égorger mon mouton dans ma baignoire comme tout bon musulman, autant que je prenne un peu de temps pour écrire sur un sujet éminemment « religieux » histoire de me souvenir que je fais encore partie de la communauté musulmane française …

Commençons par une histoire profane. En janvier 2010, j’étais invité à une conf’ à Dakar alors que mon titre de séjour avait expiré. Normalement, quand tu es étranger en France, tu ne voyages pas quand ton titre de séjour a expiré parce que tu sais qu’on ne te laissera pas rentrer. J’appelais quand même l’ambassade de France à Dakar, leur dit que j’arrivais avec un titre de séjour ayant expiré et qu’il me faudrait un visa de retour pour revenir. Ils me répondirent « Oh, mais venez donc ! » Je vins, fis ma conf’, me rendis au Consulat et me vis plus ou moins refuser le visa.  Après moultes péripéties que je vous épargne, mon labo intervint, je reçus mon visa et revint en France.

Mes amis choqués par l’attitude du consulat me demandèrent de bloguer mes aventures.  Je ne pus me résoudre à le faire. Certes, les gens du Consulat s’étaient incontestablement mal comportés avec moi. Ceci dit, j’avais l’impression que je les avais manipulés et que ç’aurait été de la mauvaise foi que de prendre leur attitude envers moi comme illustration des horreurs qu’ils font subir aux demandeurs de visa. En venant à Dakar, je savais qu’au vu du climat et de la politique d’immigration actuels, ils refuseraient de me délivrer rapidement un visa même si j’avais tous mes papiers en règles. Il était inenvisageable pour eux qu’un africain prît le risque de se déplacer alors que son titre de séjour avait expiré. Moi même, je ne l’avais fait que parce que j’avais la certitude absolue que le CNRS me soutiendrait sur ce coup là. Je bossais sur un projet important et à ce moment là, me remplacer l’aurait retardé. J’aurais travaillé dans le privé ou sur quelque chose de moins important, j’aurais fait comme tout le monde et aurais sagement attendu de recevoir mon nouveau titre de séjour avant de me déplacer. Mon déplacement donc était en partie une provocation. Je l’ai fait parce que je pouvais me le permettre. Pas pour des questions de principes comme je le laissais croire à mes amis. Il aurait été ignoble que j’en fasse un post de blog illustrant mon courage face à l’adversité consulaire française. Cela ne veut pas dire que les gens du consulat se sont bien comportés avec moi, loin de là. Juste que j’avais agi en attendant certaines conséquences et que je devais les subir sans faire semblant qu’elles étaient inattendues.

Maintenant ce post peut devenir religieux 🙂 . La semaine dernière, le journal Charlie Hebdo, choqué, mais alors là absolument choqué que ces tunisiens que la France avait libérés de la dictature de Ben Ali et les Libyens que BHL avait initié à la philosophie française, aient osé respectivement voter pour un parti religieux et proclamer la charia, décida de donner une bonne leçon à tous les musulmans en invitant Mahomet comme réd-chef. Je n’ai franchement pas compris ce que Mahomet était censé faire dans ce numéro et j’avoue que je m’en fiche. Mon avis, avant même de lire ce numéro était que c’était une manœuvre facile surfant sur l’islamophobie de la société française pour renflouer les caisses du magazine et se donner un brevet de courage journalistique. Tout le monde sait que la plupart des musulmans n’aiment pas que l’on représente des images du prophète. Ce numéro était donc sûr d’offenser la majorité des musulmans. De plus que des français qui pendant des décennies avaient soutenu ou en tout cas s’étaient accommodés des pires dictateurs du monde arabe poussent de cris d’orfraie parce que 40% des tunisiens votent pour un parti certes religieux mais qui avait au moins eu le courage de lutter contre la dictature était pour le moins insultant. Ce que les français Charlie Hebdo en tête, nous disent, c’est : on s’en fout que vous vous fassiez torturer, tant que vous ne pratiquez pas ouvertement votre religion et ne compromettez pas nos vacances à 400 euros, ça nous va. Mais je digresse. Charlie Hebdo était sûr de choquer et d’offenser les musulmans, il voulait nous choquer et surtout, il attendait de pied ferme les menaces de mort pour jouir de son statut de journal courageux dont les dessinateurs sont menacés par ces méchants musulmans. Malgré tout, la veille de la sortie du numéro, une carpette souriante de la Mosquée de Paris est passée à la télé pour dire : « Mais non, vous n’y pensez pas, j’ai vu les dessins, je ne suis pas du tout choqué. L’islam est une religion de paix et nous sommes des musulmans modérés qui pratiquons l’islam de France. » Ou une quelconque connerie approchante. Boubekeur et ses affidés ont compris que pour la presse française, un bon musulman est un musulman qui s’excuse de ne pas boire de vin et de ne pas manger de porc.

Bien sûr, la réaction est arrivée ; dépassant les attentes les plus folles de Charb et de ses collaborateurs. Deux andouilles, certainement musulmanes, ont jeté un cocktail molotov dans les locaux de Charlie Hebdo détruisant tout. C’est inexcusable. La place de ces mecs est en prison et encore, ils ont de la chance que je ne décide pas, ils se retrouveraient dans un des cercles de l’enfer que je réserve aux idiots musulmans qui tombent dans des panneaux aussi énormes ! A condition bien évidemment qu’ils soient musulmans : si on découvre que ce sont des nazillons qui voulaient discréditer les musulmans, je les remercierait du fond de mon cœur de ne pas être musulmans.

Parce que pour l’instant, s’il est probable que ces mecs sont des musulmans, rien n’est certain. Ce qui n’empêche bien évidemment pas toute la France islamophobe de crier à l’attaque intolérable contre la liberté d’expression et à faire de Charlie le symbole de la menace obscurantiste qui plane sur les valeurs occidentales.

J’ai beau être musulman, je sais une ou deux choses sur la liberté d’expression. Et je pense que l’intelligentsia française a, en l’occurrence besoin de mes lumières africaines. La liberté d’expression menacée et le courage journalistique, c’est Norbert Zongo pour moi. Ce mec vivait au Burkina Faso, dictature soutenue par la France. Apprenant que le frère du président avait assassiné son propre chauffeur, il se mit à enquêter. Long story short, la garde présidentielle burkinabée l’assassinat en même temps que trois autres personnes dont le seul tort était de se trouver dans sa voiture et on retrouva leur corps calcinés. En initiant son enquête, Zongo savait que sa vie était en danger. Mais il ne le faisait pas pour emmerder François Compaoré. Tout ce qu’il voulait c’était informer son peuple sur ce qui se passait comme c’était son métier. Ce n’était pas un jeu, il faisait son devoir en prenant des risques. Et surtout, il ne tapait pas sur les plus faibles, non. Il s’intéressait aux turpitudes de l’élite de son pays. Charlie Hebdo qui tape sur les musulmans à partir de la France n’a rien à voir avec Norbert Zongo. Le président français actuel tout comme ses ministres de l’intérieur ont leurs moments d’islamophobie bien documentés. Charlie Hebdo qui met en scène le prophète énerve les musulmans certes mais est sûr de bénéficier du soutien de toute l’intelligentsia française et de se faire protéger par la police française qui, Ô surprise, a également ses moments de xénophobie bien documentés. Alors, I’m not impressed. Se faire brûler un siège (que les assurances rembourseront certainement) ne me paraît pas cher payé pour un tel branding. C’est certes plus que ce à quoi ils s’attendaient mais bon…  Je réserve mon admiration et ma compassion à des gens comme ceux à qui Al Jazeera consacre cette série documentaire ou alors, à la rigueur, aux gens de Médiapart ou du Canard qui n’ont pas peur de déplaire aux puissants de leur pays. Franchement, faire de Charlie le héraut de la liberté d’expression en France me parait insultant pour ce qui reste de la presse hexagonale.

Bruce Crumley chef de bureau de Time Mag a eu à peu près la même réaction que moi et ça lui a valu d’être accusé de dire à la fille violée qu’elle n’avait qu’à pas porter de minijupe. Je trouve que la comparaison est ignoble. Quand je vais à Dakar en sachant que mon titre de séjour a expiré ou quand Charlie Hebdo fait un buzz de trois jours sur son Charria Hebdo à venir, c’est de la provocation faite pour susciter une réaction dont nous savons que nous sommes en mesure de la neutraliser. Quand une fille porte une minijupe, elle s’habille selon son bon vouloir et ne s’attend absolument pas qu’un DSK se sente autorisé à lui sauter dessus. Les situations n’ont rien à voir. Si la comparaison vous vient à l’esprit parce que je dis d’une provocation que c’est une provocation, je me demande si vous ne pensez pas un peu que les prostituées qui se font violer l’ont quand même un peu cherché.

Bon c’était ma défense et illustration de mon obscurantiste religion à l’occasion de l’Aïd, je retourne à des choses plus amusantes. Bonne fêtes à tous ceux qui ont une baignoire où égorger un mouton..

PS : L’hommage d’Alpha Blondy à Zongo