Hady Ba's weblog

Qu’auraient-ils fait?

Posted in France by hadyba on juillet 17, 2011

Dans le Monde à propos de la Jolyesse AntiDéfiléMilitaire:

Le député du collectif La Droite populaire Lionnel Luca a accusé l’écologiste deconfondre « le 14-Juillet et le 1er avril »« Ce serait bien qu’elle apprenne l’histoire de France, je pense que cela lui serait utile. […] Je ne sais pas ce qu’elle aurait fait en 1944 ou 45″, (…) Le député UMP Guy Teissier, président de la commission de la défense à l’Assemblée nationale, a aussi taxé la candidate écologiste d’« anti-France », un terme utilisé par l’extrême droite dans la première moitié du XXe siècle pour désigner notamment les juifs et les communistes.

Je ne sais pas ce que Mme Joly aurait personnellement fait, mais si ses origines sont d’une quelconque aide, ceci laisse penser qu’elle aurait été du bon coté comme la majeure partie des norvégiens de cette époque qui ont à ce point snobé les nazis que ces derniers ont été obligés de décréter qu’il était interdit de rester debout dans un bus où il y avait des places assises libres. Contrairement à la France où c’est un héros de guerre et dirigeant légitime qui a mené la collaboration, en Norvège, les nazis en avaient été réduits à coopter un politicien de seconde zone pour diriger leur gouvernement de collaboration.

Tant qu’on y est, si l’on ne peut savoir ce que Mme Joly aurait fait dans des circonstances aussi exceptionnelles, il me semble que l’on peut raisonnablement conjecturer, au vu de leurs productions intellectuelles récentes, ce qu’auraient été les actes des membres de la Droite Populaire. Personnellement, je n’ai aucun doute qu’un ramassis d’élus locaux qui passent leur vie à désigner des boucs émissaires et à regretter le temps béni où la France était racialement et culturellement homogène seraient aux cotés de Mussolini et de Hitler et contre le cosmopolitisme et le pacifisme que les nazis et les fascistes déjà dénonçaient.

On peut penser ce que l’on veut de la proposition de Mme Joly mais elle me semble bien plus conforme à l’esprit frondeur français que l’anti égalitarisme fascisant qui sert de pensée à la droite actuelle.

Tagged with: , , ,

Le droit contre la démocratie

Posted in France by hadyba on avril 10, 2011

Mussolini avait cette formule pour résumer l’esprit du fascisme italien:

Tout dans l’État, rien hors de l’État, rien contre l’État

Bien sûr, dans cette formule, il y a une égalisation entre État et pouvoir exécutif. Le pouvoir judiciaire avec ses lois fondées en raison, ses principes constitutionnels et sa cohérence inflexible est insupportable à tout fasciste qui se respecte. Non pas parce que l’on ne peut pas changer les lois, mais parce qu’une fois qu’on a écrit les lois, elles doivent s’appliquer indifféremment au puissant tout comme au faible. Or le fascisme repose sur une inégalité entre les humains.

Les fascistes prétendent que s’ils égalisent l’État et le pouvoir exécutif, c’est parce qu’ils sont du coté du peuple. Le National-Socialiste allemand, tout comme le fascisme italien prétendaient exprimer la volonté et l’âme de leurs peuples. En particulier, les fascistes prétendent révérer la démocratie directe parce que cette dernière permet de consulter directement le peuple sans la médiation des Élites cosmopolites forcément corrompues. Cependant, s’il y a une chose que les fascistes s’empressent de faire dès qu’ils en ont l’occasion, c’est d’enrégimenter le peuple. Parce que le peuple qu’ils apprécient, est un peuple qui leur obéit au doigt et à l’oeil et qui ne fait pas dérailler leurs plans.

Ayant ces caractéristiques du fascisme en tête, je vous propose de lire cet extrait de blog :

Les instances européennes, les juridictions suprêmes font partie de ces élites sous l’emprise de la pensée unique sur la sécurité et l’immigration, qui privilégient les droits formels des individus sur l’intérêt général ou celui des personnes dans leur vie quotidienne(…) Trop de droit finit par tuer le droit

(…)

“l’Etat de droit semble s’emballer, devenir comme fou, au détriment de l’autorité politique, contre le pouvoir du peuple et celui de ses représentants élus, contre la démocratie.

Merci

On a là quelqu’un qui prétend savoir ce que pense le peuple et qui se prévaut de ce savoir pour critiquer le pouvoir judiciaire. Cette connaissance intime du peuple lui permet rien moins que d’exiger que nous transmettions tout le pouvoir à l’exécutif et cessions de respecter nos propres lois. Oui je sais il y a des milliers de fascistes là dehors qui écrivent n’importent quoi parce qu’ils savent que personne ne saura jamais qui ils sont. Le problème, c’est que l’auteur de ce texte est conseiller du Président de la République Française. Je croyais qu’à ce niveau de responsabilité, dans une démocratie, un minimum de respect pour la séparation des pouvoirs était exigée. Et by the way, admirez la solution qu’il propose:

On ne pourrait vraiment sortir de ce mécanisme que par une logique de recours au référendum, si un jour les conditions politiques le permettaient sans risque de confusion entre la question posée et un vote de protestation.

Il faudrait recourir de manière systématique aux référendums. Soit. Après tout, les suisses ont un système de démocratie directe qui fonctionne pas mal. Mais remarquez bien son caveat: la volonté du peuple n’est recevable que s’il n’y a pas « risque de confusion entre la question posée et un vote de protestation » Autrement dit à chaque fois que la volonté de ce peuple révéré ne lui plaira pas, il la récusera parce que ce n’est pas un vrai vote, juste un « vote de protestation. Bien sûr certains parleraient de confiscation de la démocratie mais bon…

Moyennant quoi, le respect pour le peuple dont ce prévaut ce Monsieur ne l’incite pas à démissionner de son poste dès lors que son patron ne reçoit plus (comme le montrent de manière consistante les sondages et échéances électorales) la confiance du peuple.