Hady Ba's weblog

Her Taylor is rich!

Posted in Sénégal by hadyba on avril 24, 2013

Maitre Wade avait promu une bande de gangsters incompétents et sans scrupule. De telles nominations lui permettaient d’installer dans les principaux lieux de pouvoir des pantins lui obéissant au doigt et à l’oeil et dont les excès masquaient le pillage systématique des ressources du pays par sa famille et lui. Les sénégalais n’ont cependant pas été longtemps dupes et il était clair bien avant la fin de son mandat que  le peuple ne supporterait pas que les crimes des Wade demeurent impunis. Je ne sais pas à quel point Macky Sall est personnellement convaincu de la nécessité de poursuivre les Wade. Il est possible qu’il ne le fasse que parce qu’il sait que s’il ne le faisait pas, le peuple se retournerait contre lui. Quoiqu’il en soit, bien que le Présidet Sall ait affirmé que Mr Wade lui-même ne serait pas inquiété, Karim Wade est pour l’instant en prison et je ne désespère pas que les enquêtes en cours ne révèlent des faits tels que les juges n’auraient d’autre choix que de juger Mr Wade.

Si Macky Sall semble avoir compris la nécessité de faire traduire en justice au moins une partie de la bande gangsters de Wade, il ne semble pas avoir conscience du fait que si nous avons cette exigence, c’est parce qu’au delà des mots et des symboles, nous aspirons à un État véritablement vertueux où les nominations se feraient selon le mérite et non selon le bon vouloir d’un Président que se prendrait pour un prince.

Non content de nommer ses alliés politiques à des postes de Président de Conseil d’Administration d’entreprises publiques sans tenir compte de leur totale absence de qualifications, le Président Sall semble se croire obligé de trouver de lucratifs points de chute à tous les parents et alliés de son épouse. À chaque lendemain de Conseil des Ministres, la presse a désormais beau jeu de décortiquer les nominations pour pointer les liens de parentés entre les personnes nommées et soit le couple présidentiel, soit un des proches. Les choses deviennent caricaturales quand un mec qui se présente comme le tailleur Mme Sall se sent obligé de donner une interview pour justifier sa nomination par le Président de République au Conseil Économique Social et Environnemental et affirmer qu’il ne la doit pas au simple fait d’avoir cousu des tuniques pour notre Première Dame. L‘interview en elle-même est instructive. Prenez sa réponse à la question de savoir s’il croit mériter sa nomination:

Vous pensez donc que votre nomination au CESE méritée…?

(Il coupe) Nous sommes en politique. Si aujourd’hui je suis membre du CESE, c’est parce que je le mérite. J’ai un parcours politique avec une base solide à Biscuiterie.

Le problème justement, c’est que le CESE n’est pas censée être politique. C’est censé être un groupe de personnalités indépendantes et qualifiées qui peuvent aider à définir les orientations que prendra le pays. La liste des personnalités choisies par le Président de la République est non seulement ridiculement politique mais surtout composé de personnalités pour la plupart totalement dénuées de la moindre expertise valable pour la définition de la moindre orientation en matière politique publique. Il aurait été admissible que Macky Sall choisisse, parmi ses affidés, des personnes compétentes pour peupler ce CESE ou qu’il ne mette qu’une poignée d’incompétents. Mais là, on a juste l’impression que la compétence est le dernier des souci d’un président de la République uniquement préoccupé par le fait de récompenser des leaders politiques et des personnalités médiatiques qui autrement lui auraient pourri la vie. Revenons à notre tailleur, comment voit-il son apport à ce noble Conseil?

Qu’est-ce que vous comptez apporter au Conseil économique, social et environnemental ?

Le CESE est une institution. Nous y sommes pour représenter le peuple sénégalais. Notre rôle c’est d’écouter les populations et de poser les problèmes concernant la demande sociale. J’ai accepté de siéger au CESE et je compte jouer mon rôle de représentant du peuple.

Clairement ce mec confond ce Conseil avec l’Assemblée nationale. Notre peuple élit ses représentants; ils siègent Place Soweto et votent les lois, pas au CESE.

L’on pourrait se dire qu’un peu de népotisme n’est pas vraiment évitable dans une démocratie et que peupler le CESE de politiques incompétents n’est pas dramatique mais il faut rapprocher ça du fait que le Procureur de Dakar a été relevé de ses fonctions hier. Macky Sall a parfaitement le droit de relever un Procureur de la République et de lui accorder une promotion ailleurs. Le problème, c’est que c’est un secret de polichinelle que M. Diagne a été relevé pour avoir refusé d’accorder un non lieu au délinquant dont on voit les agissements dans le film ci-après.

Certes, le délinquant en question est député de la République du Sénégal et membre d’un parti allié du Président de la République. N’empêche qu’un tel mépris pour l’indépendance de la justice me parait inquiétant. La bonne nouvelle c’est que jusqu’à preuve du contraire, c’est le peuple sénégalais qui a élu Macky Sall et si l’envie nous en prend, nous pouvons le démettre et exiger de son successeur qu’il fasse rendre des comptes à tous ceux qui ont bénéficié de son népotisme. Et nous recommencerons autant qu’il le faudra pour que nos politiciens comprennent qu’ils sont élus non pas pour régner mais pour gérer les affaires du pays en notre nom.

 

 

L’APR me guette

Posted in Sénégal by hadyba on avril 15, 2013

Moi le 9 septembre 2012:

Je m’engage solennellement, si jamais le fric volé par la famille Wade est rapatrié et si un membre de la famille Wade va en prison, à ne plus jamais écrire quoi que ce soit de négatif envers le Président Macky Sall et à faire activement campagne pour sa réélection.

 

Aujourd’hui sur twitter via @annagueye :

#Obs #Sénégal #SunuAudit RT @Babacar1Ndiaye L’ancien fils du Président #Wade et Ministre Karim Wade aurait été arrêté à son domicile après la mise en demeure de 30 jours. Karim Wade avait 30 jours pour justifier une fortune de 694 milliards de FCFA.Cueilli chez lui, Il se trouverait à la section de recherche de la gendarmerie de Dakar selon la radio sénégalaise RFM

Il faut certes qu’ils rapatrient l’argent mais je crains que la militance à l’APR et l’obséquiosité envers le Président Macky Sall ne me guettent.

PS: En attendant que je ne la ferme sur tous les agissements de notre Président, suis-je le seul à être choqué par le non respect de la parité dans la composition du CESE?

 

Tagged with: , ,

Karim Wade (presque) en prison

Posted in Sénégal by hadyba on mars 19, 2013

Quand Karim Wade avait été nommé ministre de la Coopération Internationale du Transport aérien, de l’Aménagement du territoire et des Infrastructures en 2009, j’avais automatiquement parlé de Ministère du Pillage du Pays pour désigner un ministère hypertrophié qui gérait exactement la moitié du budget national (400 milliards de FCA/ 615 millions d’euros). Avant cela, Karim Wade gérait une agence nationale, créée de toute pièce pour lui et qui avait également contrôlé à peu près le même budget annuel de 2004 à 2009.

La question n’était donc pas, pour moi, de savoir s’il avait activement pillé le budget national mais si nos nouvelles autorités avaient la volonté de traquer le fruit de ses rapines. Apparemment, le Procureur de notre Cour de Répression de l’Enrichissement illicite a au moins réussi à faire remonter un milliard d’euros mal acquis vers Karim Wade. Comme dans toute bonne série B qui se respecte, le mode opératoire du criminel a même été repéré. Les criminels étant essentiellement paresseux, c’est la même signature qui se retrouve dans la plupart des affaires financières auxquelles il est mêlé. En gros il approchait une respectable société (Dubai Ports, Menzies Aviations…), lui proposait de créer au Sénégal une franchise que la société mère ne contrôlerait pas. En échange de son nom, la société mère recevait une participation minime dans une affaire lucrative. Grace à ce montage, les sénégalais croyaient avoir affaire à la filiale d’une boite internationalement reconnue alors qu’en fait la franchise appartenait à Karim Wade via des montages financiers off shore et divers prête noms.

Aussi,  la société Ahs (African handling service) implantée à Dakar n’appartient pas à Menzie aviation (une société londonienne). En fait, note l’enquête sur l’enrichissement illicite, l’aéroport Léopold Sédar Senghor est desservi par une société dénommée Ahs Limited dont les comptes sont ouverts aux îles vierges. Elle est la propriété à 99% d’une société de droit luxembourgeois, Menzie Middle East and Africa, qui appartiendrait à Karim Wade. «C’est cette même société qui gère l’assistance au sol dans d’autres pays comme au Ghana, en Jordanie, à Malabo (Guinée équatoriale)…. Nous n’avons jamais dit que l’aéroport de Malabo appartenait à Karim Wade. A Malabo, c’est la société Adge qui gère l’assistance au sol. Et cette société est détenue en majorité par Ahs/limited, une propriété de Karim Wade», note l’Obs qui ajoute que l’enquête a pu déterminer que Ahs/Limited (de Karim Wade) a acquis les franchises de Menzie aviation de Londres contre le versement de 7% de toutes ses retombées financières. Il y a également une clause qui oblige Ahs/Limited à s’approvisionner à Menzie aviation.

 «L’enquête nous a permis de savoir que l’essentiel des entreprises appartenant à Karim Wade sont implantées sur la base d’homonymie. Par exemple, Dpw Dakar n’appartient pas à l’Emir de Dubaï et Ahs n’est pas une propriété de Menzie aviation, une société londonienne», nous expliquent des sources proches de l’enquête. Elles sont de droit luxembourgeois, panaméen ou britannique et ses comptes bancaires sont à Monaco pour la plupart. Ce qu’on a également pu déceler c’est que ce sont toutes des sociétés off shore avec des administrateurs non-actionnaires. Même la compagnie Sénégal Airlines est détenue en majorité par une société de droit panaméen agissant pour le compte de Karim Wade»

En tant que ministre et fils de son père, il était facile à Karim Wade d’attribuer des marchés à ses propres sociétés siphonnant ainsi une bonne partie du budget national.

On pourrait penser qu’il n’y a là qu’un classique conflit d’intérêt comme on en voit partout dans le monde mais en fait, c’est bien plus grave que ça. Notre ministre actuel des infrastructures et des transports expliquait hier dans un journal de la place comment de 2009 à 2012 par exemple 2,9milliards de FCFA avaient été facturé aux Aéroports du Sénégal sans aucune contrepartie, ce qui remettait directement en cause la viabilité de nos aéroports. Karim ne faisait pas du business, il rackettait l’État du Sénégal à travers ses sociétés écrans.

Comme dans toute série B également, il y a le traitre qui se met à table dès que les flics insistent un peu. En l’occurrence, un ami d’internat de Karim Wade qu’il avait fait venir au Sénégal pour lui servir de prête nom:

« A l’examen des pièces comptables à la base de la création de ces sociétés, les enquêteurs ont découvert que toutes les sommes avaient été versées en liquide par le chauffeur de Karim Wade, Victor Tendeng. Il apparaît aussi, que toutes ces sociétés avaient le même propriétaire en la personne de Patrick Joseph Ady Williams ». Ce dernier, souligne le confrère, « a été directeur général de Sénégal Handling Services, jusqu’à une période récente ». Au sujet de Patrick Joseph Ady Williams, il est le camarade d’internat de Karim Wade au collège Saint-Martin à Pontoise en France entre 1984 et 1988.

Williams affirme que « c’est Karim Wade qui l’a fait venir au Sénégal pour lui demander de porter certaines affaires qu’il comptait mettre en place », révèle le Quotidien.

« Je suis fils de chef d’Etat et j’occupe certaines fonctions officielles, cela fera désordre que mon nom apparaisse dans certaines transactions commerciales surtout que je compte mener des activités politiques », aurait déclaré Wade fils à Williams aux enquêteurs.

« Après que Karim Wade avait fait venir la notaire à son bureau pour nous présenter l’un à l’autre, je passais au cabinet de la notaire pour signer les documents chaque fois que Me Patricia Lake Diop me le demandait de la faire », s’est défendu Williams qui, confronté à Karim Wade, a maintenu ne rien savoir de ces sociétés créées en son nom.

Source

Maintenant, Karim Wade a un mois pour expliquer au procureur l’origine de ce qui a été retracé vers lui. Sans explication satisfaisante, le dossier sera transmis à un juge pour poursuites. Quant à moi, je suis persuadé que ce qu’on a retracé vers lui n’est que la pointe de l’iceberg. J’espère que même après qu’il sera allé en prison, les enquêtes continueront et qu’on récupérera tout le fric qu’il nous a volé.

Après, on s’occupera de son père dont on a assez d’élément pour le juger pour haute trahison puisqu’il a lui-même avoué, pendant la dernière campagne électorale, qu’il avait financé les rebelles casamançais.

Tagged with: ,

Engagement solennel

Posted in Sénégal by hadyba on septembre 9, 2012

Apparemment l’État du Sénégal a porté plainte, à Paris, contre les rejetons corrompus de notre très corrompu ancien président, Maitre Abdoulaye Wade:

Le Sénégal va porter plainte devant les juridictions françaises contre Karim Wade et Sindiély Wade, dans le cadre de la traque de ses biens. Ces enfants de l’ancien Prési­dent Abdoulaye Wade ont été respectivement, entre autres, mi­nistre d’E­tat, ministre des infras­tructures, de la Coopé­ration internationale, de l’E­nergie et Déléguée générale adjointe au Festival mondial des arts nègres (Fesman) tenu à Dakar en décembre 2010. De fortes présomptions de dé­tournement de biens publics sénégalais pèsent sur ces anciens conseillers spéciaux du Prési­dent Wade qui n’ont jamais répondu de la gestion des différents portefeuilles que leur père les avait confiés.

Source

Par ailleurs je vois que l’IGE demande que Mme Sindiely Wade soit poursuivie pour sa gestion désastreuse du FESMAN. Pour rappel, la gestion du FESMAN par Sindiely Wade, c’est ça:

Pis, la participation d’un Etat-ami du Sénégal d’un montant de 2 milliards auraient disparu entre les mains du chef de l’Etat sortant, Me Abdoulaye Wade. Le reliquat de cette participation, 250 millions, aurait été reçu par… sa fille Sindjély, sans que l’on sache comment ils ont été utilisés. La participation à hauteur d’un (1) milliard d’un autre Etat-ami aurait atterri entre les mains de Sindjély sans que les autorités du Fesman n’en voient la couleur. La fille du président sortant aurait accepté de rembourser le milliard en question, même si son père de président sortant aurait dit aux vérificateurs de l’Ige que cet argent avait été donné à Sindjély ” en sa qualité de fille du chef de l’Etat ” .

Je m’engage solennellement, si jamais le fric volé par la famille Wade est rapatrié et si un membre de la famille Wade va en prison, à ne plus jamais écrire quoi que ce soit de négatif envers le Président Macky Sall et à faire activement campagne pour sa réélection.

Président Macky?

Posted in Sénégal by hadyba on février 27, 2012

Photo

J’avoue que je suis agréablement surpris qu’il n’y ait pas eu de triches massives durant le processus de vote. Globalement, les choses se sont bien passées. Les sénégalais, qui normalement font tout en retard, se sont rendus aux aurores dans les bureaux de vote et ont attendu sagement l’ouverture avant de voter dans le calme. Le dépouillage des résultats s’est fait sans violence. Les résultats ont été relayé par la presse et sur twitter. D’après les premières compilations, ils devraient ressembler à ça:

 WADE : 26,46% – SALL : 25,11% – NIASS : 16,69% – SECK : 8,54% – TANOR : 13,16% !!!!

Source Anna Guèye

Maître Wade est certes en tête mais il n’a plus de réserve de voix. Son porte parole l’a certes proclamé vainqueur au premier tour avec 55% des voix; l’éclat de rire général qui a traversé le pays au moment où il parlait devrait cependant suffire à le faire taire. Il est donc probable que Macky Sall soit notre futur président. Dans un monde idéal, il est clair que je ne choisirais pas ce géologue ancien companion de route de et premier ministre de Wade. Ceci dit, Macky a ce mérite d’avoir vraiment tenu tête à Wade, ce qui lui valu d’être viré d’abord de la Primature et ensuite de la Présidence de l’Assemblée Nationale. Alors qu’il occupait ce dernier poste, il a eu l’outrecuidance d’exiger que le fils du Président, à qui il avait été confié la gestion d’un budget égal au budget d’investissement de l’État du Sénégal, rende des comptes au Parlement. La réaction de Wade avait été 1) de faire voter une loi faisant passer la durée du mandat du Président de l’Assemblée Nationale de 5ans à 1an, 2) de lui appliquer rétroactivement cette disposition. Franchement, je pourrai vivre avec un type pareil à la tête de mon pays. Ce serait mieux si les conditions suivantes étaient remplies:

  1. Il faut vraiment que les juges sénégalais arrêtent leurs lâchetés et prennent leur indépendance du politique. Je ne parle même pas de la corruption scandaleuse de notre Conseil Constitutionnelle. Je pense au fonctionnement qui a été celui du pays durant tout le mandat de Wade avec des scandales financiers étalés dans les journaux mais sur lesquels personne ne mène d’enquête. Nos soi-disant 5 sages ont déshonoré l’Institution Judiciaire, j’espère qu’elle se rattrapera dans les années qui viennent en remplissant ses prérogatives sans faillir.
  2. Il faut que nous forcions le nouveau pouvoir à faire véritablement l’inventaire de la période Wade. L’argent qui nous a été volé doit nous être rendu. Ceux qui sont responsables de violences doivent être jugés. Je ne crois pas que nous pouvons compter sur les politiciens pour que ce soit fait. Il faudra donc qu’un mouvement citoyen comme le M23 ou les YenAMarre en fasse sa priorité.

Une des mesures de l’impopularité du Président Wade est qu’il a voté sous les huées de son bureau. Ce type aurait pu partir en ayant systématiquement pillé le pays et s’en tirer. Nous n’aurions pu ni le juger, ni remettre en cause sa gestion mafieuse du pays. Ça aurait passé pour une chasse aux sorcières indigne d’une démocratie. Le fait qu’il se soit entêté à briguer un mandat illégal est finalement une bonne chose puisque faisant éclater à la face du monde sa vraie nature. Je crois que notre nouveau jeu dans les années qui viennent devrait être le : « Devine qui va aller en Prison cette semaine? »

Dernière chose, je suis tellement, tellement fier de tous mes concitoyens qui se sont battus becs et ongles pour préserver notre démocratie. Si nous nous en étions remis aux politiciens, ils auraient entériné la victoire programmée de Wade. C’est véritablement le peuple qui a rendu impossible la triche. Parfois, il arrive que le monde tourne comme il le devrait. On doit savoir s’arrêter et apprécier le moment.

Rien que pour le plaisir, je vous mets la vidéo de mon président se faisant huer… En attendant celle de son fils se faisant juger.

Le point sur le Sénégal

Posted in Sénégal by hadyba on février 19, 2012

Mise à jour du lundi matin (20/02): Quand j’écrivais ce post, les émeutes recommençaient, elles se sont pousruivies tout le dimanche à Dakar et dans beaucoup de villes du pays (notamment Rufisque où habitent mes parents et où il semblerait que les bâtiments de la police et de la gendarmerie aient été saccagés). D’après ce que je lis et ce que m’ont dit ceux à qui j’ai parlé, la police était débordée, à court de munitions et de gazs lacrymogènes hier. Il y a eu au moins trois morts de plus. Wade va partir. La question est: la police continuera-t-elle longtemps à le soutenir? Il semblerait que les flics commencent à protester sous le couvert de l’anonymat. J’ai lu au moins un appel au meurtre de policiers. L’une de mes craintes est que si la répression continue, la foule s’en prenne aux familles de agents de police qui habitent bien évidemment dans les mêmes quartiers que les manifestants. Fin de la mise à jour.

====

Nous sommes à une semaine des élections présidentielles sénégalaises. Je suppose qu’il serait bon que je fasse le point sur cette lamentable mascarade.

Commençons d’abord par un mea culpa, j’ai été naïf et limite idiot (en juillet dernier) d’interpréter de manière optimiste une interview du commissaire Harouna Sy. C’est lui qui est en train de mener la répression et de mentir sans vergogne pour la justifier. Par exemple, le monsieur évanoui entre les flics est un député à l’Assemblée Nationale Sénégalaise, maire de Saint Louis et candidat à la Présidence de la République. Ce vendredi, il a été arrêté par les flics en présence du commissaire Sy et devant des témoins qui ont relevé le numéro d’immatriculation de la voiture qui l’a emmené au commissariat du Port. Et pourtant, nous avons le commissaire Sy qui vient mentir à la presse en affirmant qu’il n’avait jamais arrêté M. Dièye parce qu’il connait la loi qui interdit de s’en prendre à un candidat à la Présidentielle. Le tout étant dit très sérieusement par un commissaire qui a réprimé des manifestations de l’opposition au point de se faire recadrer par la Commission Électorale Nationale Autonome. Mea Culpa donc, désormais, je sais qu’il n’y a rien à attendre de la police sénégalaise qui obéira aux ordres, aussi illégaux soient-ils. D’ailleurs vendredi, ils ont tiré des grenades lacrymogènes dans une mosquée du centre ville où des gens étaient en train de prier. (Notons avec ce fin observateur « l’oeucuménisme lacrymal » de Wade  qui avait déjà fait balancer des lacrymogènes dans la cathédrale de Dakar.)

Fin de l’épisode de contrition.

Les forces en présence depuis la forfaiture du Conseil Constitutionnel sont les suivantes.

  • D’une part, nous avons le mouvement citoyen YenÀMarre qui est coordonné par quelques jeunes rappeurs et journalistes et dans lequel se reconnaissent la plupart des jeunes sénégalais mais également les citoyens non affiliés à un parti politique. Le crédo de ce mouvement depuis sa création en janvier 2011 est que la limitation du nombre de mandats présidentiels est un acquis citoyen et que Maitre Wade n’a aucun droit de briguer un troisième mandat. Quoi que l’on puisse penser de la lettre de la Constitution*, cette position est assurément conforme à son esprit. Depuis la validation de la candidature de Wade, ce mouvement organise des manifestations en lien plus ou moins étroit avec l’opposition. Ces manifestations, bien que pacifiques, ont été impitoyablement réprimées par la police sénégalaise. Le ministre de l’intérieur et le préfet de Dakar ont systématiquement essayé de les interdire, au mépris de la loi sénégalaise qui garantit le droit de manifester pacifiquement. La répression a déjà fait 9 morts et de multiples blessés. La police a arrêté sans aucune base légale trois des leaders du mouvement, les a torturés et a été obligée par la justice de les relâcher puisqu’ils n’ont fait qu’exercer leurs droits de citoyens. La justice sénégalaise n’a cependant pas poussé l’indépendance jusqu’à poursuivre les flics pour enlèvement et torture comme elle en a le devoir.
  • D’autre part, il y a l’opposition politique i.e. les sept candidats sérieux de cette liste. J’ai été très dur envers eux mais la vérité est qu’ils sont comme nous tous. Ils pensaient qu’il y avait un minimum de décence, d’éthique républicaine et de respect de la loi en deçà duquel ce pays ne descendrait jamais. Du coup, ils ont préparé les élections en se disant que s’ils proposaient un vrai programme au peuple et s’ils gagnaient de manière évidente les élections, Wade serait obligé de partir. La corruption évidente de la plus haute instance juridique de ce pays montre qu’il serait naïf d’espérer que ces élections soient transparentes. Quoiqu’il arrive, le CC proclamera Wade vainqueur au premier tour et un chiffre (53%) commence même à circuler. Par ailleurs, ce cas et celui-ci semblent montrer qu’une fraude massive est déjà préparation. Et cela, sans parler de la fraude traditionnelle consistant à fournir de faux papiers à des ressortissants des autres pays d’Afrique à condition qu’ils votent pour le pouvoir. L’opposition est donc coincée entre différentes options. 1) Participer à cette mascarade électorale et légitimer ce faisant une éventuelle victoire de Wade. 2) Boycotter ces élections et lui servir le pouvoir sur un plateau avec les candidats fantoches comme Doudou Ndoye, Amsatou Sow Sidibé, Diouma Dieng Diakhaté ou Kasssimou Dia qui suffiront à légitimer le processus. Aucun de ces choix n’est heureux et l’on comprend le désarroi de nos leaders. Pour l’instant, un reproche qui leur est fait est de ne pas avoir de stratégie claire entre l’insurrection et la campagne électorale. Personnellement, je pense qu’ils devraient faire les deux et que celui d’entre eux qui arrivera en tête devrait s’autoproclamer président à la Ouattara et monter un gouvernement d’union nationale. Il sera toujours temps d’organiser de nouvelles élections quand on se sera débarrassé du monstre.
  • Il y a enfin Wade et sa bande de gangsters. À 86 ans (son age officiel), Wade est mourant. Bien sûr, tout le monde sait que s’il se représente, c’est pour céder le pouvoir à son fils incompétent et corrompu auquel il a déjà confié un ministère absolument extravagant et contrôlant une grande part du budget du pays. Wade fait tranquillement campagne dans toute l’étendue du pays sous les huées et les jets de pierres des citoyens. Il rencontre les autorités religieuses et coutumières.  Conformément à sa stratégie de corruption, il les inonde d’argent. Je croyais que l’armée et la police sénégalaise étaient assez républicaines pour que le clan Wade ne puisse marcher sur les cadavres des sénégalais afin de se maintenir au pouvoir. J’avoue que je n’en suis plus sûr du tout. La police est clairement acquise à Wade puisqu’elle réprime et n’hésite ni à tuer les manifestants, ni à violer la loi en arrêtant des dirigeants de l’opposition en campagne. Quant à l’armée, certains de mes amis disent que Wade a promu au grades les plus élevés un groupe d’officiers moins qualifiés mais totalement acquis à sa cause. Ces gens sont censés contrôler des troupes qui, par ailleurs, se font tuer en Casamance parce qu’elles sont insuffisamment pourvues en matériel. Si les forces de l’ordre sont acquises à Wade, cela veut dire que le déloger ne se fera pas sans un bain de sang bien plus important que je ne le craignais.

Je n’ai aucun doute sur le fait que Wade finira par partir. Certaines personnes à Dakar s’imaginent que Wade va s’autoproclamer président, que les gens vont manifester un peu puis que le situation se calmera. Ce personnes font évidemment partie de cette élite bien payée qui de toute manière s’en sortira quel que soit le régime. Il me semble qu’il y a deux sortes de gens qui ne laisseront pas ce coup de force se faire. La première catégorie est celle des citoyens, quel que soit leur milieu social qui sont fiers de leur histoire et de ce que le Sénégal est censé représenter. Dans notre mythologie, nous sommes les héritiers de ceux qui ont représenté les Quatre Communes à la constituante et nous avons toujours participé, même durant la colonisation, à l’écriture de notre destin. Et nous laisserions un va nu pieds comme Wade, un mec qui est entouré de la lie de notre société, nous imposer un retour au rang de sujets! Plutôt crever! Le second groupe est constitué de toutes ces personnes économiquement désespérées qui ont porté Wade au pouvoir justement parce qu’ils en avaient marre de la pauvreté. Ces gens l’ont soutenu pendant très longtemps parce qu’ils pensaient qu’il était de leur coté. Ils ont maintenant un sentiment de totale trahison et même s’ils ne font pas confiance aux autres politiciens, ils n’admettront pas la persistance d’un régime à ce point inégalitaire et dans lequel le seul espoir qui leur sera laissé sera de s’expatrier. Ces deux groupes sont certainement prêts à faire des sacrifices pour maintenir notre démocratie. D’ailleurs, au moment même où j’écris, une manifestation à cours en plein centre de Dakar et les flics sont en train de la réprimer. Tant que Wade sera au pouvoir, ce pays ne sera pas stable. Et cela me rend paradoxalement optimiste.

La question en effet est la suivante: le monde extérieur pourra-t-il se permettre de laisser le Sénégal plonger dans la guerre civile? L’une des conséquences de la glorieuse campagne sarkozienne en Libye est que nos amis d’AQMI se sont réarmés à peu de frais. Il y a des risques qu’ils destabilisent toute l’Afrique de l’ouest en s’alliant avec les touaregs au Mali, Boko Haram au Nigéria… Cela menace directement l’approvisionnement français en uranium nigérien par exemple. Est-il envisageable que le port de Dakar ne soit pas contrôlé par un gouvernement ami des occidentaux? Je ne le crois pas. C’est pourtant ce qui risque de se passer si nous sombrons dans la guerre civile. Si les jeunes sénégalais (qui sont à 90% musulmans) n’ont plus foi dans la démocratie, je ne vois pas pourquoi ils ne se réfugieront pas dans le salafisme et n’essaieront pas de changer leur sort par les armes. C’est pour éviter une telle destabilisation, plus que pour nos beaux yeux que la France et les USA nous viendront en aide si nous sommes déterminés à chasser Wade. En tout cas je l’espère.

*Je connais une seule personne de bonne foi qui pense que la lettre de la constitution autorise Wade à se représenter mais cette personne a ajouté: « in fine je trouve que la candidature de wade n’est ni morale ni éthique ».

Karim Wade n’est pas un drogué

Posted in Sénégal by hadyba on septembre 14, 2011

C’est en tout cas ce qu’il éprouve le  besoin de nous dire.

Démentant Wikileaks.

Non, je ne commenterai pas ça.

Tagged with:

Sacrilège à l’UCAD

Posted in Sénégal by hadyba on juillet 22, 2011

Ceci est la pire insulte qui ait été faite à mon alma mater depuis le discours de Dakar! Je pense même que le discours de Dakar est moins sacrilège parce que cette infâme réunion a eu lieu dans l’un des lieux les plus sanctifié de ce temple qu’est l’UCAD: la salle Soweto du pavillon A. Comme tout initié le sait, cette salle sacrée est celle où les soirées dansantes les plus glauques du campus ont lieu tous les samedis soirs et donc l’endroit à partir duquel se nouent les relations qui aboutissent aux premières expériences charnelles des jeunes garçons et filles jusque là uniquement concentrés sur leurs études et surveillés de près par des parents sénégalais dont aucun parent occidental ne peut imaginer le régime de coercition qu’ils font subir à leur progéniture sur le plan moral. Mais qu’est le sacrilège en question? Ont-ils transformé cette salle en mosquée ou l’ont-ils fermée? Si seulement! Jugez vous mêmes de l’étendue de l’horreur qui s’est abattue sur ce lieu saint:

L’alliance nationale des étudiants concrétistes a organisé mercredi dernier un point de presse à la salle Soweto du pavillon A, sis au campus universitaire de Dakar. Il a été question pour eux de décliner une feuille de route visant à faire de Karim Wade le quatrième président du Sénégal.L’Alliance Nationale des Étudiants Concrétistes (Anec) est née récemment dans le but d’accompagner le ministre d’État Karim Wade dans son ambition de développer le Sénégal.

Ces gens-là ne respectent décidément rien, pas même les institutions les plus sacrées de notre pays. Pauvre UCAD! Pauvre Sénégal! Nous voila tombés bien bas.

Tagged with: , ,

Leave us alone

Posted in Sénégal by hadyba on juin 29, 2011

L’express:

Lundi soir, les émeutes qui se sont déclenchées spontanément un peu partout dans le pays pour protester contre les coupures à répétition ont bien failli avoir raison du fils. Réfugié dans sa maison du Point E, ce dernier aurait appelé « en catastrophe » son ami Robert Bourgi pour qu’il intercède auprès de l’Élysée. Réponse de ce dernier quant à une éventuelle intervention de l’armée française stationnée à Dakar: « Jamais, tant que des ressortissants français ne sont pas menacés! ». Un lâchage en règle puisque, selon une source bien informée, l’intéressé aurait déjà jeté son dévolu sur deux anciens du sérail wadien, Idrissa Seck et Macky Sall.

Ce serait bien que Sarkozy ne s’amuse pas à décider de qui succédera à notre Président.

Sur la corruption de Karim Wade

Posted in Sénégal by hadyba on février 6, 2010

Quand j’étais à Dakar ce janvier, deux amis, fonctionnaires de notre Glorieuse Administration et un autre ami qui est dans le business m’ont confié comme une chose avérée que Karim Wade (le fils de notre bien aimé Président et Ministre du Pillage du Pays) exigeait de tout investisseur qui voulait s’installer au Sénégal une certaine somme pour avoir les autorisations officielles. Ces gens étaient trop au cœur des affaires du pays pour que j’aie le moindre doute sur ce qu’ils disaient.

Ce papier du Business Insider sur le conflit entre les gens de Tigo et Karim suffirait à donner de la crédibilité à leurs accusations si j’avais le moindre doute.

In a meeting in the summer of 2008 with Millicom CEO Mark Beuls, the son of Senegalese President Abdoulaye Wade was clear: fork over $200 million — or kiss your license to operate a cellular business in Senegal good-bye.

That’s what Karim Wade, the groomed heir to the 83-year-old Abdoulaye Wade, indicated in the June 2008 meeting with Millicom, a Nasdaq-listed, majority American-owned global telecom company, according to a court filing.

Le reste du papier est ici.

Photo volée ici.

Tagged with: , ,