Hady Ba's weblog

Pour Habré (et le Zimbabwe accessoirement)

Posted in Afrique, Sénégal by hadyba on juillet 20, 2015

HisseneHabre

C’est donc ce matin que le Sénégal juge Hissène Habré. J’ai rarement été d’accord avec l’ancien Président Wade mais si je trouvais ses tergiversations ignobles, j’ai toujours trouvé que son refus de juger Habré était la seule décision non seulement honorable mais également réaliste pour le Sénégal et l’Afrique. J’aurais juste préféré qu’il ait exprimé un refus clair et net de juger Habré au lieu de louvoyer avec la soi-disant communauté internationale.

Je n’ai strictement aucune sympathie pour Habré. C’est un affreux personnage, un tortionnaire, un assassin et un dictateur de la pire espèce. Je lui souhaite de mourir dans d’atroces souffrances et de griller en enfer. Je trouve malgré tout qu’il aurait du bénéficier de la protection de l’État du Sénégal contre vents et marées. Non pas, comme le disent certains parce qu’il s’est intégré à la communauté sénégalaise, a épousé une sénégalaise et a corrompu nos chefs religieux a des enfants sénégalais –ça, c’est les raisons pour lesquelles nous aurions dû le juger– mais tout simplement à cause de la continuité de l’État. À un moment en 1990, l’État du Sénégal s’est engagé à accueillir un ancien dictateur de sorte que ne se perpétue pas dans son pays une sanglante guerre civile[1]. Quoiqu’on pense du personnage, dès l’instant où l’État du Sénégal a décidé de l’accueillir et de lui accorder l’immunité, je crois que la seule attitude républicaine est de s’y tenir de manière trans-temporelle.

Par ailleurs, au delà de cet aspect républicain dont j’estime qu’il devrait suffire à clore le débat si nos dirigeants n’étaient pas des carpettes décidées à plaire à tout prix aux desiderata des occidentaux, j’estime que ce procès est dangereux pour l’Afrique. On peut le déplorer mais il y a encore des dictateurs en Afrique. Ce sont des vestiges de l’histoire mais leur pouvoir de nuisance est grand et il faudra au moins une vingtaine d’années pour que nous en soyons débarrassés. Une question qui se pose est de savoir comment nous allons nous en débarrasser. Sera-ce sanglant ou pacifique ? Ce qui pourrait inciter certains dictateurs à ne pas mourir au pouvoir, c’est la certitude qu’en cas de départ négocié, ils peuvent vivre une retraite paisible aux Almadies et que les cris de leurs victimes ne les y dérangeront jamais. S’ils savent qu’en cas de démission, ce n’est qu’une question de temps avant qu’on ne les juge, ces psychopathes préféreront, à l’instar de Bachar El-Assad bombarder leur propre peuple et mourir au pouvoir que de s’exiler et être rattrapé par la justice 25 ans plus tard. On parle ici de milliers voire de millions de morts potentiels. Je préfère un Mugabé ou un Sassou Nguessou qui se prélassent dans le luxe à Dakar à un Zimbabwe ou un Congo totalement ravagés par la guerre civile juste parce qu’ils ont peur de se faire juger quelques années après avoir volontairement cédé le pouvoir. Or, c’est exactement ce message que le procès Habré envoie à tous les dictateurs africains : accrochez-vous au pouvoir ou bien il n’y aura pas un endroit dans le vaste monde où vous pourrez tranquillement jouir de la fortune que vous avez volée. Je crains de savoir ce que ces psychopathes choisiront confrontés à une telle alternative et je ne crois pas que ce soit bénéfique à leurs victimes actuelles et futures.

Quid de la morale ? Habré, comme je l’ai dit plus haut est un horrible personnage et je suis de tout cœur avec ses victimes. Malgré tout, je crois que le plus immoral dans cette histoire, ce n’est pas que Habré ne soit pas jugé ; c’est que son jugement ne soit rien d’autre qu’une vengeance. Habré sera jugé. Gageons qu’à aucun moment ne seront évoqués ses liens avec la CIA et l’État français. Habré n’est pas n’importe quel chef de guerre inculte ; c’est d’abord un intellectuel diplômé de Sciences Po Paris et ayant pris le pouvoir, gouverné et torturé avec l’aide de puissances occidentales en guerre contre la Libye. Juger Habré en restant muet sur les bras qui l’armaient et l’aidaient à contrôler sa population, ce n’est pas de la justice, c’est du théâtre. Si Human Rights Watch veut aider les africains, je lui suggère de s’intéresser aux forces économiques qui pillent méthodiquement le continent et empêche que n’émergent de vraies démocraties. Ce sont ces forces là qui nous empêchent de mettre en place des systèmes de santé et d’éducation viables et c’est cette oppression économique là qui permet la naissance de monstres comme Habré. Juger Habré 25 ans plus tard nuira peut-être au Zimbabwe et ne fera rien pour le Niger dont Areva continuera à voler l’uranium tout en polluant la région d’extraction.

……………………………………..

[1] Je sais, ce n’est là que la raison officielle. La vraie raison est que le mec avait rendu de signalés services à la CIA et aux français et qu’on lui renvoyait l’ascenseur. Sur les liens entre Habré et la CIA cet article est de Foreign Policy est instructif: http://foreignpolicy.com/2014/01/24/our-man-in-africa/

Publicités
Tagged with: , ,

Université Virtuelle Sénégalaise Redux

Posted in Sénégal by hadyba on mars 14, 2015

Le Coordonnateur de l’Université Virtuelle Sénégalaise nous a répondu (quoique sans nous faire l’honneur de nous nommer) dans le quotidien gouvernemental Le Soleil. Ça nous donne l’occasion de dire en quoi ses réponses ne sont pas satisfaisantes et pourquoi nous pensons que l’UVS est un effroyable gâchis de ressources financières et surtout humaines.

……………..

Pour un débat démocratique sur l’Université Virtuelle Sénégalaise

Il est heureux que le Professeur Mamadou Mansour Faye coordonnateur de l’Université Virtuelle du Sénégal ait accordé une interview au journal Le Soleil du samedi 7 mars 2015 pour éclairer l’opinion sur l’institution qu’il dirige, dissiper certaines inquiétudes et répondre aux critiques de l’UVS dont nous sommes ainsi que le montre notre contribution au journal le quotidien daté du 27 février 2015. Malheureusement, il nous semble que ses précisions renforcent encore plus notre analyse selon laquelle l’UVS est un dangereux miroir aux alouettes sacrifiant une partie des ressources humaines dont ce pays a besoin pour se développer et gaspillant sans résultat tangible une partie des ressources que ce pays consacre à l’enseignement supérieur.

Commençons par dégager un point technique qu’invoque le coordonnateur de l’UVS pour défendre son université. L’UVS ne serait pas un MOOC parce qu’il n’est pas massivement ouvert et a des tuteurs. Il a superficiellement raison sur ces deux points. Sauf que d’une part quand une université normale comme San Diego met en place un MOOC, elle s’assure que les étudiants ont accès à un service de tutorat et que même dans les MOOCs ouverts, il y a un service de tutorat soit par les pairs, soit par des assistants de recherche. Il suffit d’aller sur Coursera pour le voir. D’autre part, le caractère massivement ouvert n’a pas de pertinence pour juger de l’utilité pédagogique des la technologie utilisée pour un public de jeunes bacheliers. Le caractère ouvert des MOOCs étudiés a justement permis d’établir le type de publics auxquels devraient être réservé l’enseignement en ligne : des diplômés extrêmement motivés et des professionnels dotés d’une certaine maturité intellectuelle. Ce que les études montrent, c’est que les jeunes bacheliers n’ont pas encore acquis la discipline et les méthodologies de travail nécessaires pour travailler seuls dans une formation à distance.

Par ailleurs, si l’UVS n’est techniquement pas un MOOC, on pourrait soutenir qu’elle est en fait moins qu’un MOOC. L’avantage du MOOC en effet est d’utiliser les ressources de l’internet à haut débit pour mettre en ligne des films, des exercices interactifs, des fichiers lourds etc. Or l’UVS ne met pas en ligne toutes ces ressources multimédia ; se contentant de fonctionner comme un dépôt de cours écrits que les étudiants téléchargent et étudient par eux-mêmes.

Revenons un moment sur le tutorat qui est présenté comme la grande innovation de l’UVS. Le tutorat en ligne est à notre connaissance nominal ; les étudiants à qui nous avons parlé n’arrivaient pas à avoir des réponses aux questions posées en ligne. Quant au tutorat dans les Espace Numérique Ouvert ; il suffit de réfléchir un peu pour se rendre compte que c’est une usine à gaz. En effet, l’intérêt supposé de l’UVS est que l’étudiant peut étudier de chez lui, quel que soit l’endroit du pays où il se trouve. Même à supposer qu’il y ait un ENO fonctionnel dans chaque région du pays, imagine-t-on vraiment que dans chacun de ces ENO il y aura à suffisance des tuteurs capables de venir en aide à tout étudiant qui le désire dans chacune des disciplines enseignées à l’UVS ? Si l’on crée des universités physiques, c’est parce que les ressources humaines sont rares et qu’il convient de les mutualiser. Une physique université n’aurait besoin par exemple que d’un seul département de sociologie et tous ceux qui étudient cette discipline dans cette université ont accès aux professeurs et tuteurs. Dans le modèle de l’UVS, il faudrait un tuteur en sociologie à Saint Louis et un autre à Kolda si l’on veut faire bénéficier d’un encadrement à chaque étudiant, où qu’il se trouve dans ce pays. C’est une ridicule multiplication des ressources que présuppose ce modèle.

De plus, même dans des universités classiques, les études sur le tutorat sont très contrastés. Si l’Université de Bretagne Occidentale par exemple affirme avoir améliorer les taux de réussite en première année grace au tutorat, une étude de 2003 sur 1763 étudiants de trois universités françaises montre que toutes choses étant égale par ailleurs, l’impact du tutorat sur la réussite en première année est somme toute négligeable. Le tutorat n’est donc pas la panacée qui permettra miraculeusement de transformer de nouveaux bacheliers en étudiants capables de travailler à distance.

Le cœur du problème avec l’Université Virtuelle Sénégalaise est que le projet fait bon marché de la nécessité d’apprendre à apprendre. Le coordonnateur semble penser que quelques semaines d’apprentissage en Leadership, Développement personnel et initiation aux nouvelles technologies suffisent pour donner aux étudiants les outils pour apprendre de manière autonome. Ce que toutes les études montrent c’est qu’il y a un changement qualitatif, une conversion cognitive qui se fait entre le bac et les premières années d’université. Ce changement est difficile et nécessite la présence d’enseignants qui guident pas à pas l’étudiant dans ses apprentissages. Il nous est déjà difficile de réussir cet accompagnement dans nos universités physiques. Il est hautement improbable qu’un enseignement virtuel inadapté à un tel accompagnement puisse y arriver. L’ignorance de la pédagogie qui informe le projet de l’UVS transparait quand le coordonnateur de l’UVS affirme que la notion d’année blanche est « hors concept » à l’UVS. Cette notion est pertinente pour deux raisons : d’abord c’est un fait que des étudiants qui ont été orientés en 2013 n’ont toujours pas terminé leur premier semestre alors que nous sommes en 2015. Ils ont donc bien perdu une année de leur vie professionnelle. Mais le plus grave est que ces étudiants sont à cette période critique de la vie où le cerveau se forme. Le cerveau humain en effet ne termine pas sa maturation avant 26 ans Les habitudes de vie prises dans la période de maturation du cortex frontal vont perdurer. Si de jeunes bacheliers perdent leur temps dans une université virtuelle qui ne les fait pas acquérir les compétences dont ils ont besoin, c’est un gaspillage des ressources humaines dont le pays a besoin pour se développer. La plus importante de ces compétences, vu le monde changeant dans lequel nous vivons est la capacité à apprendre.  Or cette capacité à apprendre s’acquiert par un suivi personnalisé lors des premières années d’université. Le fait est que l’UVS peut avoir son utilité dans le dispositif éducatif sénégalais. Elle ne peut cependant prétendre former un public de nouveaux bacheliers. C’est le type de public pour lequel elle est le moins approprié.

Pour terminer ; le coordonnateur de l’UVS affirme que son université est le fruit d’une vision. Mais de qui est-ce la vision ? Certainement pas du Chef de l’État qui a été élu sur la base d’un projet ne l’incluant pas. L’État du Sénégal doit-il distraire ses ressources et sacrifier une partie de sa jeunesse au nom d’une vague vision faisant fi de l’expertise en éducation qui montre que la formation à distance n’est adaptée que pour un public très spécialisé ? Il est temps que le débat sur l’utilisation de nos ressources publiques et la formation de notre jeunesse soit posé de manière démocratique en s’aidant de toute l’expertise disponible.

Dr Mouhamadou El Hady BA

Formateur à la Fastef UCAD

hady.ba (Le signe pour arobase) ucad.edu.sn

Dr Oumar DIA

Maitre-Assistant FLSH UCAD

oumar.dia (Le signe pour arobase) ucad.edu.sn

Sur l’Université Virtuelle Sénégalaise

Posted in Sénégal by hadyba on février 27, 2015

Avec mon estimé et estimable collègue Oumar Dia, nous avons commis ce petit texte dans l’illusion que quand nos compatriotes auront fini de commenter les insanités de notre ancien Président de la République sur notre actuel Président de la République, ils se pencheront un peu sur la manière dont on distrait leurs ressources dans des éléphants blancs qui hypothèquent l’avenir d’une partie de notre jeunesse.

Oui, je sais nous sommes naïfs… anyway, voici le texte que nous avons envoyé à la presse et qui a été publié.

…….

L’Université Virtuelle Sénégalaise : un dangereux miroir aux alouettes ?

Il ne fait guère de doute qu’au moment de sa création, l’Université Virtuelle Sénégalaise (UVS) répondait à une urgence absolue. Le pays se trouvait avec un trop plein de bacheliers qu’il fallait absolument orienter quelque part. Les universités publiques sénégalaises avaient atteint leur point de rupture et la prise en charge d’une inscription dans le privé pour tous ces bacheliers aurait fait exploser le budget de l’enseignement supérieur. Malgré ce contexte difficile, le choix de créer une université virtuelle sénégalaise et d’y orienter le surplus de bachelier était un choix certes politiquement pertinent mais pédagogiquement injustifiable et en tous points contraire à l’intérêt de l’État du Sénégal et de la société sénégalaise.

La seule justification de la mise en place de l’Université Virtuelle Sénégalaise est politique ; ce mot étant ici entendu au sens le moins noble qui soit. Les étudiants orientés à l’UVS, ne sont pas dans la rue à exiger du gouvernement une orientation. Malgré tout, ces étudiants ont, de facto, connu une année blanche. Pis encore, nous allons voir que l’État du Sénégal a choisi de sacrifier leur avenir en les orientant dans une structure inadaptée à leurs besoins et capacités d’apprentissage.

L’UVS en effet, quoique à certains points de vue unique au monde, s’inscrit dans un mouvement global de virtualisation de l’enseignement supérieur. Depuis le début des années 2000, avec la mise en ligne intégrale des cours du MIT, l’idée de démocratiser à peu de frais, grâce à internet, l’enseignement supérieur le meilleur au monde a fait son chemin. Les MOOC (acronyme anglais pour cours en ligne ouvert et massif) sont l’aboutissement de cette œuvre pionnière et l’UVS est une forme, certes particulièrement sommaire, de MOOC. Il existe donc une histoire des MOOC et surtout il existe maintenant des études scientifiques qui nous apprennent exactement dans quelle mesure les MOOC sont utiles et à quelles fins on devrait les utiliser. La décision de mettre en place l’Université Virtuelle Sénégalaise semble malheureusement avoir été prise en ignorant totalement ces études. Or que nous apprennent-elles ?

La plus célèbre de ces études est celle effectuée sur les étudiants de l’Université d’État de San José aux États Unis. Menée par Sebastian Thrun, le fondateur d’Udacity, une des premières plateformes de cours en ligne, elle a montré que, pour la grande majorité des étudiants, les cours à distance sur internet sont beaucoup moins efficaces que les cours en présentiel. Le taux de rétention est très bas et pour ceux qui arrivent à compléter les cours et qui passent les examens, les taux d’échecs sont plus importants que pour des enseignements en présentiel. Le résultat principal de cette étude, qui reviendra constamment dans tous les travaux ultérieurs sur les MOOC, est qu’il y a une petite minorité d’environ 5%  –les étudiants qui ont la double caractéristique d’être déjà bien formés et d’être extrêmement motivés– pour lesquels cet enseignement à distance est approprié. Pour tous les autres, l’échec est massif et beaucoup plus important que dans une formation classique. L’autre étude de référence menée par l’Université de Pennsylvanie souligne ce caractère élitiste des cours massifs en ligne puisque 80% des inscrits sur leur plateforme sont déjà titulaires d’un diplôme universitaire. Quant au rapport sur l’éducation en ligne des professeurs Hollands et Tirthali du Teachers College de l’université de Columbia, il montre que d’une part, ainsi qu’on l’a déjà dit, ce type d’enseignement est inadapté à un public non expérimenté ; mais surtout, d’autre part, que le développement d’un enseignement en ligne de qualité est couteux à la fois en ressources humaines et en ressources financières.

Que nous apprennent ces études une fois rapportées à la situation sénégalaise ? Essentiellement que la virtualisation est un miroir aux alouettes incapable de résoudre les problèmes auxquels le Ministère en charge de l’enseignement supérieur a à faire face. Notre problème en effet est d’avoir un trop plein de bacheliers et une pénurie de ressources financières à consacrer à leur éducation. Créer une université virtuelle pour y orienter ces bacheliers n’est pas une solution à nos difficultés financières si l’on sait que la mise en place d’un enseignement à distance de qualité est un processus coûteux. Rien que cette semaine, l’État du Sénégal a emprunté 3,5 milliards de nos francs pour développer la plateforme de l’Université Virtuelle. Il y a fort à parier qu’entre la construction des Espaces Numériques Ouverts disséminés dans tous le pays, la production des cours par des enseignants, la subvention des ordinateurs des étudiants orientés à l’UVS, etc., l’État se retrouvera à payer plus cher pour un étudiant orienté à l’UVS que pour un étudiant orienté à l’UCAD.

Le gâchis n’est cependant pas que financier. Il est d’abord et surtout pédagogique donc humain. Le Sénégal ne peut pas se permettre de ne pas former ou de mal former une partie de sa jeunesse. L’Université Virtuelle Sénégalaise, en tant que MOOC est cependant structurellement inadaptée au public auquel elle est destinée. Étude après étude montre que l’enseignement à distance via internet n’est adapté qu’à un public non seulement très motivé mais également extrêmement compétent. Or les nouveaux bacheliers, quelle que soit par ailleurs leur motivation, n’ont pas encore acquis les outils de base qui permettent de suivre un enseignement universitaire. Il est d’ailleurs révélateur que tous les établissements d’enseignement supérieur sénégalais qui ont développé ces dernières années une offre d’enseignement virtuelle (Ebad, Fastef, Université Virtuelle Africaine, etc.) l’aient réservée à des étudiants en formation continuée plutôt qu’à des étudiants en formation initiale. Apprendre s’apprend et c’est le rôle des premiers cycles universitaires que de donner cette compétence là. Orienter de manière indiscriminée des bacheliers dans un enseignement à distance qui n’est adapté qu’à une minorité, c’est les sacrifier. Soit le ministère de l’enseignement supérieur n’est pas au courant de toutes les études qui ont été menées sur les MOOC et dans ce cas il a fait preuve d’une coupable légèreté et d’une rare incompétence ; soit il connaît ces études et il a fait le choix de sacrifier une partie de la jeunesse sénégalaise. Dans les deux cas il doit des explications au peuple sénégalais et aux parents des étudiants qui ont ainsi été sacrifiés sur l’autel de la raison d’État.

Dr Mouhamadou El Hady BA

Formateur à la Fastef UCAD

hady.ba (arobase @ donc )ucad.edu.sn

Dr Oumar DIA

Maitre-Assistant FLSH UCAD

oumar.dia (arobase@) ucad.edu.sn

Tagged with: ,

Nos nouveaux héros

Posted in Sénégal by hadyba on juillet 22, 2011

Sur les dernières provocations de Maître Wade, une réponse:

On ne donne aucun crédit à ce qu’il a dit. (…) Nous pensons et nous réitérons que (…) Wade est dans une bulle entourée par des médiocres (…)

Thiat du Mouvement YenaMarre.

La journée de demain sera chaude avec l’opposition qui manifeste le matin et les gangsters du parti au pouvoir l’après midi.

Boire le calice

Posted in Oh my God!, Sénégal by hadyba on juillet 18, 2011

jusqu’à la lie.

Une chose que l’on a tardé à réaliser au Sénégal, c’est qu’en portant Maitre Wade au pouvoir, c’est vraiment la lie de notre société que nous avons fait accéder aux plus hautes fonctions. Et bien évidemment, ils se sont comporté ainsi que le leur permettait leur éducation c’est à dire de la plus abjecte des façons. L’une des premières mesures que Maître Wade avait prises à son accession au pouvoir avait été de nommer capitaines de gendarmerie certains membres de la milice privée (les calots bleus qui viennent d’être réactivés)* qui le protégeait quand il était dans l’opposition. Cela avait fait scandale à l’époque et je n’ai jamais su si la décision avait effectivement été implémentée ou non. Toujours est-il que même si ces gros bras n’ont pas intégré l’armée ou les autres Corps de l’État sénégalais qui recrutent sur concours, ils ont pullulé dans la vie politique ainsi qu’aux postes d’administrateurs d’entreprises publiques où le chef de l’État pouvait nommer qui il voulait. Ce sont ces nominations politiques qui expliquent que certaines grandes entreprises semi-publiques sénégalaises, comme les ICS, aient presque fait faillite sous Wade.

L’une des meilleures illustrations de la nature proprement mafieuse de notre pouvoir actuel est ce qui s’est passé après le 23 juin. Ce forban de Maitre El Hadji Diouf, voyant que le peuple était devant l’Assemblée Nationale et qu’ils allaient tous se faire lyncher s’ils votaient le coup d’État de Wade tint un discours très dur contre ce projet de loi. Le 13 juillet, le groupe libéral se réunissant, Maitre Diouf, qui n’avait pas été invité décida d’y aller quand même. A son arrivée, il se fera huer par ses collègues puis tabasser par un  de nos « honorables députés » en l’occurrence M. Famara Senghor qui se trouve être un ancien calot bleu. Qu’un député se fasse tabasser par un de ses collègues est choquant pour nous autres sénégalais normaux mais la vérité est que nous n’attendons pas de comportement honorable de ces gangsters que nous avons malencontreusement élus. Par ailleurs l’honorable M. Senghor a des références philosophico-géopolitiques pour expliquer son geste:

 En Italie, les députés se battent, tente-t-il de se justifier. Après tout, un député, c’est un responsable politique qui défend ses positions.

Source

 Là, vous vous dites que c’est juste un règlement de compte entre gangsters et que nous n’avons qu’à prendre une chaise, ouvrir le pop corn et compter les points en attendant 2012.

… Sauf que, non seulement M. Senghor est désormais le héros de son parti mais en plus il a été récompensé par le Président de le République Sénégalaise, Maître Abdoulaye Wade himself:

Le président de la République aurait offert un véhicule 4X4 au député Famara Senghor qui a violemment agressé son collègue El Hadji Diouf mardi dernier.

Source

Ces va nu pieds, Maitre Wade en tête, ne quitteront pas le pouvoir sans se battre et s’ils doivent faire exploser le pays, ça ne leur posera aucun problème. Avant l’élection de Maître Wade ils n’étaient rien; ayant goûté aux délices du pouvoir et de la richesse, ils n’accepteront jamais de retourner au néant que leur promet leur talent.

Nous avons rempli notre calice de lie et nous allons le boire en entier, je le crains.


Un Signal de la Police Sénégalaise?

Posted in Sénégal, Science, Spéculation gratuite by hadyba on juillet 12, 2011

C’est drôle comme la théorie des jeux a tendance à pointer le bout de son nez dès que les choses deviennent un peu complexes.

Une théorie intéressante dans ce champs est la théorie du signal qui dit que très souvent, il y a une asymétrie dans la détention de l’information et il faut que les intervenants du marché trouvent le moyen de communiquer ce qu’ils savent à ceux avec qui ils doivent potentiellement interagir. Diego Gambetta a par exemple appliqué la théorie du signal à son étude de la mafia dans le sud de l’Italie. Tout le jeu, nous montre Gambetta consiste à envoyer un signal plus ou moins couteux de sorte que les intervenants des milieux interlopes puissent savoir avec certitude qu’ils peuvent avoir confiance en vous. Ainsi, le Yakusa qui se tatoue le corps entier ou qui se coupe le bout de l’auriculaire envoie-t-il un signal difficile à copier par un outsider et qui dit à ses collègues mais également aux innocents qu’il a payé le prix qu’il faut et que ni la douleur, ni l’affichage de son appartenance à un clan ne lui font peur.

Envoyer un signal n’est bien évidemment pas l’apanage des mafieux. C’est ce que font de manière routinière les hommes politiques, les chef d’entreprise et même les gens qui s’habillent pour sortir (pas de burka en boite de nuit, pas de minijupe microjupe à l’église!).

Il me semble que c’est à l’aide de la théorie du signal qu’il convient de lire cette interview de M. Harouna Sy, Commissaire Central de Dakar. En général, au Sénégal, les flics ne parlent pas. Sauf pour dire que le Président de la République est un génie, qu’ils ont réceptionné de nouvelles voitures ou qu’ils ont incinéré tant de tonnes de drogue. Tout le monde sait que le GMI est un corps n’ayant d’autre objectif dans la vie que de casser du manifestant. On les distingue du flic « normal » qui fait son boulot d’aide à la population et on ne lui en veut même pas. C’est un mal nécessaire dans un État bien organisé. Quiconque manifeste le fait à ses risques et périls. Les GMI le tabasseront et et enverront des gaz lacrymogène s’ils en reçoivent l’ordre. De manière symétrique, tout manifestant qui en a l’occasion peut et doit jeter des pierres sur le GMI qu’il a en face de lui. C’est ça le statu quo depuis toujours. Et il est arrivé que des manifestants meurent sous les coups des forces de l’ordre (au moins trois étudiants lors de diverses grèves dont un quand j’étais à l’UCAD) ou que des flics meurent sous les coups des manifestants (vers la fin du règne de Diouf si je ne m’abuse).

En théorie des jeux, les statu quo sont intéressants en ce sens qu’ils permettent une transparence de l’information. Mais qu’arrive-t-il quand l’une des parties a envie de changer le statu quo? Pour cela, il lui faut envoyer un signal pour informer les autres intervenants du marché que l’équilibre a changé et qu’un nouvel équilibre est souhaitable. Pour que ce signal ne paraisse pas trompeur, il faut qu’il soit couteux pour son émetteur. S’il se met en danger pour l’envoyer, cela veut dire qu’il tient vraiment à ce que le nouvel équilibre soit accepté par les autres. Il me semble que c’est exactement ce que fait le Commissaire Harouna Sy dans l’extrait d’interview que je vous mettrai à la suite. Il est en train d’envoyer aux manifestants le signal que la police aimerait désormais ne plus se cantonner à la féroce répression qui était jusque là son domaine de prédilection mais voudrait se contenter d’encadrer paisiblement les manifestations. L’on pourrait penser que ce signal n’en est pas un mais je suis sûr que si et qu’il est même couteux. Si le Président de la République n’avait était aussi affaibli, une telle interview aurait valu à son auteur une rétrogradation et une nomination dans la ville la plus pourrie du Sénégal. Et il n’est pas évident du tout que dans un soubresaut de fierté, les crétins qui nous dirigent n’essayeront pas de nuire au Commissaire Sy. Quoi qu’il en soit, s’il a osé donner cette interview, je pense que c’est parce qu’il transmet une « offre de paix » avec laquelle une majorité des officiers supérieurs de la Police Sénégalaise sont d’accord. Il sera intéressant de voir si d’autres institutions sénégalaises vont envoyer des signaux à la population. Il me semble que l’armée avait ouvert le bal par la voix du Général (à la retraite) Mansour Seck.

Maintenant la partie de l’interview que je lis en termes de théorie du signal:

Le Sénégal a été secoué par des émeutes les 23 et 27 juin 2011. Comment la police les a gérées ?

Je voudrais avant tout lancer un appel aux organisateurs des manifestations, pour qu’à l’avenir, lorsqu’ils déroulent une manifestation de surcroît autorisée, qu’ils sachent d’abord que la police est là pour assurer leur protection, assurer la bonne tenue de leur manifestation. Je n’ai pas compris le comportement des manifestants le 23 juin devant l’Assemblée nationale. Ils ont fait preuve d’une violence inouïe contre les forces de l’ordre qui n’étaient là que pour que tout se passe bien. Les forces de l’ordre sont des gens armés, mais également des citoyens comme tout le monde, qui ont des droits et des devoirs. Je connais de grosse démocratie où les gens allaient utiliser leurs armes dans pareils cas. Toutes les conditions étaient réunies pour le faire, les armes à feu, nous les avions, mais nous ne les avons pas utilisées.

On a vu que les policiers étaient dépassés…

Nous avons bien préparé nos hommes dans l’optique d’une gestion intelligente de la manifestation. Ils ont été rassemblés la veille à partir de 4 heures du matin pour une séance de briefing très profond. Ils ont suivi à la lettre les consignes. Au finish, ils ont été héroïques, pour contenir l’ire des manifestants. Il y avait des milliers de personnes contre une centaine de policiers. Nous nous sommes sacrifiés, voilà le mot, et nous avons sauvé beaucoup de choses, au point qu’à un moment donné, nous étions au point de rupture, mais nous avons tenu bon. C’est le lieu pour moi de féliciter et rendre un vibrant hommage aussi bien à mes chefs qu’aux commandants qui étaient avec moi, avec une mention spéciale à l’endroit des éléments, les gardiens de la paix qui ont fait preuve d’une bravoure extraordinaire. Je sais qu’ils en ont payé de leur personne, parce qu’on n’a eu plusieurs blessés, 23 au total, malgré nos protections, dont le commandant du Gmi et moi-même.

Leave us alone

Posted in Sénégal by hadyba on juin 29, 2011

L’express:

Lundi soir, les émeutes qui se sont déclenchées spontanément un peu partout dans le pays pour protester contre les coupures à répétition ont bien failli avoir raison du fils. Réfugié dans sa maison du Point E, ce dernier aurait appelé « en catastrophe » son ami Robert Bourgi pour qu’il intercède auprès de l’Élysée. Réponse de ce dernier quant à une éventuelle intervention de l’armée française stationnée à Dakar: « Jamais, tant que des ressortissants français ne sont pas menacés! ». Un lâchage en règle puisque, selon une source bien informée, l’intéressé aurait déjà jeté son dévolu sur deux anciens du sérail wadien, Idrissa Seck et Macky Sall.

Ce serait bien que Sarkozy ne s’amuse pas à décider de qui succédera à notre Président.