Hady Ba's weblog

Inefficaces et immoraux

Posted in France by hadyba on novembre 20, 2011

Sur Médiapart, un article sur une expérience espagnole consistant à demander aux flics de justifier leurs contrôles et qui a fait chuter les contrôles au faciès:

Pour l’OSJI, ce profilage ethnique est non seulement choquant mais inefficace, voire contre-productif.

«On prétend souvent que le ciblage disproportionné des minorités ou des groupes immigrés est justifié par des degrés différents d’implication dans des activités criminelles, explique le rapport de l’OSJIMais les données montrent que, à Fuenlabrada, les minorités sont nettement moins susceptibles d’être surprises en infraction à la loi que la population espagnole et que, par conséquent, il n’est pas productif de (les) contrôler et de (les) fouiller davantage.»

En effet sur les six mois de la phase test, 17% des contrôles effectués sur des Espagnols ont permis de révéler de possibles infractions, mais cela n’a été le cas que pour 7% des contrôles sur des Marocains, 4% pour les Roumains, et 2% pour les Nigériens…

De plus, note l’OSJI, le profilage ethnique «ruine la confiance en la police des communautés, et réduit d’autant leur désir de coopérer dans le cadre des enquêtes criminelles, anti-terroristes, ou (…) pour endiguer la délinquance dans leurs quartiers».

Source

Mais bon, le contrôle au faciès étant une coutume française, l’immigré que je suis serait mal venu de s’en plaindre. Guéant m’a dit l’autre jour encore qu’il me fallait me conformer aux coutumes indigènes si je voulais vivre dans ce beau pays.

Publicités
Tagged with: , ,

Mari Sympa

Posted in France by hadyba on septembre 24, 2011

Cette enquête policière sur la mafia de Neuilly sur Seine devient de plus en plus réjouissante. Mais avant d’en parler, laissez-moi expliquer quelque chose à tous les aspirants mafieux. Si les mafieux ne se marient qu’entre eux, ce n’est pas par xénophobie, c’est parce qu’il y’a une culture du secret et de la méfiance envers les autorités qui ne s’acquiert que grace à une éducation rigoureuse et des traditions implacables. C’est Mérimée, il me semble qui avait cette nouvelle qui se déroule en corse et où le père de famille tue de sang froid son fils âgé de moins de dix ans parce que ce dernier avait dit aux gendarmes où se trouvait le fugitif qu’ils recherchaient. Ça, c’est de l’éducation! Et c’est grace à de saines traditions comme celles-là qu’on ne verra jamais Mme Provenzano cafter. Si vous voulez vous comporter en mafieux, faites-le bien. Ça va avec un contrôle implacable de votre famille… ou alors fermez-la! Votre famille n’a pas à savoir ce que vous faites dans la vie. Vous êtes dans les affaires. Point. Barre. Elle n’a pas besoin d’en savoir plus.

Au lieu de ça, sur Médiapart, on apprend d’abord que le mari de son Altesse se veut un mari attentionné:

«Ma femme, d’une façon générale, j’ai toujours été sympa avec elle, a poursuivi l’ancien collaborateur de Nicolas Sarkozy. Je l’ai toujours prise en charge. C’est elle qui m’a quitté. Quand j’ai su ses déclarations via la presse, je lui ai dit que si je coulais, elle coulait avec moi et que je ne voyais pas l’intérêt pour elle de faire ça.»

Non mais sérieux, « Mari sympa? » C’est le mieux que tu puisses faire?

Malheureusement, son épouse semble avoir une forte propension à dire la vérité dès qu’elle se trouve en face de représentants de la loi! Ceci dit, ma préférée dans la famille, c’est définitivement la fille qui se confie à son copain en utilisant le téléphone sur écoutes de son père:

Nastassia déplore que personne ne puisse aider son père. «Parce que Copé est trop dans la merde. Hortefeux est trop dans la merde. Et si Sarko ne passe pas au deuxième tour, euh, lui aussi est dans la merde et personne ne l’aide. Mon père, il a dit à ma mère : personne m’aidera. Parce que tout le monde est dans la merde.»

La question intéressante est bien évidemment celle de savoir pourquoi un aussi fin connaisseur de ce dossier que M. Gaubert pense que si M. Sarkozy n’est pas réélu, lui aussi il serait « dans la merde ». Serait-il au courant d’actes délictueux commis par M. Sarkozy, alors ministre du Budget et dont M. Balladur a une fois affirmé qu’il était le seul à pouvoir autoriser des commissions?

J’aime bien également quand la fille enfonce encore plus son père en révélant des comptes bancaires dont la police n’avait pas connaissance:

«Ils ont trouvé que celui des Bahamas, mais après, il en a un en Suisse et un en Israël, précise Nastassia. Mais ceux-là, ils les ont pas trouvés.»

Merci fillette! By the way, second principe que tout aspirant mafieux doit respecter: tu ne te disputes pas avec ta femme devant tes enfants. En fait, ce principe devrait être universellement respecté.

Je ne résiste pas au plaisir de vous montrer la photo qui suit, elle sera pertinente si JF Copé est mis en examen, autrement, elle est juste amusante.

Tagged with: , ,

Je ne suis pas fier

Posted in France by hadyba on septembre 10, 2011

Sur Médiapart (mais vous devez être abonné pour pouvoir le lire) un dialogue entre un Commandant de la Police Nationale et deux de ses subordonnés :

Son supérieur approuve : « Il y a une logique des IRAS. Ça pousse les effectifs de police à faire n’importe quoi. J’en suis le premier conscient. Je ne suis pas fier quand je vois qu’on ramène ici (au commissariat – NDLR) des gens avec un cutter et quand on gratte un peu, bah, en fait, c’est un ouvrier qui rentre de son chantier et qu’il a gardé le cutter dans le bleu du pantalon. Je ne suis pas fier de ça. »

Il poursuit : « Je ne suis pas fier non plus quand on va ramasser des IRAS, des ILE (« infractions à la législation sur les étrangers », des sans-papiers, en somme – NDLR) à la pelle à la gare, pourquoi ? Alors, certes, ils sont en séjour irrégulier ces gens-là. Mais c’est pas eux qui emmerdent le monde ! C’est pas eux qui causent des troubles à l’ordre public ! C’est des gens qui vont sur un chantier ou qui reviennent d’un chantier ! Ils bossent ! Ils bossent pour faire vivre leur famille ! Et nous, on va les faire chier ! On les emmène ici, on les fout en garde à vue et, avec un peu de malchance, pour eux, on les emmène au CRA (centre de rétention administrative – NDLR) et ils sont expulsés. Je ne suis pas fier. »

« Et pendant qu’on fait ça, continue le chef policier, effectivement, pendant qu’on arrête les ILE et les ports d’armes à dix balles, on ne fait pas autre chose. Et on n’occupe pas la voie publique pour lutter plus efficacement contre les cambriolages. Et Dieu sait si ça a augmenté en 2011, ici, les vols de véhicules, les dégradations et tout ça. »

(…)

Petit à petit, la conversation s’effrite. Le commandant donne un conseil à son subordonné. Les motifs d’espoir sont maigres : «Je peux comprendre qu’à un moment donné, vous en ayez marre, c’est clair. Hein, moi, je vous garantis, je fais des efforts pour ne pas désespérer ici. Et je me tais (…) Hop, je me tais et je prends ma voiture, je vais en forêt, je gueule un coup en forêt et je reviens (…) Il est clair que la sécurité publique ne changera pas, la politique qu’on nous fait appliquer, elle ne changera pas.»

Je me demande si c’est légal de mettre sur mon blog des extraits aussi longs d’un de leurs articles. Sérieusement, vous devriez vous abonner à Médiapart si vous en avez les moyens : ça coûte une trentaine d’euros à l’année et il y a très souvent des enquêtes fouillées. Après, je ne crois pas trop à leur modèle économique, ils devraient au moins rendre disponible après un certain temps certains dossiers pour montrer aux non abonnés ce qu’ils ratent. Mais si ça se trouve, ils gagnent assez d’argent pour se maintenir à flot, je ne sais pas.  

Tagged with: ,

From an ethical point of view

Posted in France, Politique by hadyba on juillet 10, 2010

A vrai dire j’avais de très bonnes raisons de ne pas m’abonner à Médiapart. J’y ai soigneusement réfléchi à la création du site et avais décidé que le modèle économique n’était pas viable. Qu’on le veuille ou non, nous sommes entrés dans une ère de gratuité de l’information. Je parviendrai toujours à lire tout ce qui est publié par un site internet ou un journal et qui m’intéresse sans avoir à débourser un seul centime. L’affaire Woerth en est un exemple. Je sais ce qui se trouve dans les carnets de la comptable, ai suivi le déroulement de l’affaire et me suis forgé mon opinion sans avoir une seule fois visité Médiapart. Je pense donc que le site, sauf à devenir gratuit et à trouver des sources de revenus comme la pub ou le mécénat, a très peu de chance de survivre sur le long terme. Décision rationnelle donc que de ne pas m’abonner. Moyennant quoi je me suis abonné hier et ai payé l’année entière d’un seul coup.

Merci qui? Merci Sarkozy bien sûr. Ce régime français n’est pas seulement le plus pervers de l’histoire de la cinquième république avec son empressement à transférer les richesses du pays à une poignée de privilégiés. Il est surtout extrêmement violent, violence qu’il peut exercer impunément grâce à la complicité de la presse soi-disant responsable. Il n’y a pas si longtemps que ça, on a vu le Président de la République faire chanter le directeur du Monde pour lui indiquer quel repreneur choisir. Sous couvert de réforme on appauvrit les classes moyennes et on ponctionne les personnes qui sont déjà pauvres alors que l’on protège obstinément les plus fortunés en refusant que quiconque touche au bouclier fiscal. Sur le plan politique, il suffit juste de décortiquer le cas Ségo pour se rendre compte de la violence de ce régime. Ils ont tellement passé leur temps à la décrédibiliser, à se moquer de la moindre de ses paroles et à affirmer qu’elle était folle à lier que maintenant, à chacune de ses interventions, la presse, l’opinion et les politiciens, de gauche comme de droite, lèvent de concert les yeux au ciel avec une commisération infinie. Je ne suis pas en train de dire que Mme Royal n’est pas idiote, je pense juste qu’elle ne l’est en aucun cas plus que la bande de machos qui pontifie solennellement à l’assemblée nationale, au Sénat, au FMI et au gouvernement. Eux en revanche ne sont pas des opposants sérieux au grand chef.

C’est la violence de ce régime qui m’a décidé à m’abonner à Médiapart. Que le collecteur de fonds de l’UMP ait franchi des lignes jaunes n’étonne que les naïfs et les idiots de naissance. Que la presse française, habituellement docile le révèle est étonnant au plus haut point. Que Woerth refuse de démissionner est compréhensible vue l’impudence de ces gens là. Mais qu’un procureur notoirement connu pour être un ami de Nicolas Sarkozy dirige les investigations; que les flics interrogent pas moins de trois fois en deux jours un témoin, qu’ils fassent fuiter que cette dernière se serait rétractée et que l’on profite de cette fuite pour organiser un lynchage en règle de Médiapart comparé aux pires brulots populistes et antisémites des années 30 me paraît dépasser tout ce que l’on peut tolérer, y compris de ces gens là. Il me semble que là, donner de l’argent à Médiapart n’est plus une question économique; c’est une question éthique. Il faut que nous votions avec notre argent et montrions que nous voulons une presse libre et indépendante et sommes prêts à payer pour qu’elle survive.