Hady Ba's weblog

Merci Benoît

Posted in Afrique by hadyba on novembre 21, 2010

Le Pape revient sur sa condamnation inconditionnelle du préservatif.

A la question « l’Eglise catholique n’est pas fondamentalement contre l’utilisation de préservatifs ? », le souverain pontife répond : « dans certains cas, quand l’intention est de réduire le risque de contamination, cela peut quand même être un premier pas pour ouvrir la voie à une sexualité plus humaine, vécue autrement ».

Personne n’attend du Pape qu’il devienne un militant de la sexualité libre et sans entraves. Le simple fait qu’il dise à ses fidèles que le port du préservatif est parfois justifié pourrait avoir une influence sur la propagation du Sida en influant sur l’adoption de politiques de prévention plus efficaces. Je suppose qu’on peut le remercier de cesser de jeter la pierre à ceux qui essaient de sauver des vies.

Publicités
Tagged with: , ,

Esther Duflo sur le Pape et le Sida

Posted in Afrique, Recherche by hadyba on décembre 22, 2009

Vous vous souvenez de ceci? Eh bien, Esther Duflo a fait les expériences randomisées et bien sûr, non seulement les programmes qui prônent l’abstinence n’induisent aucune différence quant au taux d’infection et de grossesse des jeunes femmes mais en plus, Ô divine diabolique surprise!, il est prouvé qu’une éducation informant précisément sur la distribution du VIH dans la population et sur les moyens d’éviter l’infection fait une vraie différence. Conclusion de ED:

Altogether, the findings show that, while general messages fail, a clear message that suggests practical ways of limiting risk can save lives. There are 22 million people living with HIV in Africa – it is high time that leaders of different churches showed the grace needed to have a realistic discussion of AIDS and to find a way to balance their obligations to provide both spiritual and practical wisdom to their communities.

Après, si les religieux pensent que ceux qui n’ont pas l’âme assez pure pour rester chaste ne méritent de toute manière pas de vivre…

Le papier est ici.

Tagged with: , ,

La mitre et la capote

Posted in Afrique, Religion by hadyba on mars 20, 2009

Question – Votre Sainteté, parmi les nombreux maux qui affligent l’Afrique, il y a également en particulier celui de la diffusion du sida. La position de l’Eglise catholique sur la façon de lutter contre celui-ci est souvent considérée comme n’étant pas réaliste et efficace. Affronterez-vous ce thème au cours du voyage ?

Benoît XVI – Je dirais le contraire : je pense que la réalité la plus efficace, la plus présente sur le front de la lutte contre le sida est précisément l’Eglise catholique, avec ses mouvements, avec ses différentes réalités. Je pense à la Communauté de Sant’Egidio qui accomplit tant, de manière visible et aussi invisible, pour la lutte contre le sida, aux Camilliens, à toutes les religieuses qui sont à la disposition des malades… Je dirais qu’on ne peut pas surmonter ce problème du sida uniquement avec des slogans publicitaires. Si on n’y met pas l’âme, si on n’aide pas les Africains, on ne peut pas résoudre ce fléau par la distribution de préservatifs : au contraire, le risque est d’augmenter le problème. La solution ne peut se trouver que dans un double engagement : le premier, une humanisation de la sexualité, c’est-à-dire un renouveau spirituel et humain qui apporte avec soi une nouvelle manière de se comporter l’un avec l’autre, et le deuxième, une véritable amitié également et surtout pour les personnes qui souffrent, la disponibilité, même au prix de sacrifices, de renoncements  personnels, à être proches de ceux qui souffrent. Tels sont les facteurs qui aident et qui conduisent à des progrès visibles. Je dirais donc cette double force de renouveler l’homme intérieurement, de donner une force spirituelle et humaine pour un juste comportement à l’égard de son propre corps et de celui de l’autre, et cette capacité de souffrir avec ceux qui souffrent, de rester présents dans les situations d’épreuve. Il me semble que c’est la juste réponse, et c’est ce que fait l’Eglise, offrant ainsi une contribution très grande et importante. Nous remercions tous ceux qui le font.

Ce qui précède est probablement la transcription exacte de l’échange qui a donné lieu au battage médiatique sur le fait que le Pape aurait affirmé que le préservatif augmenterait la propagation du virus du SIDA. Bien évidemment des catholiques pratiquants ont volé au secours de leur chef religieux et ont expliqué que c’était là un amalgame et que le Pape n’avait pas affirmé que le préservatif favorisait la propagation du virus mais que « si on aide pas les africains, on ne peut pas résoudre ce fléau par la distribution de préservatifs » ; le Pape ajoutant alors simplement que: « le risque est d’augmenter le problème. »

Même en prenant ces paroles exactes du Pape, j’avoue que je les trouve d’abord tout simplement fausses. Si, comme il est évident personne n’a envie de payer une tri-thérapie à tous les africains qui sont atteints de Sida et si par ailleurs nos gouvernement n’ont ni les moyens, ni le désir de consacrer la majeure partie de leur budget au financement de la tri-thérapie pour tous leurs malades, la solution la moins chère et la plus rationnelle est de promouvoir massivement le préservatif et de faire de sorte que tous les rapports sexuels qui ont lieu en dehors du cadre du mariage et avant deux tests du VIH à six mois d’intervalle se fassent avec un préservatif.

Mais au delà de cette fausseté factuelle, ce qui me frappe toujours quand j’écoute Benoît 16, c’est à quel point c’est un penseur de seconde zone. Ce Pape est censé être avant tout un un intellectuel, un penseur mais supposons juste un moment que nous partagions toutes ses prémisses. Que nous considérions qu’il ne saurait y avoir de sexualité qu’en dehors du cadre du mariage, que l’on devrait s’abstenir jusqu’au mariage et que l’on ne devrait jamais tromper son conjoint. Supposons par ailleurs que les hommes et les femmes ne devraient faire l’amour que dans le but sacré de se multiplier et de peupler la terre comme le dit la Genèse. Qu’en tirons nous?

Que pour un bon catholique, le chanceux, le problème du préservatif ne se posera strictement jamais. Il n’y a donc aucune raison a priori que le Pape s’intéresse au préservatif et à son utilité éventuelle. On peut cependant s’imaginer que le Pape, qui est le chef de l’Église Catholique et un pasteur dans l’âme s’adresse également aux mauvais catholiques. S’il en arrive à parler à/de ces brebis galeuses, il me semble qu’après leur avoir conseillé de se repentir avant qu’il ne soit trop tard et de se consacrer à une vie de chasteté et de fidélité, la seule chose qu’il peut logiquement leur conseiller ordonner, s’il en vient à leur parler du préservatif, c’est de ne pas prendre le risque d’ajouter au péché de la chair celui d’être la cause de la mort d’autrui. Il devrait donc logiquement leur conseiller, s’ils en venaient à transgresser l’impératif catholique de fidélité, de le faire de manière responsable et d’utiliser un préservatif. Dans un monde idéal, peuplé de parfaits catholiques pratiquants, le préservatif serait superflu. Dans le monde dans lequel nous vivons, monde dont le Pape en tant que chef de l’Église et représentant d’un Dieu qui a poussé le souci des hommes imparfaits qui le peuplent jusqu’à envoyer aux pêcheurs que nous sommes son fils unique, ne peut ni ne doit ignorer l’imperfection, ceux qui fournissent des préservatifs aux pécheurs les empêchant de causer des morts sont véritablement des collaborateurs du divin empêchant que les tentations que Satan pose sur notre route n’atteignent d’innocents agneaux du Seigneur. Il me semble donc qu’il suffirait de réfléchir un tout petit peu pour voir que non seulement l’Église, connaissant notre propension au péché, ne devrait pas condamner la distribution de préservatifs mais qu’au contraire elle devrait la favoriser. Sauf si, bien évidemment, il y a des études épidémiologiques qui montrent que plus il y a de préservatifs en circulation dans un pays, plus les gens adoptent un comportement irresponsable.

Sur un plan plus général, j’ai l’impression que ce Pape parle et agit souvent sans sans tenir compte du monde extérieur. Il ne semble ni avoir conscience de la manière dont ses propos seront reçus ni même prendre la peine de faire des vérifications factuelles avant de construire ses dissertations. Prenez-juste les trois controverses majeures depuis qu’il est Pape. Toutes les trois auraient pu/du être anticipées avec un peu plus de réflexion à défaut de réalisme politique.

    • Le discours de Ratisbonne est d’abord et avant tout une mauvaise dissertation de philosophie sur le thème du rapport entre la foi et la raison, dissertation dont quiconque l’a lu aurait pu anticiper qu’il serait considéré comme insultant autant pour les musulmans que pour les scientifiques, deux groupes auxquels il était censé s’adresser. Et en ces moments de radicalisation de l’islam et de discours sur le choc des civilisation, je ne vois pas comment un Pape soi-disant théologien de génie a pu produire une invitation au dialogue inter-religieux aussi mal ficelée.

    • La levée de l’excommunication de Williamson. Je comprends que le Pape veuille réunifier l’Église Catholique. Mais franchement, ces gens-là?!!! Je croyais justement que ce Pape moins que quiconque ne s’inscrivait pas dans un concours de popularité et n’en aurait rien à faire de gens qui semblent penser que Rome était devenue pécheresse en autorisant la messe en langue vernaculaire et en rejetant le dogme du peuple déicide. Sans compter qu’un minimum de réflexion préalable aurait pu montrer que ces gens là créeraient à l’Église plus de problèmes qu’ils ne pourraient lui apporter de bienfaits, surtout si l’on considère leurs tendances anti-sémites.

    • Quant à la question du préservatif, quiconque à vu les attaques1 que Jean Paul II a subies dans ce domaine aurait pu anticiper d’une part que les journalistes simplifieraient son propos en : Le pape affirme que le préservatif aggrave l’épidémie de SIDA et d’autre part que des croyants pas très futés ni très cohérents en concluraient que si tromper sa femme est un péché, le faire avec un préservatif, c’est doublement pécher. Surtout si en plus le préservatif est inefficace comme la presse dit que le Pape le dit!

J’avoue que tout ceci me désespère d’autant plus que d’une part je suis sûr que ces paroles du Pape auront un impact sur l’attitude des gens et pas dans un sens plus responsable et d’autre part parce que j’ai l’impression que durant tout le temps où il sera Pape, il faudra s’attendre à ce que B 16 fasse des gaffes de cette sorte alors que le monde aurait bien besoin d’un Pape aussi cool que JP II en ce moment. Dieu merci, nous n’avons pas eu une longue combinaison de Benoît 16/ W. Bush.

PS: J’espère vraiment que les catholiques dans la salle ne trouveront pas ce post irrespectueux: ce n’est pas le but et j’ai vraiment hésité à le mettre en ligne après l’avoir écrit par respect pour eux.

1Que personnellement je trouve en grande partie injustifiées.

Tagged with: , ,