Hady Ba's weblog

Colloque Bachir, les Films

Posted in Philosophie, Recherche, Sénégal by hadyba on décembre 27, 2017

bache-colloqueVF000000Comme je vous le disais la dernière fois, nous avons organisé un colloque en hommage à Souleymane Bachir Diagne. Les communications ont été de qualité et je suis partculièrement fier de nos deux étudiants qui ont passé les fourches caudines de la sélection et ont présenté d’excellents papiers.

Tous les travaux ont été filmés et commencent à être mis en ligne par l’équipe Fatou Warkha Sambe, une autre de nos anciennes étudiantes qui évolue désormais dans l’audiovisuel et qui a créé sa propre boite.

Voici les liens vers ces films. Je vais mettre à jour cet article au fur et à mesure des publications.

J’intègre ici un petit film de 20mn que nous avions fait sur lui, à l’orée du colloque et qui dit bien l’influence qu’il a eue sur nous.

D’abord, la Cérémonie d’ouverture (le DC du Ministre, Bado Ndoye Président de la Société Sénégalaise de Philosophie, d’autres officiels) et la réaction de Bachir, le premier jour.

Yaovi Akakpo Université de Lomé: « Leçon de prospective et approche postmoderne de l’histoire chez Souleymane Bachir Diagne« 

Oumar Mboup UCAD: « Prospective et culture traditionnelle en Afrique« 

Mamadou Kabirou Gano UCAD: « De l’éloge des paradoxes: perspectives et prospectives« 

Philippe Gouet Université de Rennes: « Souleymane Bachir Diagne et Gaston Berger: La preuve de la réalité.« 

Khadim Thiam Ohio State University: « In Bachir’s footstep: Orality, Writing, and the critique of modernity in Senghor’s and Glissant’s philosophies » (Finalement, Khadim a parlé en français.)

Nasrin Qader Nothwestern University : Penser le destin avec Diagne, Dib et Iqbal

Bado Ndoye UCAD : La critique de l’eurocentrisme chez Senghor et Cedric J. Robinson

Lucas Scarantino Université de MILAN : La dignité humaine entre nations et empires. A propos d’une conversation récente avec S.B. Diagne

Felwine Sarr UGB: S.B. Diagne : Souleymane Bachir Diagne Pour une philosophie spirituelle

Philippe van Haute Université Radbout: Dialogue et tolérance

Introduction de Françoise Blum. Une superbe histoire d’amitié quarantenaire. À voir absolument!

Le discours de Bachir, au début du deuxième jour.

Dermott Moran University College Dublin (Par ailleurs Président de la Fédération Internationale des Sociétés de Philosophie): Orality, Writing and Tradition: Phenomenological Reflections on the Life-World

Rozena Maart University of Kwaa Zulu Natal: Philosophy Born of Struggle, Philosophy Born of Massacres

Lewis Gordon University of Connecticut at Storrs: “Questioning Philosophy through the Thought of Souleymane Bachir Diagne”

Jean Godefroy Bidima Tulane University New Orleans: SOULEYMANE BACHIR DIAGNE: DU SENS DE L’URGENCE À UNE POÉTIQUE DE L’EXPERIENCE

Nadia Yalla Kisukidi Université Paris 8: Politiques de la traduction et société ouverte : religion, langue et communauté

Mahamadé Savadogo Université de Ouagadougou: Traduire ou inventer

Stéphane Douailler Université Paris 8: Le courage de la traduction

Daniel Dauvois Amo Philosophe

Angela Roothaan Amsterdam & Pius Mozima Université de Bamenda : Bantu Philosophy and the problem of religion in intercultural philosophy today

Monica Brodnika Ohio State University: The Ambiguous Path to Sacred Personhood

Augustin Kouadio Dibi Université FHB d’Abidjan: Pourquoi désirer la sagesse?

Ricardo Pozzo Vérone: Innovation for inclusion and reflection

Hervé Ondoua Yaoundé: Derrida et la traduction: Enjeux  linguistique et interculturel

Troisième jour

Shahid Rahman Université de Lille: Boole Algebra in a Contemporary Setting. Boole-Operations, Types as Propositions and Immanent Reasoning

Marcel Nguimbi Université Marien Ngouabi : Boole critique d’Aristote. La logique de l’élimination du moyen terme.

Gildas Nzokou Université Omar Bongo: Calcul des Classes et Théorie de l’inférence dans l’Algèbre de Boole. Réflexion à propos des racines épistémologiques de l’échec du système de Boole.

Marie Hélène Gorisse Université de Gand: « Nouvelles perspectives sur l’articulation entre logique et religion »

Hady Ba UCAD: Que reste-t-il des mathématiques chez Bachir?

Séverine Kodjo Grandvaux : Penser l’Universel, Naitre du monde.

Djibril Diouf UCAD: Souleymane Bachir DIAGNE ou l’éducateur musulman au pluralisme

Alioune Bah Université de Conakry et Strasbourg: Penser l’islam avec Souleymane Bachir Diagne : le défi de la rationalité

El H. Ibrahima DIOP UCAD: Comment philosopher en religion ou ce que la Philosophie des Lumières en Allemagne doit au piétisme allemand ?

Pol van de Wiel Radbout: Religion, culture et fondamentalisme. Une conversation entre Souleymane Bachir Diagne et Olivier Roy ?

Blondin Cissé UGB: Culture et subjectivité(s) politique musulmane : entre conjonctions et disjonctions.

Rahmane Idrissa Univ Humboldt de Göetingen   : Din wa dunya: le califat et le cœur séculier du monde

Abdoulaye Sounaye Université A. Moumini: Penser le religieux : la tradition islamique en Afrique

Pape Abdou Fall UCAD: S. B. Diagne : Le penseur du singulier et de l’universel

Oumar Dia UCAD: Mondialité et diversité culturelle

(To be continued….)

 

Publicités

Colloque Hommage à Bachir Dakar 20-22 décembre 2017

Posted in Philosophie, Recherche, Sénégal by hadyba on décembre 18, 2017

bache-colloqueVF000000.jpg

Nous organisons la semaine prochaine un colloque à l’UCAD pour rendre hommage à Bachir.

Il y aura 48 chercheurs venus de France, des USA, de Belgique, du Congo Brazzaville, du Gabon, du Cameroun, de Cote d’Ivoire, de Hollande, d’Afrique du Sud, de Guinée Conakry, d’Italie, de Chine, d’Irlande et bien sûr du Sénégal!

Ça parlera de logique, de prospective, de philosophie, de pensée islamique, de philosophie africaine, de littérature etc… Nous travaillons dessus depuis deux ans et sommes assez fier du groupe que nous avons pu réunir.

Nous avons bénéficié du soutien du Recteur de l’UCAD, du Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Fondation Rosa Luxembourg, du Codesria, de la Fondation Gabriel Pieri, de la Fac de Droit de l’UCAD, de la Fac de Médecine de l’UCAD, de la Pamécas, de l’Institut Français et de personne d’autre pour le moment mais notre budget n’est pas encore bouclé, vous avez encore deux jours pour nous aider si vous avez des possibilités.

Vous pouvez trouver le programme ici.

Le paradoxe sénégalais et l’anthropologie du terrorisme

Posted in Politique, Religion, Sénégal by hadyba on août 16, 2017

Je mets ici un article qui vient d’être publié dans les actes d’un colloque que nous avions tenu en novembre dernier à Dakar.

L’introduction:

Nous nommons « paradoxe sénégalais » le fait que, malgré une très grande religiosité et une extrême domination de l’islam, le pays est, non seulement sur le plan institutionnel mais également sur le plan social, fondamentalement une République démocratique. Pourquoi en est-il ainsi ? Nous expliquons ce paradoxe par la manière particulière dont l’islam soufi sénégalais prend en charge la déviance et la marginalité. Dans un premier moment, nous allons illustrer et défendre cette thèse du « paradoxe sénégalais ». Dans un deuxième temps, nous allons comparer le Sénégal au Mali et montrer que les causes de l’irruption du Djihadisme au Mali sont également présentes au Sénégal. Le fait que le takfirisme[1] ne se développe pas au Sénégal et n’y devienne pas violent peut donc être considéré comme une manifestation du paradoxe sénégalais. Dans un troisième temps nous nous servons des figures de deux chefs religieux un peu marginaux dans le mouridisme : Serigne Modou Kara et Cheikh Béthio Thioune pour expliquer le paradoxe sénégalais. Cette explication nous permet d’appuyer une analyse anthropologique, proposée notamment par Scott Atran, de l’attrait du Djihadisme pour une frange de la jeunesse occidentale. Nous terminerons en proposant une solution s’appuyant notamment sur les travaux de Robert Putnam.

[1] On nomme takfiriste les mouvements qui, se référant au théologien médiéval Ibn Taymiyya (1263-1328), se permettent, contrairement à la tradition musulmane, de décréter que d’autres musulmans autoproclamés n’en sont pas de véritablement se donnant donc le droit de les tuer pour apostasie.

HadyAnthropoTerrorisme

Mossack Fonseca boy

Posted in Sénégal by hadyba on avril 11, 2016

Un truc drôle: Celui dont les journalistes prétendent qu’il est le « seul sénégalais ayant travaillé pour Mossack Fonseca«  dirige notre Agence de Construction des Bâtiments et Edifices publics depuis 2014.

Fin de la blague

Tagged with:

Aucune chance

Posted in Sénégal by hadyba on mars 23, 2016

Moi, le 17 février 2015:

Il me semble évident que le Président n’a désormais strictement aucune chance de se faire réélire. Il s’est assuré de ce fait en déclarant la guerre au peuple avec le discours d’hier soir. En plus, il a donné deux ans à son opposition pour s’organiser. J’espère juste qu’après son départ, nous jugerons les crimes économiques que sa nomenklatura est actuellement en train de commettre.

Le 21 mars, dans la presse:

Les sénégalais étaient aux urnes hier pour approuver ou désapprouver les 15 points de réformes constitutionnelles proposés par le président de la République Macky Sall. (…)

Sur toute l’étendue du territoire national, le nombre de votants a été de 1 959 873, et le camp du OUI a obtenu 1 225 708 des voix, soit un pourcentage de 62,54%/.
Le camp du NON de son côté a obtenu 733 725 des voix, soit un pourcentage de 37,44%.

Un jour, j’aurai la sagesse de ne jamais faire de prédiction politique… un jour…

 

Tagged with:

École de l’imagination

Posted in Sénégal by hadyba on mars 6, 2016

HECTOR

Mon cher Busiris, nous savons tous ici que le droit est la plus puissante des écoles de l’imagination. Jamais poète n’a interprété la nature aussi librement qu’un juriste la réalité.

Jean Giraudoux, La guerre de Troie n’aura pas lieu (Acte II Scène 5)

Maintenant, voyons un des maitres d’une de ces écoles de l’imagination à l’oeuvre:

« Aujourd’hui, la nomenclature des actes que rend le Conseil constitutionnel est univoque. Il rend des décisions quand on le consulte en matière consultative. Encore une fois, c’est un seul cas car il n’y a pas deux. Il rend une décision »

« En règle générale, le Conseil constitutionnel du Sénégal n’a pas d’attribution consultative. »

…..

« on peut faire la concession que le Conseil constitutionnel a donné un avis ….  il a donné un avis dans le cadre d’une décision »

Professeur Ismaila Madior FALL justifiant la forfaiture de son patron Macky SALL

I am not impressed

Où l’Université tient son rang

Posted in Sénégal by hadyba on février 25, 2016

Il n’y a pas longtemps, notre Premier Ministre s’insurgeait contre ce qu’il percevait comme la République des Professeurs. Il n’avait peut être pas tort de s’inquiéter. Quand l’Université tient son rang, ce n’est pas agréable pour les mystificateurs qui font de la politique. Ainsi, quarante-cinq professeurs de Droit et Science Politique ont pris la plume pour démonter la décision de nos cinq singes pardon Sages et faire éclater la forfaiture de notre Président. Personnellement, j’aime bien la péroraison:

En marge de cet argumentaire technique développé ci-dessus, l’avis du Conseil constitutionnel participe d’une dépréciation de l’enseignement de la science juridique dont l’institution universitaire, à travers les Facultés de droit, se trouve investie. Symbolisant le lieu où la pensée juridique dans ses formes les plus complexes est exprimée, l’Université indirectement voire directement est comptable des façons dont le Droit est dit dans l’espace social. L’avis du Conseil constitutionnel quoique en rupture totale avec les enseignements universitaires est, tout de même, perçu par certains sénégalais comme une incapacité de la science juridique, et par conséquent des juristes universitaires, à formuler un propos clair, éloigné de toute spéculation lorsqu’ils sont saisis de questions éminemment sociétales.
Loin de promouvoir un corporatisme primaire dénué de tout sens éthique, les auteurs de ce manifeste soucieux de restaurer la dignité ainsi que la noblesse de la science juridique, se désolidarisent de cette présentation du Droit comme une discipline où la ruse, la rhétorique creuse, la spéculation… officient en maîtresses. Cette vision du Droit que le Conseil constitutionnel promeut dans l’imaginaire collectif naturellement ne peut rencontrer l’assentiment des universitaires rédacteurs de ces lignes. Plus que des législateurs (jurislateurs) ou des diseurs du droit (magistrats), c’est la conscience du Droit tout bonnement que la communauté universitaire entend incarner, et ce, sans prétention aucune.
In fine, pour paraphraser Ronald Dworkin, les lignes qui parcourent ce manifeste sont une invite à tous les acteurs de la science juridique à prendre le Droit au sérieux.

Le texte entier est publié ici.

Talibés redux

Posted in Sénégal by hadyba on février 24, 2016

« Que puis-je pour toi, si Dieu a ôté de ton cœur la tendresse ! »

J’ai déjà parlé ici des talibés. Quand ces enfants ne meurent pas dans des accidents, ils sont régulièrement tués par les soi-disants maîtres coraniques qui prétendent leur enseigner la religion en les en dégoûtant par la torture.

Il y a quelque temps, il a été révélé qu’un de ces soi-disant maîtres faisait fabriquer des chaînes en fer pour attacher les récalcitrants ayant des vélléités de fugue. Quand ce sadique s’est fait arrêter, ses collègues ont non manifesté devant la police, assumé la pratique et il a été libéré.

Regardez bien cette photo publiée par l’Enquête plus:

TalibésEnchainés

Comment ne pas désigner notre exploitation de ces enfants par son nom après avoir vu cette photo? C’est de l’esclavage, ce n’est pas autre chose.

J’avoue que je ne comprends pas comment, en tant que société, nous avons pu perdre suffisamment perdre notre âme pour nous laisser imposer par un ramassis d’escrocs l’idée qu’exploiter des enfants, les faire mendier jour et nuit et les torturer est conforme à notre religion majoritaire.

Puisque nous qui cautionnons ces tortures nous prétendons musulmans, réfléchissons à ce Hadith et essayons de le rendre compatible avec notre indifférence au sort de ces enfants.

Un jour, un bédouin vint trouver le Prophète sallallahu alayhi wa sallam et lui dit : « Vous embrassez vos enfants ? » Le Prophète sallallahu alayhi wa sallam répondit : « Que puis-je pour toi, si Dieu a ôté de ton cœur la tendresse ! »

Personnellement, je n’ai pas assez d’agilité intellectuelle pour combiner ce hadith avec notre traitement actuel des talibés.

Tagged with: ,

Le Président contre le peuple

Posted in Politique, Sénégal by hadyba on février 17, 2016

Il y a un mois, j’écrivais ici même :

Puisqu’avec moi, il faut que tout devienne politique, ça m’a fait penser à notre vie politique actuelle. Macky Sall cherche désespérément le moyen de se délier de sa promesse de réduire son mandat. Une des choses qui avaient été les plus désastreuses pour Wade, bien plus que sa corruption, est son fameux : « Maa waxoon, waxeet » (« C’est moi qui l’avais dit, je me dédis donc! » à propos de sa promesse antérieure de ne jamais briguer un troisième mandat) Cette formule avait fait l’effet d’une bombe et fait éclater à la face de tous que Wade était vieillard cynique et sans honneur qu’il serait déshonorant de garder comme dirigeant. En voyant le Professeur Ismaila Madior Fall essayer de trouver une porte de sortie au Président Sall, ma première réaction était: « Mais les politiciens ne peuvent-ils donc jamais apprendre des erreurs de leurs prédécesseurs? » Peut-être ma bourde répond-t-elle à cette question: Macky Sall serait aussi peu intelligent que moi. Dans mon cas, ce n’est pas bien grave, je n’ai pas encore de responsabilités, je suis en train d’apprendre et ai de très bon mentors. Dans le cas d’un homme dont les décisions engagent la Nation en revanche…

L’expédient trouvé par Macky Sall a consisté à demander l’avis du Conseil Constitutionnel sur la rétroactivité éventuelle d’une modification constitutionnelle, à se voir répondre que nos Cinq Singes pardon Sages n’aiment pas les lois rétroactives et à en conclure que l’avis du Conseil le liant, il n’a vraiment d’autre choix que de continuer à jouir du pouvoir pour deux années de plus contrairement à son désir le plus profond. Il n’est même pas besoin d’argumenter contre un acte aussi méprisable.

  1. Une promesse réaffirmée à plusieurs reprises sur toutes les plateformes doit être respectée, quel qu’en soit le prix.
  2. Un AVIS du Conseil Constitutionnel est un AVIS pour une bonne raison : c’est un AVIS, EN AUCUN CAS UNE DÉCISION. (J’ai même honte d’écrire une telle platitude.) Le Président a pris soin, durant tout son discours, de nommer DÉCISION ce qui n’est qu’un AVIS des Cinq Singes pardon
  3. Si personne –les juristes moins que tout autre– n’aime les lois rétroactives qui sont sources d’insécurité, il y a cependant des circonstances dans lesquelles de telles lois sont parfaitement acceptables. En l’occurrence, le peuple entier modulo quelques carriéristes et corrompus à la solde de ce pouvoir, veut de cette modification constitutionnelle et de son applicabilité immédiate.
  4. Je veux bien croire que le Président est entouré de pieds nickelés mais je ne puis croire qu’aucun d’eux n’est au courant du Précédent Poutine. Le Président pourrait faire passer la modification constitutionnelle, démissionner, laisser le pouvoir au Président de l’Assemblée, se faire nommer Premier Ministre, organiser des élections auxquelles il se représenterait, etc.

Le Président et ses affidés essaient de nous faire croire que c’est librement que Macky Sall avait décidé de réduire son mandat de sept à cinq ans et que donc son incapacité à tenir cette promesse ne saurait lui être reprochée parce que c’était une promesse libre faite sans contrainte et qu’il a essayé de tenir par tous les moyens mais que son sens scrupuleux de la séparation des pouvoirs l’empêche de tenir sauf à violer la loi fondamentale. Rappelons déjà qu’on parle de l’honorable gentleman qui, ministre de l’intérieur, avait tabassé un président de bureau de vote pour voter sans carte d’identité, qui, Président de la République, continue à présider un Conseil Supérieur de la Magistrature se tenant au Palais, s’est prononcé sur la culpabilité de Karim Wade avant le verdict, se permet de ralentir ou d’accélérer les enquêtes pour corruption au gré de ses alliances politiques et récupère de présumés délinquants dans son entreprise de massification de son parti politique. Cet honorable gentleman donc, sous prétexte de respect scrupuleux de la loi, veut violer une promesse électorale. Par ailleurs cette promesse n’a pas été consentie sans contrepartie. Le consensus qui prévalait en 2012 était qu’il fallait que le prochain président s’engageât à faire un quinquennat plutôt qu’un septennat. Ce consensus était porté par des organisations de la société civile comme le M23. C’est devant ces organisations que le futur Président de la République s’était engagé, entre les deux tours, à réduire son mandat et à appliquer le programme des Assises Nationales. Cette promesse a donc été faite dans un contexte ou le Président avait besoin du soutien de ces organisations pour gagner la Présidentielle et n’est en aucun cas une grâce que le Président de la République voulait nous accorder en vertu de son bon vouloir et de son sens démocratique.

Comme toujours avec Macky Sall, ce qui m’énerve c’est que c’est un Wade au petit pied qui fait perdre du temps au pays. Il a maintenu le suspense pendant quatre ans, a essayé les expédients les plus médiocres, n’a strictement rien fait sur le plan politique et finit par se ridiculiser. Ce qui va se passer maintenant, c’est que nous aurons pendant deux ans un Président délégitimé qui se fera contester partout où il passera. Le pays deviendra ingouvernable à l’instar de ce qui se passe déjà à l’Assemblée Nationale où les tripatouillages d’une majorité téléguidée du Palais ont tellement abaissé l’Institution que, pour la première fois de notre histoire, nous assistons à des pugilats entre députés. Personne ne peut, au bout de quatre ans de mandat, citer plus de trois réalisations incontestablement positives de ce Président. Les deux années qui arrivent seront pires : le pays perdra son temps en querelles stériles de politiciens. L’Administration, qui se sent déjà insultée par Macky Sall qui l’a à plusieurs reprises décrétée incompétente, n’aura aucune loyauté envers un Président qui vient violer de manière aussi obscène son serment. Les populations sortiront dans la rue pour un oui ou un non (coupures d’électricité ; absence de profs de philo ou de maths dans les écoles)

Il me semble évident que le Président n’a désormais strictement aucune chance de se faire réélire. Il s’est assuré de ce fait en déclarant la guerre au peuple avec le discours d’hier soir. En plus, il a donné deux ans à son opposition pour s’organiser. J’espère juste qu’après son départ, nous jugerons les crimes économiques que sa nomenklatura est actuellement en train de commettre.

Expérimenter par soi-même

Posted in Sénégal, Vie quotidienne by hadyba on janvier 14, 2016

ErreurUrbaine

L’autre jour, en réunion, je me suis embarrassé tout seul. Quelqu’un a dit quelque chose et je me suis senti obligé de donner des précisions clarifiant ma situation. Avant même que je ne lève la main pour parler, mon chef de Département m’a demandé de me taire. Je lui ai fait un signe disant que j’étais vraiment désolé de lui désobéir mais que je ne pouvais pas ne pas parler. Il a insisté, j’ai insisté. Il s’est même levé pour me dire qu’il m’expliquerait plus tard mais j’ai quand même pris la parole. Sur le moment, je ne pouvais pas croire qu’il avait raison que ce que je croyais comprendre n’était pas ce qu’il fallait comprendre. En prenant la parole, je me suis embarrassé et ai embarrassé tout le monde parce que, bien évidemment, je me trompais totalement.

Ce qui est intéressant dans cette histoire, c’est qu’à aucun moment je n’avais de doute sur la bienveillance de mon chef de Département. Je savais qu’il avait à coeur de veiller sur mes intérêts. Il m’a, à plusieurs reprises, donné des conseils et indications qui m’ont empêché de faire des erreurs. Je sais également qu’il a infiniment plus d’expérience que moi dans ce type de réunions. Rationnellement, j’aurais du lui faire confiance et me taire. Malgré tout, sur le moment, j’étais persuadé d’avoir raison. Après la réunion, il m’a tout expliqué puis il a sagement ajouté: « Mais si tu n’avais pas parlé, tu n’aurais jamais vraiment cru que l’on ne faisait effectivement pas allusion à toi! » En gros, c’était là une erreur de ma part, erreur rationnellement évitable, mais en même temps presque inévitable vu que nous ne sommes pas des machines purement rationnelles. Il y a des expériences douloureuses dont on ne peut pas vraiment se dispenser. Ce faisant, on fait des erreurs qui peuvent paraître stupides mais qui nous permettent d’apprendre et de grandir. Tant que l’on n’a pas soi-même fait ces erreurs là, on ne peut pas réellement retenir la leçon.

D’une certaine manière, j’ai l’impression que tout processus d’éducation n’est, fondamentalement, que cela: donner aux élèves les moyens de commettre des erreurs dans un environnement contrôlé de sorte à apprendre de nouvelles choses et à ne pas commettre ces mêmes erreurs dans un milieu où leurs conséquences seraient pires voire mortelles. Les plus intelligents d’entre nous sont ceux qui ont la sagesse et la modestie d’apprendre des erreurs des autres. Ces êtres supérieurs n’ont pas besoin d’expérimenter par eux-mêmes. J’essaie de profiter de l’expérience des autres mais je n’en suis souvent pas capable parce que je suis arrogant et pense que mon analyse d’une situation donnée vaut celle de n’importe qui d’autre; oubliant parfois que certains ont plus d’expérience et de vécu que moi.

Puisqu’avec moi, il faut que tout devienne politique, ça m’a fait penser à notre vie politique actuelle. Macky Sall cherche désespérément le moyen de se délier de sa promesse de réduire son mandat. Une des choses qui avaient été les plus désastreuses pour Wade, bien plus que sa corruption, est son fameux : « Maa waxoon, waxeet » (« C’est moi qui l’avais dit, je me dédis donc! » à propos de sa promesse antérieure de ne jamais briguer un troisième mandat) Cette formule avait fait l’effet d’une bombe et fait éclater à la face de tous que Wade était vieillard cynique et sans honneur qu’il serait déshonorant de garder comme dirigeant. En voyant le Professeur Ismaila Madior Fall essayer de trouver une porte de sortie au Président Sall, ma première réaction était: « Mais les politiciens ne peuvent-ils donc jamais apprendre des erreurs de leurs prédécesseurs? » Peut-être ma bourde répond-t-elle à cette question: Macky Sall serait aussi peu intelligent que moi. Dans mon cas, ce n’est pas bien grave, je n’ai pas encore de responsabilités, je suis en train d’apprendre et ai de très bon mentors. Dans le cas d’un homme dont les décisions engagent la Nation en revanche…

PS: Je suis d’une impolitesse… Mes meilleurs voeux pour l’année 2016 à la poignée de fidèles qui lisent encore ce blog. Puisse-t-elle nous être agréable, puissent nos chemins respectifs éviter bombes et kalashs (vu le monde dans lequel nous vivons, ce n’est malheureusement plus un voeux extravagant!) et puissé-je bloguer un peu plus cette année. Vu que j’ai fermé tous mes comptes sur les réseaux sociaux pour six mois et que je suis un procrastinateur, je suppose que je vais devoir bloguer pour ne pas faire les choses obligatoires à temps 🙂