Hady Ba's weblog

Que les morts enterrent les morts

Posted in Afrique, Françafrique, Oh my God! by hadyba on décembre 29, 2010

Ceci:

Dernier exemple en date: l’annonce mardi 28 décembre dans Le Parisien et confirmée rue de Solférino, du départ de deux avocats français, et non des moins connus, pour assurer la défense de Gbagbo à Abidjan: Jacques Vergès, 85 ans, et Roland Dumas, 88 ans, ancien ministre des Affaires étrangères de François Mitterrand.

«Roland Dumas a été invité par Paul Yaoundré, le président du Conseil constitutionnel ivoirien (pro-Gbagbo). C’est un autre proche de Gbagbo, Marcel Ceccaldi, ex-conseiller juridique de Jean-Marie Le Pen, qui a servi d’intermédiaire entre les deux hommes», précise Frédéric Lejeal, rédacteur en chef de la Lettre du continent, qui avait eu vent de l’affairedès le 23 décembre. «Roland Dumas se rend à Abidjan pour vérifier les procès verbaux compilés par le Conseil constitutionnel.»

Quant à Vergès, il a choisi son camp dans un entretien au journal burkinabé Le pays le 15 décembre, où il reprochait à l’«Occident» d’avoir appuyé trop vite Alassane Ouattara.

 

ne mérite même pas d’être commenté.

 

Redondance

Posted in Economie, France, Poésie, Vie quotidienne by hadyba on décembre 25, 2010

En littérature, la redondance est plutôt une mauvaise chose. La répétition a peut-être des vertus pédagogiques, elle n’en est pas moins ennuyeuse. A la rigueur, en poésie, la répétition d’un même mot ou d’une même expression peut-elle créer une impression plus durable en inscrivant de manière obsédante une image dans notre esprit. Par exemple:

 

Masques ! Ô Masques !

Masque noir masque rouge, vous masques blanc – et noir -

Masques aux quatre points d’où souffle l’Esprit

Senghor, Prière aux masques

 

Mais en fait, ces répétitions poétiques ne sont jamais vraiment redondantes dans la mesure où on peut arguer que le retour du mot a une fonction qui n’est pas nécessairement la même à (ou pas déjà accomplie par) chaque occurrence. C’est par ce retour que le rythme est marqué ce qui fait qu’on doit plutôt considérer l’ensemble des itérations comme un système unique destiné à produire un effet bien déterminé. La vraie redondance littéraire a lieu dans la prose et elle est loin d’être aussi élégante que chez Senghor. Elle tend plutôt à s’identifier, dans ce domaine, au pléonasme. Elle est plus souvent l’apanage des petits littérateurs et des discoureurs à la petite semaine que la matière des prix Nobel. Il est rare que : « des vertes et des pas mures », « sûr et certain » ou « je le dis et le répète » se retrouvent chez de grands écrivains.

 

Il est un domaine en revanche, dans lequel la redondance n’est pas loin d’être considérée comme une qualité: l’ingénierie. Si vous concevez des navettes spatiales ou des centrales nucléaires, vous savez que la défaillance d’un système de sécurité est catastrophique. Ce que vous faites alors, c’est que vous les multipliez et faites de sorte que quand un système ne marche pas, un autre prenne le relais. Du coup, quand il y a un incident au coeur du réacteur, c’est en même temps grave et bénin. C’est grave parce qu’il faut réparer vite et que ce n’était pas prévu. Ce n’est cependant généralement pas dramatique parce que les systèmes de sécurité sont redondants et que le temps de réparer, il y a certainement d’autres systèmes qui prennent le relais. Il me semble que c’est exactement la même chose qui se passe dans les systèmes biologiques que nous sommes: nous avons plusieurs sous-systèmes qui ont évolué de la même manière et qui accomplissent des fonctions semblables. Plus un système est complexe, plus il est tolérant à la redondance voire en a besoin.

 

Une conséquence de la redondance, c’est qu’en temps normal, quand on décortique le système, on a l’impression que certaines composantes ne servent à rien.

-Vous avez telle sécurité dira l’expert, pourquoi diable avez vous besoin des systèmes y, z et w qui ont exactement la même fonction? N’est-ce pas là du gâchis? Nous avons besoin d’être efficace et de surveiller les coûts alors vos scrupules d’ingénieur, vous vous les gardez!

-Mais Monsieur…

-Non, il n’y a pas de mais qui tienne, je suis un expert, ce n’est pas un petit ingénieur, fonctionnaire de surcroît qui me dira comment réorganiser tout ça!

 

Vous comprenez maintenant pourquoi je vous parle de redondance? Cet automne, les RER au départ de mon lieu d’habitation étaient tout le temps en retard. Ils nous ont donné comme excuse qu’il y avait des feuilles sur la voie. J’étais juste abasourdi: l’automne survient chaque année et il y a immanquablement des feuilles sur la voie en automne. Pourquoi cela devrait-il poser des problèmes cette année? Le 8 décembre, une dizaine de centimètres de neige a presque totalement paralysé l’île de France, y compris les métros. Ce weekend de Noël, Roissy s’est retrouvé à court d’un liquide permettant de dégivrer les avions et ADP a géré de manière absolument catastrophique l’arrivée de la neige. Il me semble qu’on peut voir dans chacun de ces cas la conséquence de décisions prises ces dernières années et consistant à éviter la redondance au nom de la rationalité économique. Les entreprises et les grands ensembles urbains sont des systèmes complexes par excellence. Si on les gère en ayant comme seul impératif de minimiser les coûts, on se prive de la possibilité d’avoir des personnels qualifiés qui n’ont vraiment de travail que de manière cyclique mais qui à ce moment là s’avèrent précieux. Les évènements inhabituels se transforment en catastrophes juste parce que des crétins sans vision ne comprennent même pas la nature complexe des organisations dont ils ont la charge. Le pire, c’est que même sur le plan économique, il est probable que l’inexistence de ces personnels finit par coûter plus cher que le fait de les avoir et de les voir s’ennuyer au boulot une partie de l’année. Mais ça, essayez donc de le faire entrer dans la tête d’un soi disant libéral.

Photo volée ici.

 

Tagged with: , ,

oh Joe!

Posted in Economie, USA by hadyba on décembre 22, 2010

Joe Klein de Time Magazine:

By the way, I’d add another area where Congress punted: energy legislation that might have pushed this country toward a job-creating green economy. I put this on the Obama Administration, which chose health care over energy as its main project–which reversed the priorities that Barack Obama stated during the 2008 campaign. The health care overhaul is important, if flawed, but if the President had a chance for one big thing, he probably should have chosen energy.

Si je comprends bien, Joe Klein pense qu’il est plus urgent et important de mettre en place une réforme qui éventuellement créera des emplois que d’avoir effectivement fait passer une réforme qui, non seulement empêche que les petites entreprises existantes ne croulent sous le prix des contrats d’assurance maladie, mais en plus s’assure que les citoyens de son pays pourront se soigner sans se ruiner et ne mourront pas de maladies traitables juste parce qu’ils ne sont pas assez riches. C’est vrai que le choix est facile quand tu fais partie de l’élite et que de toute manière aucun de tes proches ne risque de souffrir des défauts du système de protection sociale. Exactement le genre d’attitude que Krugman résumait si joliment quand il écrivait:

Again, most people don’t think about it that crassly; but elites are very good at seeming classy, even to themselves, while being objectively crass.

indeed.

Inégalité sexuelle

Posted in Sénégal by hadyba on décembre 20, 2010

J’ai toujours soupçonné les filles de nous être supérieures. C’est prouvé au détour de cet article:

For instance, cognitive development in boys occurs more slowly than in girls, presumably because of girls’ higher levels of the hormone estrogen, which can be protective of neural brain growth. Girls may also not be as negatively affected by maternal stress during pregnancy, according to some recent studies, while male fetuses may experience a shrinking of some brain regions due to an expectant mom’s anxiety.

Sinon c’est Elisabeth Badinter qui va être contente! Ceci dit ça lui donne raison d’un manière quelque peu perverse: le biberon, en rendant les garçons encore plus crétins qu’ils ne le sont naturellement rend encore plus indéfendable l’inégalité des sexes!

Tagged with:

Évolution & créationnismes

Posted in Philosophie, Science by hadyba on décembre 16, 2010

Via Cédric et Evolving thought, je découvre que le dernier numéro du journal Synthese est consacré à la théorie de l’Évolution et aux constructions intellectuelles qui se veulent ses rivales. Quoique je pense que les théories créationnistes ne sont en aucun cas scientifique, il me semble qu’elles sont une excellente occasion pour les épistémologues d’affiner leurs théories sur la distinction entre science et pseudo-science.

Je n’ai pas encore lu le numéro mais le papier de Bruce Weber sur l’histoire des arguments par le design depuis Hume est sans doute celui qui m’intéressera le plus. Tout le numéro est téléchargeable, mais apparemment seulement jusqu’à la fin de ce mois.

Sur la Côte d’Ivoire

Posted in Afrique, Blogroll by hadyba on décembre 15, 2010

Anna Guèye, sur Global Voices en français, récapitule brièvement ce qui s’est passé depuis la mort de Félix Houphouët-Boigny jusqu’aux dernières élections. Ça vaut vraiment le coup si vous voulez, vous fixer les idées, ou  avoir une vision plus complète de ce qui se passe.

Elle reste assez objective et neutre et je suppose que c’est la raison pour laquelle elle ne parle pas du tout de l’ivoirité dont le plus neutre qu’on puisse en dire, est que c’est une idéologie fasciste développée pour exclure Ouattara du jeu politique local. Cette construction intellectuelle ayant abouti à une guerre civile, on peut y voir une parfaite illustration du pouvoir des idées.

Un jour, j’écrirais un post sur ce concept d’ivoirité et sur la contribution des philosophes d’Abidjan à l’éclatement de cette guerre civile. On accuse toujours les philosophes de ne servir à rien; ce jour là, vous découvrirez le pouvoir destructeur de quelques profs de philosophie stipendiés par un pouvoir opportuniste et corrompu. Ça ouvrira des perspectives de carrière inespérés à tous ces étudiants en philo qui se croient condamnés à l’impuissance.

 

Tagged with: ,

Atteinte au métier de policier

Posted in France by hadyba on décembre 10, 2010

"On est scandalisé par le jugement. Pour nous c’est une atteinte au métier de policier"

Soit. Mais que condamne donc ce scandaleux jugement:

Les faits remontent au 9 septembre, à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) : un policier avait été blessé à la jambe, percuté par une voiture après une course-poursuite. Lui et ses collègues ont alors menti et accusé, dans leur procès-verbal, le conducteur de la voiture qu’ils poursuivaient. Ce dernier, placé en garde à vue pour tentative d’homicide sur fonctionnaire de police, un crime passible de la perpétuité, a nié les faits.

Au fil des heures, les témoignages des policiers se sont effondrés. En réalité, des collègues à bord d’une seconde voiture étaient à l’origine de l’accident. A la barre, trois policiers ont reconnu avoir menti et affirmé qu’ils s’étaient concertés pour établir un faux procès-verbal. Un policier a accusé un collègue à la barre de lui avoir demandé de rédiger un faux. Mais les autres, eux, n’ont pas reconnu.

Si je comprend bien donc, le syndicat Alliance considère que le métier de policier consiste à rédiger des faux procès verbaux, à accuser à tort des gens d’avoir provoqué un accident que l’on a soi même provoqué et à rouer de coups un prévenu. Et le tribunal qui a l’outrecuidance de condamner des policiers se comportant d’une manière aussi méprisable se fait intimider par les collègues de ces délinquants en tenue:

A 16 heures, plus de 200 policiers de Seine-Saint-Denis étaient rassemblés devant le tribunal alors qu’hurlaient les sirènes d’une quarantaine de voitures.

Si nous payons avec nos impôts des policiers pour qu’ils méprisent à ce point la loi et ceux qui sont chargés de la dire. Pourquoi ne payons-nous pas également les délinquants qu’ils sont censés poursuivre? Si leur comportement est le même, pourquoi n’auraient-ils pas les mêmes droits?

L’effarant article du Monde qui me sert de source.

Tagged with: ,

Assange le kantien

Posted in Philosophie, Politique, USA by hadyba on décembre 9, 2010

 

Contrairement à ce que même moi je croyais, non seulement il m’est arrivé de lire du Kant quand je trainais à la fac de Dakar mais en plus j’en ai retenu quelques bribes. En tout cas j’en ai retenu assez pour que j’y repense cette semaine en lien avec toute cette affaire wikileaks.

 

Quand il s’intéresse aux rapports inter-étatiques, Kant commence par convoquer la fiction de l’État de Nature. Il affirme en effet que "Considérés dans leurs rapports extérieurs réciproques, les États (comme des sauvages sans lois) sont par nature dans un état non juridique". (MétaphMoeurs II) Il semble donc qu’ici le très moral Kant rejoigne Machiavel: les intérêts des États sont divergents et n’ayant d’obligations qu’envers leur propres peuples, les dirigeants sont bien avisés de recourir à tous les expédients nécessaires dans leurs rapports avec leurs homologues étrangers. Un puissance contemporaine comme la France ne désavouerait certes pas une telle approche consistant par exemple à priver le Niger de son uranium, en vertu de la loi du plus fort, afin de chauffer les foyers français. De plus, étant donné que c’est « par nature » que les États sont entre eux comme « des sauvages sans loi », c’est là une fatalité contre laquelle il n’y a pas à s’insurger.

 

Sauf que Kant souligne ailleurs (dans le Projet de Paix Perpétuelle) que « le mal moral possède ce caractère, inséparable de sa nature, que ses desseins lui sont contraires et contribuent à sa ruine. » De même que l’institution de l’État civil et moral n’est pas un état naturel mais une conséquence inéluctable de la civilisation progressive des hommes qui deviennent de plus en plus éclairés et rationnels et supportent donc de moins en moins les injustices et l’immoralité. De même, les États finiront-ils par instituer nécessairement, selon Kant, une gouvernance mondiale plus juste sortant leurs rapports de la sauvagerie naturelle pour les soumettre à la loi, juste et rationnellement accessible. Priver le Niger de son uranium en provoquant au passage quelques épisodes de famine non seulement n’est pas conforme au bien moral mais en plus ne saurait durer éternellement parce qu’une nébuleuse aussi barbare que la françafrique ne peut s’institutionnaliser. Pourquoi en est-il ainsi?

 

C’est là qu’Assange est véritablement Kantien. L’on a vu que pour Kant la civilisation des rapports inter-étatiques n’a rien de naturel, au contraire. C’est un arrachement à la tendance naturelle des grands États à oppresser et à vassaliser leurs petits homologues. Cet arrachement fait suite à un processus similaire par lequel les citoyens, étant devenus de plus en plus conscients de leurs droits et devoirs, instituent l’État de droit. Une fois qu’un ensemble d’États respectueux des droits du citoyens est institué, il devient presque inéluctable que ces États se fédèrent pour créer de grands ensembles respectueux des droits humains. Mais Kant était conscient que cette civilisation des rapports inter-étatiques ne se ferait pas sans peine. C’est pour cette raison qu’il avait intégré wikileaks à son plan :-) Kant en effet, posait que l’érection d’une fédérations d’États respectueux de la morale et donc des droits du citoyens ne serait possible que si nous adoptions ce qu’il appelait la formule transcendantale du droit public et qu’il définissait comme suit: « Toutes les actions relatives au droit d’autrui dont la maxime est incompatible avec la publicité sont injustes » et puisque Kant aimait bien la transcendantalité, il complétait cette maxime avec rien moins qu’un principe transcendantal et affirmatif du droit public à savoir : « Toutes les maximes qui ont besoin de publicité (pour ne pas manquer leur but) s’accordent avec la politique et la morale. » En bon français, ce que nous dit Kant, c’est que pour que nous ayons un ordre international juste et respectueux des droits humains, il faut que les décisions et stratégies des différents gouvernements soient telles qu’elles puissent survivre à leur publicité et leur examen par les citoyens éclairés. Julian Assange ne dit pas autre chose. Il met sur la place publique des tractations que les diplomates mènent en notre nom et que nous devrions pouvoir assumer et ce faisant contribue à la réalisation du projet Kantien.

 

Si Assange est kantien, Hilary Clinton asumera-t-elle qu’elle est machiavélique machiavélienne ou bien adoptera-t-elle Assange comme le digne représentant de la vertueuse diplomatie US? That is the question.

PS: Toutes mes excuses, je ne sais pas pourquoi le texte ci dessus est si minuscule ni comment en changer la taille.

Tagged with: , ,

Avoir le sens de l’histoire

Posted in Afrique, Politique by hadyba on décembre 6, 2010

Le mari de Lady Macbeth des Tropiques, qui est pourtant historien de formation, a jugé bon de convoquer lors de son investiture les mânes de Napoléon Bonaparte:

En France, Napoléon a pris la couronne et l’a posée sur sa tête pour éviter qu’un autre souverain, le Pape, la lui pose sur la tête.

Un autre  souverain africain qui avait convoqué le petit corse est le très sanguinaire "Empereur de Centrafrique par la volonté du peuple centrafricain, uni au sein du parti politique national : le MESAN" j’ai nommé, Jean Bedel Bokassa 1e. Ce dernier en effet avait fait de sa cérémonie de couronnement la copie conforme de celle de Napoléon poussant le mimétisme jusqu’à s’autocouronner. Je suppose que c’est un signe évident de sa folie que Gbagbo, tout historien qu’il est, ne se soit pas rendu compte des résonances de cette évocation.

Photo volée sur le site d’un rejeton de l’aristocratie africaine!

Lady MacBeth des tropiques

Posted in Afrique, Politique by hadyba on décembre 2, 2010

La terrible Simone Gbagbo aurait susurré à son mari:

«Si tu acceptes ces résultats, t’es pas un garçon».

Ce qui condense assez bien ce qu’en d’autres temps la non moins terrible Lady MacBeth disait pour encourager son mollasson de mari

MACBETH

Tais-toi, je t’en prie ; j’ose tout ce qui convient à un homme : celui qui ose davantage n’en est pas un.

LADY MACBETH

A quelle bête apparteniez-vous donc lorsque vous vous êtes ouvert à moi de cette entreprise? Quand vous avez osé la former, c’est alors que vous étiez un homme ; et en osant devenir plus grand que vous n’étiez, vous n’en seriez que plus homme. Ni l’occasion ni le lieu ne vous secondaient alors, et cependant vous vouliez les faire naître l’une et l’autre : elles se sont faites d’elles-mêmes ; et vous, par l’à-propos qu’elles vous offrent, vous voilà défait! J’ai allaité, et je sais combien il est doux d’aimer le petit enfant qui me tette ; eh bien! au moment où il me souriait, j’aurais arraché ma mamelle de ses molles gencives, et je lui aurais fait sauter la cervelle, si je l’avais juré comme vous avez juré ceci.

Shakespeare MacBeth I-7.

Juste pour info, à la fin, les MacBeth meurent tous les deux après avoir sombré dans la folie. … Mais bon, ce n’est là qu’une oeuvre de fiction, non?

 

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 494 followers